ALAIN DUBOIS UN CANDIDAT RÉELLEMENT INDÉPENDANT AU POSTE DE CONSEILLER DU DISTRICT 4

Je n’ai qu’un seul parti… celui de ma ville, Saint-Bruno.

Voilà,
j’ai décidé de me présenter comme candidat indépendant au poste
de conseiller du district 4. Jusqu’à tout récemment je ne
pensais pas faire le saut en politique municipale. Malgré de
significatives divergences (j’y reviendrai plus loin), mon
conseiller, Martin Guevremont, représentait bien ses concitoyens.
Par conséquent, je considérais qu’il n’était pas à propos
que je me lance dans une campagne politique visant à le remplacer.
Mais son départ et la crise qui a cours actuellement à l’hôtel
de ville m’ont amené à réfléchir sur la pertinence de ma
candidature au poste de conseiller de mon district. C’est cette
réflexion qui m’a poussé à faire cette annonce aujourd’hui.

Si
j’ai décidé de faire le saut en politique municipale à titre de
conseiller indépendant, c’est que je crois sincèrement que j’ai
l’intégrité, l’indépendance, les compétences et,
puisque je suis un jeune retraité, tout le temps nécessaire pour
bien représenter les électeurs de mon district.

Enfin!
Un candidat… réellement indépendant!

Jusqu’à
la dernière élection, je croyais qu’un conseiller membre d’un
parti politique, surtout si celui-ci était majoritaire à l’hôtel
de ville, était le plus à même de faire avancer les grands
dossiers qui concernent notre ville et ce, d’autant que pendant
plusieurs années notre ville avait été aux prises avec une
administration qui avait plongé Saint-Bruno dans un état de
stagnation économique et d’immobilisme inquiétants. À ce niveau,
le premier mandat du maire Murray et du Parti montarvillois a apporté
un sain vent de changement à notre ville. Enfin, il y avait un
parti qui apportait avec lui une vision du Saint-Bruno de demain.
L’importante consultation Imaginons Saint-Bruno 2035 représentait
un exercice de consultation populaire exemplaire qui a débouché sur
d’excellents plans d’urbanisme, entre autres, pour le
centre-ville!

Malheureusement, dès la fin de son dernier mandat, les choses ont dérapé pour le maire Murray et le Parti montarvillois… Il a donné son aval au projet de COGIR de construire en plein centre-ville une 2e résidence (de luxe) pour personnes âgées, et ce, même si ce projet contrevenait au désir exprimé par les Montarvillois pour ce secteur dans la consultation Imaginons Saint-Bruno 2035. Pour en faciliter la mise en œuvre, le maire a autorisé de façon prématurée et mal avisée le dézonage du terrain Natrel. Comme demandé par le promoteur, il a aussi permis dès le début de son 2e mandat des bâtiments de 5 étages, alors qu’en campagne électorale lui et son parti avaient promis qu’ils limiteraient ceux-ci à 4 étages… Martin Guevremont, qui avait pourtant vertement dénoncé dès le début le projet de COGIR, a fait, sans donner d’explication, un virage à 180e et adopté le projet de COGIR, même si celui-ci n’avait fait aucun changement significatif à son projet initial. Le Parti montarvillois a perdu une de ses conseillères, Marilou Alarie, dès le premier mandat du maire Murray, deux autres de ses conseillers ont quitté les rangs du parti pour devenir indépendants, et un 3e a évoqué des motifs personnels pour démissionner de son poste de conseiller. Comment faire confiance à un maire et un parti qui ne réussit pas à conserver dans ses rangs ses conseillers, et qui fait fi du désir des Montarvillois en permettant un projet déstructurant pour le centre-ville?

D’un autre côté, l’opposition actuelle au conseil municipal, à l’exception notable de la conseillère Caroline Cossette, s’oppose systématiquement à tous les grands projets et politiques que mettent de l’avant le maire Murray et le Parti montarvillois: projet de station thermal, centre sportif au centre-ville, projet Cogir, politique de l’habitation, plan d’urbanisme; carrefour giratoire, etc… Ce type d’attitude de confrontation et d’opposition systématiques représentent une vieille façon de faire de la politique qui, par l’immobilisme qu’elles provoquent, n’est pas dans l’intérêt de la ville et des Montarvillois.

Il
est clair pour moi que je n’endosse pas cette façon de faire de la
politique, et je me propose, lorsque je serai élu, d’avoir une
approche plus positive et constructive où chacun des projets et
politiques présentés seront évalués à leur mérite et non pas
«pour faire de la petite politique» sur le dos des intérêts des
Montarvillois et du développement de notre ville.

Par conséquent, je crois sincèrement que le rôle de conseiller indépendant (en tout) que je vais jouer une fois élu sera non seulement au bénéfice des citoyens de mon district, mais de l’ensemble des Montarvillois. Je prends parti pour mon district, pour ma ville…

Je n’ai aucune autre ambition politique et n’utiliserai donc pas mon poste comme tremplin en vue d’être le futur maire de Saint-Bruno ou député d’un parti politique. Je ne suis pas, non plus, un candidat de l’establishment local ou celui des promoteurs immobiliers, mon agent officiel n’est pas une ancienne candidate de l’Alliance Municipale et je n’ai aucun organisateur ou collaborateur qui milite dans le PLQ ou un autre parti provincial. Je ne dispose pas pour m’appuyer d’une organisation politique issue d’un parti (municipal ou… provincial). Si vous m’élisez, vous aurez donc en moi un conseiller réellement indépendant, intègre, créatif, qui aime profondément sa ville, qui veut le meilleur pour le district 4 où il réside et qui saura se mettre au-dessus de la mêlé et d’ambitions politiques partisanes.

Ce que je veux défendre pour mon district

Le boisée Des Tilleuls

La préservation du boisé Des Tilleuls et sa transformation en un parc nature avec intégration harmonieuse, comme dans le Parc du ruisseau, d’un parc avec jeux pour les jeunes. À ce sujet, le conseiller Martin Guevremont et le maire Murray avaient annoncé qu’il y avait eu entente avec le promoteur des maisons de ville (+/-140) construites sur Des Tilleuls afin d’aménager un parc nature et un autre pour les enfants. Hors encore là, cet engagement n’a pas été tenu et le promoteur n’aménagera pas le parc promis.

Trouver
des solutions au problème de déneigement et de circulation dans le
secteur, entre autres sur Des Tilleuls. Aménager des trottoirs dans
ce secteur densément peuplé.

Œuvrer à trouver une solution pour protéger les habitations qui longent la voie ferrée d’un déraillement de train et d’un déversement de produits dangereux toxiques (mur anti-déversement?).

