Achalandage historique au Parc National du Mont-Saint-Bruno

Avec une hausse de 40% de son taux de fréquentation, le Parc national du Mont-Saint-Bruno a connu un achalandage historique lors de la saison estivale 2020. La hausse moyenne de l’achalandage pour l’ensemble des parcs nationaux est, elle de 14%.

Un succès qui s’explique…

Deux facteurs expliquent cette hausse marquée de la fréquentation des parcs nationaux. La pandémie est les mesures sanitaires prises par le gouvernement qui ont eu pour impact de limiter les activités récréatives et la mobilité entre régions a incités un grand nombre de Québécois à les visiter. L’engouement pour la carte annuelle Parcs nationaux édition Bonjour Québec, offerte à 50% du prix régulier s’est fait aussi ressentir dès sa mise en vente. Les quelque 141 000 exemplaires de cette carte qui donne un accès annuel illimité aux parcs nationaux de la Sépaq ont été écoulés en moins de 72 heures.

Ces cartes sont à l’origine de près de 1 million de jours/visite sur une fréquentation totale de 4,8 millions de jours/visite dans les parcs nationaux du réseau cet été. Il s’agit d’un sommet historique d’achalandage pour la période, malgré la fermeture des territoires entre le 1er avril 2020 et le 19 mai 2020. En comparaison avec l’été dernier, la hausse représente 589 000 jours/visite supplémentaires.

Selon le ministre responsable des Forêts, de la Faune et des Parcs, M. Pierre Dufour: «L’été particulier que l’on vient de connaître aura été l’occasion pour la population de se reconnecter avec la nature immense et généreuse du Québec. Il aura permis à plusieurs de découvrir ou redécouvrir les splendeurs de territoires riches d’une faune abondante et de joyaux naturels que nous devons continuer à protéger comme autant de trésors nationaux».

Des données éloquentes

Les données évoquées plus bas émanent principalement d’une étude menée au cours de l’automne auprès 38 000 visiteurs de parcs nationaux qui ont fréquenté les installations de la Sépaq entre le 20 mai 2020 et le 30 septembre 2020.

Parmi les détenteurs d’une carte annuelle Bonjour Québec:

  • 15 % n’avaient jamais fréquenté un parc national de la Sépaq auparavant. Cela démontre la force de cet outil pour connecter de nouveaux adeptes à la nature.
  • Près de 75% proviennent des régions métropolitaines de Montréal et de Québec et ils ont visité en grand nombre des parcs nationaux dans des régions touristiques éloignées.
  • Près de 100% ont manifesté leur intention de retourner dans un parc national au cours des 12 prochains mois, laissant entrevoir un effet positif qui perdure.
  • La moitié (50%) affirment avoir pratiqué plus d’activités de plein air et de sorties en nature qu’avant la pandémie.
  • 87% estiment que leur(s) visite(s) dans les parcs nationaux ont contribué à améliorer leur santé mentale.
  • 84% disent en avoir ressenti des bénéfices physiques.

Des consignes à respecter pour une expérience agréable et sécuritaire

Pour la SEPAQ, la saison froide a toutes les chances d’être occupée dans les parcs nationaux puisque 65% des visiteurs estivaux disent avoir l’intention d’y retourner au moins une fois cet hiver.

Il est difficile de prévoir l’évolution de la situation de la pandémie au cours des prochains mois. La Sépaq a mis en place différentes mesures pour gérer l’achalandage dans ses destinations cet hiver et mettre en place des conditions qui favorisent le respect des consignes de la santé publique, dont:

  • L’achat obligatoire en ligne des droits d’accès quotidiens aux parcs nationaux et aux billets de ski de fond.
  • La location d’équipement au moins 24 heures à l’avance par téléphone (1-800-665-6527) obligatoire. Un rendez-vous sera fixé pour la prise de possession.
  • Une limite au temps passé à l’intérieur des espaces chauffés.
  • Un rappel de l’importance de se préparer à l’avance (équipements, habillement, etc.) afin d’éviter de prolonger le temps passé à l’intérieur.
  • Un appel à la responsabilisation de chacun à l’endroit des consignes de santé publique afin de préserver l’accès aux territoires en temps de pandémie.

Mais les consignes sont-elles respectées?

A contrario à ce que prétend la SEPAQ, les consignes et mesures sanitaires qu’imposent le gouvernement du Québec et la Santé publique ne semblent pas toujours respectées, du moins dans le Parc national du Mont-Saint-Bruno. Pendant toute la saison estivale et encore en ce début d’hiver les médias sociaux de Saint-Bruno de Montarville, tel que Saint-Bruno-de-Montarville d’hier à aujourd’hui, foisonnent de témoignages qui mettent en relief l’absence du respect des consignes par un grand nombre de visiteurs. Ce que confirme l’éditeur du journal Alain Dubois: «J’ai fréquenté assidûment le Parc national du Mont-Saint-Bruno cet été et jamais je n’ai vu un garde-parc intervenir pour faire respecter les consignes sanitaires y compris le 2 mètres de distanciation sociale. Pourtant, il était souvent présent lorsque je croisais des attroupements de visiteurs composés vraisemblablement de groupes d’amis ou de membres de plusieurs familles qui y étaient réunis pour pique-niquer… Il y a deux semaines, un garde-parc est venu m’aviser que je m’engageais sur un sentier réservé aux skieurs alors que juste derrière moi, un groupe d’une douzaine de jeunes adultes marchait ensemble et sans respecter aucunement le 2 mètres de distanciation sociale, n’ont même pas eu droit à un regard réprobateur de la part de ce garde-parc. J’ai l’impression que ce n’est pas dans leur mandat de faire appliquer les consignes?»

LeMontarvillois.com

Le journal hyperlocal de Saint-Bruno-de-Montarville

Source: communiqué SEPAQ et divers

Photos: Alain Dubois