Abolition des frais de retard à la bibliothèque de Saint-Bruno

Partagez!

Dès le 16 septembre, la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville mettra fin aux amendes pour la remise de documents en retard à la bibliothèque municipale, et ce, dans le but d’assurer une plus grande accessibilité à la bibliothèque. 

La Ville souhaite ainsi susciter une plus grande fréquentation de la bibliothèque et un retour des abonnés qui pourraient avoir cessé d’utiliser ses services en raison de frais de retard à leur dossier d’abonné. L’objectif pour la municipalité est de créer un environnement favorable à l’apprentissage et de mettre en place des conditions visant à soutenir la bibliothèque dans son rôle d’alphabétisation, d’éducation et de mise en valeur de la culture auprès de tous les membres de la communauté.

Selon l’Association des bibliothèques publiques du Québec, les frais pour des documents remis en retard constituent un frein à la fréquentation de la bibliothèque et à l’utilisation des services, notamment pour les citoyens les plus démunis et les familles. Plutôt que d’inciter le retour du livre, ils finissent par entraîner la disparition du document, puisque certaines personnes ne les retournent simplement pas, ne paient pas les frais de retard et ne reviennent plus à la bibliothèque.

Le maire de Saint-Bruno-de-Montarville, Martin Murray, abonde dans le même sens: «Effectivement, ces frais de retard ne sont plus pertinents, d’abord parce que la majorité des citoyens respectent les règles d’emprunts à la bibliothèque; nous ne voulions plus pénaliser les gens pour de simples oublis. De plus, ces frais sont dissuasifs et entraînent une lourdeur administrative qui n’a plus lieu d’être. Enfin, en retirant les amendes, on veut que les gens se sentent libres de venir à la bibliothèque, peu importe leurs moyens financiers. »,

La Ville précise dans son communiqué, que l’abolition des amendes ne doit pas être perçue comme une raison pour conserver les documents plus longtemps à la maison. Les abonnés doivent continuer de respecter les dates de retour de leurs emprunts. Aussi, les frais de remplacement sont toujours valides dans le cas de livres perdus. 

Un mouvement de plus en plus répandu

La bibliothèque de Baie-Comeau a été la première à abolir complètement les frais de retard au Québec en 2019, après un projet-pilote d’un an. Les constats ont été positifs: davantage de livres empruntés et une augmentation de 22% du nombre d’abonnements. Depuis, plus d’une centaine de bibliothèques au Québec ont emboîté le pas. Saint-Bruno-de-Montarville est la première ville de la Rive-Sud de la région métropolitaine à abolir totalement ses frais de retard. 

D’autres mesures à venir

L’usager étant au cœur de sa réflexion, la bibliothèque souhaite assouplir ses procédures afin d’améliorer l’expérience utilisateur. L’abolition des frais de retard est l’une des premières mesures prise par la bibliothèque qui correspond à cette nouvelle orientation. Par conséquent d’autres initiatives en ce sens seront mise de l’avant dans les prochaines semaines.

LeMontarvillois.com

Source: Communiqué de la ville de Saint-Brunp-de-Montarville

Affichez
Cachez