Présenter un projet de règlement visant à empêcher toute construction à proximité de la voie ferrée (200 m?).

Présenter une résolution afin que ne soit pas érigée une imposante tour de communications de Vidéotron (relais cellulaire) au bout de la rue Cambrai (district voisin), ce qui provoquerait une importante dévaluation des propriétés limitrophes et dont la mise en place pourrait aussi faire courir des risques indus à la santé des citoyens touchés par le rayonnement des ondes radio qui seront émises.

Sécurisation de l’intersection Seigneuriale et De Chambly pour les piétons et les cyclistes (feux de circulation ?) *1.

Amélioration
du réseau de pistes cyclables du sud 116 et sa prolongation
jusqu’aux Promenades Saint-Bruno.

Chacun
de ces engagements sera détaillé sur ma page Facebook et n’hésitez
pas à me transmettre vos préoccupations et demandes pour ce
secteur.

Sur les grands projets…

Je
sais que tous ne seront pas d’accord avec certaines des positions
que je défends et que j’ai défendu; l’unanimité est
impossible, mais je me dois ici de vous donner l’heure juste sur
mes prises de position. Je ne suis pas comme de trop nombreux
politiciens et candidats à des élections qui n’adoptent des
positions qu’en fonction de la direction du vent… Et des votes
que cela peut leur procurer.

1. Îlot Natrel – Je n’étais pas contre la construction d’une 2e résidence pour personnes âgées à Saint-Bruno, bien au contraire, car le besoin est réel. Par contre, le choix de COGIR et de l’administration du Parti montarvillois d’ériger celle-ci en plein centre-ville et à quelques centaines de pieds d’une autre résidence du même type représente, à mon sens, un projet déstructurant pour notre centre ville et contraire à la volonté exprimée par une majorité de citoyens consultés qui souhaitait y voir des habitations multi-générationnelles, des commerces de proximité et une place publique. De plus, ce genre de résidence n’a pas d’impact économique bénéfique significatif sur les commerces qui le voisinent, car, un peu comme à la manière des casinos, tout est fait pour que leurs résidents y dépensent la majeure partie de leur budget. Les nombreux loisirs, activités et services y compris les repas qui y sont offerts ainsi que les services réservés aux personnes en perte d’autonomie font en sorte que ce type de résidence capte une grande partie des dépenses de ceux qui y résident.

Esquisse: Centre sportif deSaint-Bruno

2. Centre sportif au centre-ville – Bien qu’enfant j’ai pleinement profité du parc Rabastalière, je vois favorablement le projet de l’amputer des terrains de baseball/balle-molle pour y construire un centre sportif. En résumé : Je trouve que ce terrain est bien situé et facilement accessible (à pied et en vélo) et qu’il est sous-utilisé (+/- 6 ou 7 mois l’an); que cet emplacement créerait une synergie qui favoriserait la revitalisation du centre-ville; qu’il est dans l’intérêt des familles de regrouper l’ensemble des grands terrains de sports de ballons et de balle au sein d’un même parc.

Par contre, la superficie dédiée aux espaces verts devrait être équivalente. Je souhaiterais aussi que l’on envisage de déplacer dans le Parc Marie-Victorin le terrain de football lorsque la vie utile du gazon synthétique qu’on y retrouve tirera à sa fin (± 5 ans), et qu’en lieu et place on y aménage un magnifique parc au bénéfice de l’ensemble des Montarvillois.

Cela
dit, je suis d’accord avec la proposition de Vincent Fortier du
Parti montarvillois de faire une étude comparative des 4
emplacements sélectionnés avant que la décision définitive se
prenne au conseil municipal.

Des référendums…

Les
grands projets qui ont des impacts
importants sur l’avenir de
la ville, comme celui du
centre sportif, suscitent
chez les Montarvillois
de passionnants et âpres débats. Personnellement, j’ai toujours
défendus à ce que
l‘on procède par référendums pour trancher. Actuellement, on
même que des
consultations qui impliquent,
les résidents, commerces ou districts
directement touchés par ceux-ci… C’est un non-sens, car ces
projets touchent et concernent l’ensemble des citoyens
de Saint-Bruno.

Qui suis-je…

Alain Dubois

Je suis arrivé à Saint-Bruno avec mes parents en 1968 et je l’ai quitté à l’âge adulte . J’y suis revenu, il y a 16 ans et depuis je réside dans le district 4, rue Des Tilleuls et auparavant sur VanHorne. Chef de famille monoparentale, j’ai un fils de 14 ans.

J’ai travaillé près d’un trentaine d’années pour un centre public de traitement des dépendances en tant qu’intervenant en toxicomanie (éducateur et agent de relations humaines).

Je
suis actuellement membre du Conseil d’établissement de l’école
secondaire Mont-Bruno et vice-président du conseil d’administration
provisoire de la Société d’habitation Le Paillasson.

Je
gère et/ou administre de nombreux médias sociaux dont la page
Facebook «Saint-Bruno-de-Montarville d’hier à aujourd’hui», et
j’édite le média local LeMontarvillois.com

Pendant plusieurs années, je suis intervenu dans les médias comme critique de l’industrie du gambling, et, entre autres, de Loto-Québec. Je me suis particulièrement intéressé aux machines à sous et appareils de loterie vidéo dont la grande accessibilité et la conception (programmation) en font des jeux particulièrement addictifs et dangereux. À ce titre, la revue Reflet de société m’a choisi comme Personnalité de l’année en 2008.

Invitation…

J’invite
l’ensemble des résidents de mon district à me faire part de leurs
suggestions, idées et propositions et à ne pas hésiter à me
demander une rencontre s’ils souhaitent s’entretenir avec moi des
enjeux du district.

J’en suis encore au tout début de ma démarche et je recherche des citoyens qui souhaiteraient me donner un coup de main pour cette campagne électorale: volontaires pour faire du porte-à-porte et/ou de la distribution de dépliants, graphistes, etc.

Ma page Facebook de candidat (encore en développement): https://www.facebook.com/Alain-Dubois-conseiller-district-4-665946557159074/

Alain Dubois, candidat indépendant dans le district 4, Saint-Bruno-de-Montarville

*1) Je crains qu’un carrefour giratoire à cette intersection fasse augmenter la problématique circulation de transit.




Coup d’épée dans l’eau pour l’opposition: le maire et le conseiller Fortier demeurent en poste à l’agglomération de Longueuil

Finalement, il n’y aura aucun changement de représentants au sein de l’agglomération et Martin Murray et Vincent Fortier pourront conserver leurs sièges au sein des commissions de l’agglomération de Longueuil

On se rappellera que les cinq élus de l’opposition, soit mesdames Marilou Alarie, Caroline Cossette, Louise Dion et messieurs Jacques Bédard et Joël Boucher ont même convoqué un conseil municipal extraordinaire, le 1er avril dernier, afin de ravir ces postes pour y nommer leurs propres représentants. Leur souhait était d’y déléguer Louise Dion à la Sécurité publique et Jacques Bédard aux Finances. Dans un communiqué le Parti Montarvillois dénonce les agissements de ce qu’il nomme comme « l’équipe Alarie ». Le communiqué souligne que « cette tentative de destitution s’est avérée futile puisque ces nominations relèvent du conseil d’agglomération et non du conseil municipal de Saint-Bruno-de-Montarville. Les cinq conseillers de l’opposition ont donc monopolisé les ressources de la Ville pour une décision qui était irrecevable. »

Monsieur Fortier siège depuis 2017 à la Commission de la sécurité publique. Martin Murray, maire de Saint-Bruno, siège à la Commission des finances depuis 2013.

La conseillère Isabelle Bérubé du parti Montarvillois occupe quant à elle le poste de coprésidente à la Commission de l’agglomération de Longueuil depuis 2013. Elle n’était pas visée par la tentative de destitution, l’opposition ayant plutôt choisi, comme nous l’avions publié récemment, de donner son poste d’administratrice au sein du conseil d’administration du Réseau de transport de Longueuil à la conseillère Marilou Alarie, une fonction qui lui rapportera plus de 18 000$ annuellement.

Sur le même sujet: Saint-Bruno-de-Montarville: l’opposition au maire Murray prend le contrôle du conseil municipal

Source: communiqué de presse du Parti montarvillois adapter et mise-en-forme par LeMontarvillois.com




L’ex candidat libéral Ludovic Grisé fait le saut en politique municipale…

Ludovic Grisé Farand, candidat défait du Parti Libéral lors de la dernière élection provinciale a annoncé qu’il se présentait à l’élection partielle du district 4 qui aura lieu en juin à Saint-Bruno-De-Montarville

Il souligne dans un communiqué de presse que déjà lors de la dernière campagne provinciale, il s’était aperçu à quel point la politique municipale touchait les gens. Le candidat déclare que «Ceux qui m’ont suivi au cours des dernières années savent que je suis proche des gens et mon travail de terrain en témoigne. Mon engagement en politique municipale est donc tout à fait cohérent avec qui je suis, et ce que je veux accomplir pour les citoyens.» et de poursuivre «Je tiens à ce que ce soit clair, si je me lance en politique municipale, ce n’est pas pour aller passer mon temps à critiquer le maire à chaque occasion. J’ai l’intention de travailler avec tout le monde et tirer profit de l’expertise et de l’expérience de chacun afin de faire avancer notre communauté. Je compte être rassembleur sur les dossiers qui nous divisent.»

« Natif de la ville et issus d’une vielle famille de Saint-Bruno, Ludovic Grisé Farand est comptable professionnel agréé, détient une maîtrise en comptabilité, siège sur le comité des finances du budget et de l’administration de la ville depuis plusieurs années, ainsi que sur le conseil d’administration de l’Association des propriétaires de Saint-Bruno. Il est aussi porte-parole des Amis du parc Rabastalière, groupe qui veut la protection du parc et l’installation du complexe sportif à un autre endroit.

En sautant dans l’arène municipale, Ludovic Grisé Farand suit les traces de ses ancêtres. «Mon arrière-grand-père a été maire de Saint-Bruno et mon grand-père a été conseiller municipal.

Pour le candidat Grisé «L’administration du maire Martin Murray est en déroute. Après le départ de 3 conseillers issus du Parti Montarvillois, sans compter l’important départ du directeur de la ville, les citoyens sont en droit d’être inquiets et je le suis aussi. Le maire ne cesse de dire que tout va bien à la ville, mais il est incapable d’expliquer de façon cohérente le départ de ses conseillers et du directeur général.»

«Si je me présente, c’est d’abord pour aller aider à remettre la ville sur les rails, mais c’est aussi pour continuer mon projet Citoyen d’abord, projet dans lequel je recueille les idées, priorités et problèmes des citoyens afin de les régler ultérieurement. Je vais donc dédier mes prochaines années à faire avancer ce projet pour les citoyens du district 4. Pour moi, un bon politicien n’est pas celui qui sait le mieux parler, mais bien celui qui sait le mieux écouter et c’est exactement ce que je compte faire.», déclare le candidat

Des enjeux majeurs pour la ville

«En cette période de turbulence et d’instabilité au conseil municipal, je crois pouvoir apporter mon expertise et mes connaissances afin de faire avancer les dossiers au bénéfice de tous. D’importants projets sont à venir, on n’a qu’à penser au complexe sportif.», déclare Ludovic Grisé Farand
« Un autre dossier qui me tient à coeur est la future clinique médicale publique sur le boulevard Clairevue Ouest. L’automne dernier, j’avais promis aux citoyens que je continuerais à travailler sur le projet, et c’est ce que j’ai fait. La clinique serait situé à quelques mètres du district 4, je compte donc maximiser les efforts afin qu’elle soit livrée. L’avènement de ce projet serait un énorme plus pour les citoyens du district 4, mais aussi pour tous les Montarvillois. » (…) «Je compte aussi présenter un projet de nouveau parc dans le quartier des Tilleuls. Il y a encore des endroits disponibles pour en construire un et la densité actuelle du secteur justifie l’aménagement d’un parc.»

Un candidat indépendant

Dans son communiqué de presse le candidat ajoute «Même si je crois que les partis peuvent encore avoir une place en politique municipale, je pense que dans le cadre d’une élection partielle, où les gens ne votent que pour une seule personne, la notion de parti fait moins de sens pour les citoyens. Sans compter que la majorité des élus du conseil sont indépendants. Lors de la prochaine élection générale, il pourrait en être autrement, ce sera à voir.»

«Si les citoyens du district 4 me font l’honneur de les représenter au conseil municipal, je vais m’occuper d’eux comme s’ils faisaient partie de ma propre famille. Ils peuvent s’attendre à un service impeccable et à ce que je ne compte pas mes heures pour les aider.», conclu Ludovic Grisé Farand.

Source: communiqué de presse émis par Ludovic Grisé Farand et adapter et mise-en-forme par LeMontarvillois.com




Emmanuel Loueb candidat du Parti montarvillois dans le district 4

Le Parti montarvillois (PM) a annoncé qu’Emmanuel Loeub sera le candidat de leur formation politique lors des élections partielles qui se tiendront dans le district 4, le 2 juin.

Le communiqué du PM souligne qu’à travers son engagement en politique municipale active, Emmanuel Loueb, souhaite contribuer de façon concrète à la qualité de vie de ses concitoyens du district 4, à la protection de l’environnement et au développement durable de la ville

Dans le communiqué de presse on souligne que: « Le candidat détient une maitrise en gestion de l’activité physique et des sports de l’Université de Montréal et est professeur d’éducation physique au Cégep Maisonneuve depuis vingt ans. Il y a sept ans, il choisissait de s’établir avec sa jeune famille à Saint-Bruno-de-Montarville, attiré par une vie communautaire dynamique et une qualité de vie exceptionnelle. Il ne tarde d’ailleurs pas à s’engager dans la communauté, d’abord à titre de président du Comité Consultatif sur la Mobilité et en tant que président du Conseil d’Administration de l’organisme Mont-Vélo (…)

Le Cadidat adhère pleinement à la vision du développement d’une communauté viable du Parti montarvillois, elle-même en phase avec les grands enjeux de notre société (…).

Source: communiqué de presse du Parti montarvillois adapter et mise-en-forme par LeMontarvillois.com




Saint-Bruno souligne le travail de ses bénévoles avec éclat

Le 9 avril, la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville remerciait publiquement ses bénévoles lors d’une soirée reconnaissance. Présentée dans le cadre de la Semaine de l’action bénévole et organisée pour une 39e année consécutive, la cérémonie 2019 a accueilli environ 200 bénévoles au Centre Marcel-Dulude.

Le maire de Saint-Bruno, Martin Murray, également maître de cérémonie, s’est adressé aux bénévoles présents pour souligner l’importance de leur contribution à la qualité de vie des Montarvilloises et Montarvillois. « Peu importe l’organisme où vous œuvrez, chaque jour, vous faites une différence », a-t-il souligné.

Harmonie Saint-Bruno

Une nouvelle formule de type spectacle, mettant en valeur des talents montarvillois, a été proposée cette année aux bénévoles. Les remises de prix ont ainsi été agrémentées des prestations artistiques de Cirkazou, de l’Harmonie Mont-Bruno, de la Montarvilloise Béatrice Régnier ainsi que du Studio OnDanse .

Béatrice Régnier

Studio On Danse

Au cours de la soirée, monsieur Jean-Louis Tétrault a présenté les membres du comité de sélection de l’Ordre du Mérite dont il est président. Il a ensuite défini les critères d’évaluation des candidatures et a remis un certificat en compagnie du maire. Madame Clémentine Courdi, vice-présidente de la Tribune Jeunesse, a rejoint le maire sur scène afin de remettre le prix Jeune Montarvillois.

Les récipiendaires de l’Ordre du Mérite 2019

Un certificat du mérite a été décerné à madame Gail Kott pour son implication depuis plusieurs années au Centre d’action bénévole Les p’tits bonheurs, pour son bénévolat auprès des aînés du CHSLD, ainsi que pour sa participation à la Grande Guignolée des médias de la Rive-Sud. 

Gail Kott, en compagnie de Jean-Louis Tétrault, président du comité de sélection de l’Ordre du Mérite. 

Monsieur Alex Agostino, pour son implication bénévole dans la communauté montarvilloise depuis plus de 35 ans, notamment pour son engagement et sa contribution à l’ampleur et aux succès de l’Association du baseball mineur de Saint-Bruno, qui a permis à plusieurs centaines de jeunes de notre Ville d’acquérir les bases du baseball et d’apprécier ce sport, ainsi que pour son parcours et son influence dans le domaine du baseball, qui ont grandement contribué à la renommée de notre Ville tant au niveau local qu’aux niveaux national et international.

Alex Agostino, en compagnie de Jean-Louis Tétrault, président du comité de sélection de l’Ordre du Mérite

Madame Diane Aubin, pour ses nombreuses années de bénévolat continu dans différents secteurs d’activités à Saint-Bruno-de-Montarville, ainsi que son implication sociale et communautaire auprès de tous les groupes d’âge, pour son engagement, son rôle actif et son leadership auprès  du Club de l’Âge d’or de Saint-Bruno, du Cercle de Fermières Saint-Bruno, de la Ligue de quilles « La Forêt Noire », ainsi que pour sa participation active à la bibliothèque scolaire de l’école Don Bosco, à la Société d’horticulture et d’écologie de Saint-Bruno, et au groupe Girl Guides of Canada Saint-Bruno.

Diane Aubin, en compagnie de Jean-Louis Tétrault, président du comité de sélection de l’Ordre du Mérite

Club informatique Mont-Bruno, pour ses 35 ans d’activités et de services continus dans notre communauté, pour le travail exceptionnel et les  nombreuses heures consacrées par ses quelque 70 bénévoles à l’enseignement des différents aspects de l’informatique et de l’Internet et de leur usage, dont leurs nombreuses séances de formation hebdomadaires et atelier, ainsi que pour son leadership et son action continue depuis plusieurs années pour la récupération de matériel informatique et électronique et leur remise en état lorsque possible pour en faire bénéficier des organismes sans but lucratif.

Réjean Côté, président du Club Informatique Mont-Bruno, en compagnie de Jean-Louis Tétrault, président du comité de sélection de l’Ordre du Mérite

Prix du Jeune Montarvillois 2019

À la remise des attributs de l’Ordre du Mérite s’ajoutait la remise du prix du Jeune Montarvillois, anciennement connu sous le nom du Jeune bénévole montarvillois. Comme son nom l’indique, ce prix se veut une reconnaissance formelle de l’engagement de nos jeunes citoyens et un encouragement à l’action bénévole et à l’entrepreneuriat au sein de leur cohorte.

Les récipiendaires sont messieurs Yannick Charrette et Martin Rolo Dussault, pour leur engagement depuis plusieurs années à la Maison des Jeunes, notamment pour leur participation à de nombreuses activités de financement, pour leur implication dans la communauté au sein, entre autres, du Relais pour la vie, du Manoir Saint-Bruno, de la Fondation du Club Richelieu et des collectes de sang du Club Optimiste ainsi que pour leur influence positive et leur côté rassembleur.

Martin Rolo Dussault et Yannick Charette

La Ville de Saint-Bruno-de-Montarville félicite tous les récipiendaires et remercie chaleureusement tous les bénévoles impliqués au sein des organismes.

Source et photos: communiqué Ville-de-Saint-Bruno-de-Montarville




Saint-Bruno se dote d’une politique de participation publique citoyenne

Saint-Bruno-de-Montarville, le 5 avril 2019

En vue de procéder à l’adoption d’une Politique de participation publique, la Ville a récemment consulté les membres des comités consultatifs ainsi que les citoyens sur leur connaissance et satisfaction à l’égard de la participation publique, les freins à la participation, les conditions qui faciliteraient la participation et enfin les améliorations souhaitées. Pour ce faire celle-ci a mandaté l’INM pour élaborer et mener une démarche de consultation en amont de l’adoption de la politique et l’accompagner dans la rédaction du document. 

Le sondage élaboré et mis en ligne du 28 février au 17 mars 2019 comportait 28 questions, incluant les questions sociodémographiques. Sur les 578 répondants, 367 questionnaires (63 %) ont été entièrement complétés et pris en compte dans l’analyse des résultats. Nous remercions tous ceux qui ont participé. 

Découvrez le rapport d’analyse (stbruno.ca/participation-publique) dont voici les faits saillants :

  • Les répondants sont intéressés par la plupart des domaines de compétence de la Ville, mais de façon plus marquée par ce qui touche les projets de développement immobilier et l’environnement :
    • 54 % de ceux ayant déjà participé à une activité d’information, de consultation ou de participation publiques au cours des cinq dernières années l’ont fait dans le cadre d’une consultation sur un sujet qui touche au développement immobilier; 
    • 84 % des répondants considèrent l’environnement comme un sujet important sur lequel la Ville devrait consulter.
  • La majorité des répondants croit que les résultats d’une démarche de participation publique peuvent avoir un impact sur les décisions prises quant à un projet.
     
  • Le manque de temps est la raison principale qui freine la participation, surtout pour l’ensemble des répondants de moins de 64 ans. 
     
  • Les répondants de moins de 35 ans privilégient largement les réseaux sociaux afin de communiquer les démarches de participation publique, alors que les 65 ans et plus préfèrent l’infolettre, les journaux locaux, les communiqués de la Ville et le site Web. Les répondants de 35 à 64 ans sont quant à eux à l’aise avec l’ensemble de ces moyens de communication. 
     
  • Afin de faciliter la participation publique, choisir des lieux accessibles, offrant du stationnement gratuit à proximité.
     
  • Le questionnaire en ligne et l’assemblée d’information sont les deux dispositifs participatifs à privilégier selon la majorité des répondants. 
     
  • Afin d’améliorer la qualité des démarches de participation publique, les répondants croient qu’il faut en priorité intégrer les nouvelles technologies.
     
  • Les élus devraient être présents aux activités de participation citoyenne afin de participer activement aux discussions et aux débats avec les citoyens, disent la plupart des répondants. 
     
  • Afin de tenir au courant des résultats et des suites d’une démarche de participation publique, la Ville devrait publier le rapport de consultation de la démarche sur son site Web.

Pourquoi une Politique de participation publique?

La Ville de Saint-Bruno-de-Montarville souhaite favoriser une meilleure prise en compte de la voix citoyenne, tout en conservant le régime d’approbation référendaire en urbanisme et en aménagement du territoire. Cette politique servira à améliorer l’apport citoyen dans la planification du territoire et la gestion de la municipalité. Elle comportera des mesures pour favoriser la diffusion de l’information, la consultation et la participation active des citoyens au processus décisionnel guidant l’ensemble des interventions de la Ville. 

La Ville reconnaît l’importance de la contribution des membres de sa collectivité dans les processus décisionnels. La mise en place de conditions favorables à la promotion et à l’enrichissement de notre démocratie participative fait partie des priorités de la Ville.

Source: communiqué de la ville de Saint-Bruno-de-Montarville




Une nouvelle société d’habitation voit le jour à Saint-Bruno-de-Montarville!

Un nouvel organisme sans but lucratif (OSBL) Société d’habitation Le Paillasson est incorporé au Registre des entreprises du Québec, depuis le 8 janvier 2019. Il aura pour mission de développer une offre de logements communautaires multigénérationnels à loyer abordable et modique. Déjà un conseil d’administration provisoire (C.A.P.), ainsi qu’une équipe d’appui technique collaborent avec la municipalité de Saint-Bruno-de-Montarville au développement d’un projet en habitation à accessibilité universelle s’adressant principalement aux aînés et aux jeunes familles.

Pour Alain Dubois, vice-président du C.A.P. «Il est important d’avoir une offre en habitation diversifiée sur le territoire de la municipalité. Dans les années 70, l’offre en habitation répondait au besoin de toutes les franges de la population. Mais à la suite de  l’essor économique et populationnel qu’a connu la ville, l’offre de logement abordable a rétréci comme peau de chagrin, et ce, à un point tel, qu’il est maintenant difficile pour plusieurs de nos aînés d’y demeurer lorsque leur revenu baisse et pour les jeunes familles de s’y installer.»

Ce premier projet d’habitation de la Société d’habitation Le Paillasson s’insère dans les orientations municipales, principalement avec la nouvelle Politique de l’habitation adoptée récemment (automne 2018), et s’harmonise avec l’énoncé de la Vision stratégique 2035 « Imaginons une collectivité viable ». Selon Joëlle Labonté, présidente C.A.P. «Nous croyons que notre projet peut collaborer à la réalisation d’une partie des grandes orientations de la municipalité, en particulier au domaine du parc immobilier du type social et abordable ». Elle poursuit en soulignant que : «La création est issue d’un travail de plusieurs années et a débuté avec la rédaction d’un mémoire sur l’offre de logement abordable et social à Saint-Bruno-de-Montarville auquel ont collaboré différents intervenants du milieu: la municipalité de Saint-Bruno-de-Montarville, le CISSME, le CAB, la corporation de développement de l’agglomération de Longueuil, le Comité logement Rive-Sud et GRT Rive-Sud.»

Le Paillasson, de concert avec la municipalité, est à la recherche d’un terrain, au centre-ville, qui serait susceptible de recevoir un immeuble d’environ 25 logements ce qui constituerait la prochaine étape de développement de ce projet.

Source: communiqué
Société d’habitation Le Paillasson

Page Facebook de l’organisme: https://www.facebook.com/LePaillasson/




Centre sportif à Saint-Bruno: l’opposition force la tenue d’une étude comparative entre 4 emplacements

Les retombées positives de la nouvelle dynamique au conseil municipal se font déjà sentir. C’est ainsi qu’en tant que groupe des élus majoritaires au conseil, nous pouvons annoncer que quatre emplacements feront l’objet d’une étude comparative en vue de la construction du centre sportif avec piscine.

L’objectif d’implanter de nouvelles infrastructures sportives répondant aux attentes de la population montarvilloise demeure une priorité pour les membres du conseil.

Rappelons qu’une pétition de plus de 2000 signataires s’opposant à l’implantation du centre sportif au parc Rabastalière a été déposée à la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville en janvier dernier. Il nous apparaît donc important de présenter à la population les avantages et inconvénients de différentes localisations, afin de nous assurer du meilleur choix pour notre communauté. Nous avons donc demandé à l’administration municipale de nous présenter une analyse comparative de différents sites sur notre territoire qui pourraient accueillir un centre sportif avec piscine.

4 endroits ont été identifiés et seront considérés dans l’étude comparative. Parmi eux, le parc Rabastalière et le pôle sportif du parc Marie-Victorin. Contrairement au maire Martin Murray qui s’est toujours opposé à cette démarche, nous sommes d’avis qu’elle aurait dû être réalisée dès le départ.

Nous sommes confiants que les résultats nous permettront de proposer un site qui réponde aux attentes du plus grand nombre et qui respecte la capacité́ de payer des Montarvillois et Montarvilloises. Nous sommes impatients de mettre ce projet en marche!

Source communiqué de presse: Marilou Alarie, Joël Boucher, Louise Dion, Caroline Cossette, Jacques Bédard




Saint-Bruno-de-Montarville: l’opposition au maire Murray prend le contrôle du conseil municipal

Avec la perte de 3 de ses 5 conseillers ces derniers mois (Caroline Cossette, Jacques Bédard et Martin Guevremont), le maire Martin Murray et le Parti montarvillois perdent le contrôle du conseil municipal de Saint-Bruno-de-Montarville. C’est maintenant l’opposition qui tranchera les votes et qui nommera les conseillers aux différents postes de représentation. Ainsi, hier soir, lors d’un conseil extraordinaire convoqué par ceux-ci, ils ont écarté la conseillère Isabelle Bérubé de son poste de représentante de la ville au sein du Réseau de transport de Longueuil (RTL) au profit de Marilou Alarie, qui avec cette nomination verra son salaire bonifié de 15 000$. Les conseillers de l’opposition ont aussi «congédié» Vincent Fortier de la commission de la sécurité publique pour le remplacer par Louise Dion et le conseiller Jacques Bédard a été nommé à la commission des finances en remplacement du maire Martin Murray.

Interrogée par LeMontarvillois.com sur son «congédiement», Isabelle Bérubé a déclaré: « Il faut toujours voir à qui sert ce genre de mouvement: aux citoyens ? Aux usagers du transport en commun ? À la ville ? Au réseau de transport ? Poser la question est y répondre. Nos opposants sont maintenant forts du nouveau pouvoir de la majorité. Ils s’en targuent autant qu’ils peuvent ayant même imposé la tenue d’un conseil extraordinaire hier pour désavouer la volonté du maire qui souhaitait valider les impacts possibles de ces changements de chaises. »

Pour sa part, la conseillère indépendante. Marilou Alarie a déclaré: «Ces changements sont très positifs, car ils permettront de mettre à contribution des conseillers municipaux qui ont à cœur de faire avancer les dossiers qui préoccupent les montarvillois. Une meilleure répartition des responsabilités permettra un travail plus efficient de la part des membres du conseil en plus de faciliter une meilleure conciliation travail-famille, car c’est bien connu que certains d’entre nous sont parents et occupent un emploi à temps plein. »

La crise qui secoue le conseil municipal risque d’avoir de lourdes conséquences sur la gouvernance de la ville qui connaît actuellement un bel essor économique. Par ailleurs, à moins d’un surprenant revirement, le projet d’un centre sportif au centre-ville de Saint-Bruno ne semble pas encore menacé puisque les deux derniers conseillers démissionnaires du Parti montarvillois ont déjà exprimé qu’ils soutenaient ce projet.

Alain Dubois




Martin Guevremont conseiller du district 4 démissionne…

Le conseiller municipal de Saint-Bruno-de-Montarville, Martin Guèvremont, a annoncé aujourd’hui, par voie de communiqué, qu’il démissionnait de son poste de représentant des citoyens du district 4.

Le conseiller évoque des motifs liés à son travail pour justifier sa décision. Dans sa lettre de démission qu’il a adressée au maire Martin Murray (lire plus bas), il explique qu’il lui était devenu impossible de concilier « engagement politique, travail, famille » et dans un contexte ou son poste de conseiller à temps partiel exigeait de lui un temps considérable. Pour remédier à la situation, Martin Guevremont propose comme solution une réduction du nombre de conseillers municipaux et un statut temps plein pour ceux-ci.

Cette démission du conseiller Guevremont fragilise davantage la position du maire Murray et de son parti, Le Parti Montarvillois qui a déjà perdu deux autres conseillers (devenu indépendant) depuis la dernière élection.

Il ne reste plus que deux conseillers municipaux sur sept qui sont membres de l’équipe du maire: Vincent Fortier, District no 2 et Isabelle Bérubé, District no 5.

Alain Dubois

LETTRE DE DÉMISSION DE MARTIN GUEVREMONT AU MAIRE MARTIN MURRAY

À : M. Martin Murray, maire de Saint-Bruno-de-Montarville

1er avril 2019

Bonjour Martin,

Je regrette de t’annoncer ma démission à titre de conseiller municipal du district #4 en date d’aujourd’hui. Mon horaire professionnel a changé depuis janvier dernier et exige maintenant beaucoup plus de déplacements qu’auparavant. Force est de constater que je ne pourrai plus remplir adéquatement mon rôle de conseiller d’ici la fin de mon mandat, qu’il s’agisse de répondre promptement aux demandes des citoyens de mon district, d’assumer les responsabilités liées aux dossiers que le conseil m’a confiés, jusqu’à ma présence aux séances du conseil municipal.

Tu me connais, je ne fais rien à moitié et, quoique je sois toujours habité par la passion de la politique municipale, la situation n’est plus tenable. Entre mon emploi et ma famille, d’une part, et mon rôle de conseiller, d’autre part, je dois choisir et ma démission s’impose d’elle-même. En persistant, je risquerais de décevoir tout le monde et de ne satisfaire personne. Les citoyens du district 4 seront mieux représentés par un(e) conseiller(e) qui aura le temps de bien exercer ses fonctions.

Nous pouvons être fiers des chantiers que nous avons initiés et réalisés en équipe depuis 2013. Je souligne :

  • le revirement de la situation financière de la municipalité grâce au développement du secteur industriel, créant ainsi la marge de manœuvre dont nous avions besoin pour offrir aux citoyens des infrastructures sportives d’envergure.
  • Sans oublier les quelques milliers d’emplois sur notre territoire d’ici 5 ans. Nous réduisons ainsi notre dépendance au développement résidentiel et le poids de la taxation sur les citoyens.
  • le Plan d’urbanisme soutenu par une vision rassembleuse et axée sur la communauté
  • la protection d’une part importante du territoire;
  • un centre-ville dynamique, servi par des politiques innovantes telles que le guide architectural et la politique d’habitation
  • un pôle agro-touristique en plein essor sur le rang des Vingt-Cinq.
  • les nombreux règlements favorisant les saines habitudes de vie tels les potagers en façade et le jeu dans la rue
  • le rapprochement avec la communauté des entrepreneurs et des commerçants
  • la tenue de grands événements mettant à contribution les forces locales, tels les marchés publics et la Féerie de Noël

Je souhaite humblement que ma démission initie une réflexion parmi les membres du conseil sur le profil de conseiller dont nos villes ont besoin. Il devient difficile de recruter des citoyens qui doivent concilier famille, emploi à temps plein et politique municipale. Si la municipalité souhaite une relève forte et à temps plein au conseil municipal, on pourrait envisager de réduire le nombre de conseillers et de les rémunérer sur la base d’un travail à temps plein.

J’ai adoré mon expérience de conseiller municipal sur toute la ligne. La réflexion, la décision et l’exécution d’idées et de projets ont été ma principale motivation. Je souhaite bon succès à la personne qui me succédera.

Je te remercie pour ta confiance.

Avec tout mon respect,

Martin Guevremont




Un succès pour Naga Mtl

Le 25 janvier avait lieu l’événement Chapter Two Show & Expo de la compagnie Naga Mtl au centre Marcel-Dulude à Saint-Bruno-de-Montarville. Plusieurs entreprises et artistes locaux s’y trouvaient pour présenter leur musique et leurs produits.

Naga Mtl est une jeune compagnie montarvilloise créée il y a un an par Sébastien Caron, Jérémie Faro et Steven Labbé, trois cégépiens de la Rive-Sud de Montréal. Elle présente ses vêtements sous la forme de « chapitre ». Le premier se composait de plusieurs chandails à manches longues ainsi que de cotons ouatés. Les autres sortiront sous peu.

L’initiative de l’événement avait pour but de donner une tribune aux entreprises locales. La première heure et demie de la soirée donnait la chance aux visiteurs d’aller découvrir les différents kiosques des compagnies présentant leurs produits. Parmi celles-ci, évidemment Naga Mtl, ainsi que plusieurs autres telles que Underscore, South Bank et Zilla. «Notre but était vraiment d’unir les compagnies locales de Saint-Bruno et de leur donner la chance de présenter ce qu’elles faisaient», explique l’un des fondateurs de Naga Mtl, Sébastien Caron.

La soirée se terminait par des performances de musique réalisées par différents interprètes et DJ. En tout, dix-sept artistes sont venus fouler la scène du centre Marcel-Dulude pour présenter leur numéro. Parmi eux se trouvaient plusieurs artistes locaux et montréalais tels que O.Z, Young Rose et Morphus.

Pour la jeune compagnie montarvilloise, l’événement a été un succès dépassant largement leurs attentes. Avant la soirée, deux-cents billets avaient été vendus en ligne et, au grand étonnement des trois associés, deux-cents autres ont été achetés à la porte, le jour même. «On a été vraiment surpris, c’était la première fois qu’on faisait un événement de ce genre! On a presque rempli la capacité maximale de la salle, on a vraiment réussi notre objectif haut la main», déclare Sébastien Caron, extrêmement satisfait de sa première expérience dans l’évènementiel.

Naga Mtl souhaite continuer à s’investir davantage dans le futur. Des participations à des événements similaires sont attendues pour les prochains mois. «On voit que ça fonctionne, et on veut vraiment augmenter notre visibilité», explique Sébastien Caron.

La jeune entreprise montarvilloise espère aussi pouvoir amener ses produits en boutique. C’est encore un objectif sur lequel les trois associés doivent travailler, mais ils travaillent fort pour y arriver.

Pour en savoir plus sur la compagnie locale Naga Mtl, consultez leur site web: https://nagamtl.myshopify.com/

Par Claudia Fortin, étudiante en journalisme et collaboratrice au Montarvillois




Saint-Bruno: Faible hausse du compte de taxes pour 2019

Le maire de Saint-Bruno-de-Montarville, monsieur Martin Murray, a présenté les prévisions budgétaires 2019 qui ont été adoptées par le conseil municipal lors de la séance tenue le 10 décembre. Ces prévisions budgétaires respectent l’engagement pris par l’administration municipale actuelle d’aligner la croissance du compte de taxes (1,96 % en  moyenne) sur le taux d’inflation. 

Le budget de 2019 s’élève à 68 580 000 $, en hausse de 3,89 % par rapport à l’année précédente. Pour la maison moyenne (419 759 $), cette hausse se traduit par une augmentation du compte de taxes est de 1,96 % ou de 62 $.  Entre 2014 et 2019, la croissance du compte de taxes, pour cette même maison moyenne, aura été de 11,6 % alors que l’indice des prix à la consommation aura progressé de 12 % durant la même période à l’échelle canadienne (sur la base d’un taux d’inflation prévisionnel de 2,2% en 2019). L’augmentation de 1,96 % ou de 62 $ s’explique comme suit :

  • Masse salariale (+ 612 700 $) : + 0,55 %  (+ 18 $)
  • Service de la dette (+ 721 300 $) : + 0,45 %  (+ 14 $)
  • Quotes-parts (+ 649 500 $) : + 0,50 %  (+ 16 $)
  • Autres dépenses (+ 584 000 $) : + 0,45 %  (+ 14 $)

Pour 2019, les dépenses locales de fonctionnement s’élèvent à 39 050 800 $ et celles relatives aux quotes-parts versées à l’agglomération de Longueuil, à la Régie intermunicipale d’assainissement des eaux usées de Saint-Bruno-de-Montarville et de Saint-Basile-le-Grand (RIAEU) et à la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) à 29 529 200 $, pour un total de 68 580 000 $ comme mentionné précédemment. 

En termes de dépenses locales de fonctionnement, la principale charge est la masse salariale. La rémunération (13 457 000 $), les charges sociales (1 571 800 $) et les avantages sociaux (2 859 900 $) totalisent 17 888 700 $, ce qui représente 45,81 % de ces dépenses locales de fonctionnement. Ce pourcentage est toutefois en diminution, puisqu’il était de 47,8 % en 2016, de 47,1 % en 2017 et de 46,5 % en 2018.

À Saint-Basile-le-Grand

Les propriétaires grandbasilois sont moins chanceux car ils verront leur compte de taxe résidentiel augmenter en moyenne de 7,62 % en 2019, soit une hausse de 224,16 $!

Source: Communiqué de la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville et autres…




Retour de la navette SkiBus à Saint-Bruno en 2019

Suite à deux saisons en projet, la navette SkiBus est de retour en 2019 et fait désormais partie de l’offre régulière du Réseau de transport de Longueuil (RTL).

ligne 299 du RTL - Skibus

Les clients y ont accès avec tout titre du RTL ou au coût de 3,25 $. Autre nouveauté en 2019 : un arrêt au Parc national du Mont-Saint-Bruno pour les adeptes de ski de fond et de raquettes. Cette initiative est un partenariat du RTL avec la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville, Ski Saint-BrunoTourisme Montérégie et la SEPAQ

Le service devient permanent 

LLe Réseau de transport de Longueuil (RTL), en partenariat avec la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville, Ski Saint-Bruno, Tourisme Montérégie et la SEPAQ, annonce qu’à la suite de deux saisons en projet pilote couronnées de succès, la navette SkiBus est de retour en 2019 et fait désormais partie de l’offre régulière du RTL. 

En effet, la nouvelle ligne 299 (SkiBus) sera mise en service dès le 5 janvier, et ce, jusqu’au 10 mars, les samedis et dimanches dès midi, du métro Longueuil – Université-de-Sherbrooke vers Ski Saint-Bruno, avec un dernier départ de la station de ski à 22 h. En nouveauté cette année, elle offrira un arrêt au Parc national du Mont-Saint-Bruno pour les adeptes de ski de fond et de raquettes. Faisant maintenant partie d’une ligne régulière du RTL, les clients y auront accès avec tout titre du RTL, métropolitain ou au coût de 3,25 $. 

« Devant le succès et la popularité du SkiBus, il nous fait plaisir de pérenniser ce service saisonnier en l’intégrant à notre horaire régulier pour notre clientèle. Le RTL se démarque par sa mise en service de navettes récréotouristiques et nous en sommes fiers », a souligné Pierre Brodeur, président du conseil d’administration du RTL. 

Rappelons que la navette SkiBus a été récompensée par l’organisme Trajectoire dans la catégorie Amélioration des services de transport collectif au Gala Prix Guy-Chartrand le 2 novembre dernier. Lancée à l’hiver 2017, elle a terminé sa saison 2018 avec une moyenne de plus de 125 clients par fin de semaine. 

Ski Saint-Bruno offrira à la clientèle du SkiBus un rabais de 50 % sur le billet de ski à prix régulier de jour ou de soir tandis que la SEPAQ offrira un rabais de 25 % sur la location d’équipements au Parc national du Mont-Saint-Bruno. La SEPAQ rappelle également que le droit d’entrée et la location d’équipements sont gratuits pour les enfants et adolescents de 17 ans et moins. 

Pour plus d’informations sur les horaires et le trajet de la navette, visitez notre site Web au www.rtl-longueuil.qc.ca/skibus.

Voir le communiqué du lancement sur le site du RTL Premier départ : 5 janvier 2019
Horaire détaillé sur www.rtl-longueuil.qc.ca/skibus

Horaire et trajet de la ligne 299 SkiBus du RTL

  • Samedis et dimanches, du 5 janvier au 10 mars 2019 inclusivement
  • Départ du métro Longueuil–Université-de-Sherbrooke, aile F porte 41
  • Rréquence de service aux 90 minutes
  • Premier départ à midi du métro et dernier retour à 22 h de Ski Saint-Bruno
  • Quelques arrêts sont prévus au cours du trajet.

Horaire détaillé sur www.rtl-longueuil.qc.ca/skibus

Tarification

Les clients y ont accès avec tout titre du RTL ou au coût de 3,25 $

Promotions pour les usagers

50 % de rabais offert par Ski Saint Bruno sur le prix régulier du billet de ski*.
Rabais offert par la Ski Saint-Bruno. 
*Des conditions s’appliquent.

25 % de rabais sur la location d’équipement au parc national du Mont-Saint-Bruno
Rabais offert par la SEPAQ. 
*Des conditions s’appliquent.

Voir les détails sur la page SkiBus du RTL

Source: Communiqué RTL




Début des travaux du SKYSPA à Saint-Bruno-de-Montarville

Le Groupe SKYSPA a procédé hier à la première pelletée de terre marquant le début de la construction de son plus récent projet, Förena, en compagnie du maire de Saint-Bruno-de-Montarville, M. Martin Murray, et de Mme Caroline Proulx, ministre du Tourisme. Cette cité thermale, unique en son genre, sera située au pied du Mont-Saint-Bruno face au rang des Vingt-Cinq Est. L’ouverture au public est prévue pour la fin de l’été 2019.

La construction de Förena sera répartie en deux phases. La première, qui accueillera ses premiers visiteurs dès l’été prochain, bénéficie d’un budget de 12 millions $ et créera une centaine d’emplois. La cité thermale contiendra un restaurant et, à terme, un hôtel, totalisant un investissement de 45 millions$ et la création de plus de 300 emplois.

«Förena est un projet qui est né de mes nombreux voyages aux quatre coins de la planète», a indiqué Patrick Rake, président du Groupe SKYSPA. « En revenant au Québec, j’ai voulu offrir aux consommateurs l’expérience d’une véritable cité thermale, qui s’intégrerait en parfaite harmonie à la nature environnante. C’est ce que les gens pourront vivre très bientôt, à quelques minutes seulement de l’Île de Montréal».

Förena se déploiera au pied du Mont-Saint-Bruno, sur un vaste terrain non aménagé de 60 000 mètres carrés. La construction de la cité thermale constituera un nouvel attrait majeur pour la région, et viendra consolider le pôle récréotouristique du Mont-Saint-Bruno, incluant notamment Ski Saint-Bruno et le parc national de la Sépaq.

«Förena constituera un projet à haute valeur pour la communauté de Saint-Bruno-de-Montarville et les environs»  a mentionné Martin Murray, maire de la ville de Saint-Bruno-de-Montarville. «La ville est fière d’avoir appuyé ce projet novateur depuis ses débuts!».

«Ce projet d’envergure au concept unique permettra de mettre en valeur la nature environnante de ce site d’une grande beauté, en plus d’offrir un attrait touristique de rêve aux résidents et aux visiteurs, qu’ils soient du Québec ou de l’étranger» a indiqué la ministre du Tourisme, Caroline Proulx. «Cette initiative se distinguera de la concurrence, ce qui, économiquement parlant, sera bénéfique pour tout le Québec» a-t-elle conclut.

 

Source: Communiqué du Groupe SKYSPA




Le maire de Saint-Bruno, Martin Murray, se voit décerner le prix Distinction Santé durable 2018

L’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ) décerne le prix Distinction Santé durable, catégorie municipale, au maire de Saint-Bruno-de-Montarville, Martin Murray, pour son engagement en faveur de la santé durable et du bien-être des citoyens.

«Votre engagement en politique est fondé sur la transparence, sur l’instauration d’une véritable démocratie participative au sein des collectivités locales et sur l’urgence de mettre au centre de leurs préoccupations la protection de leurs milieux naturels et la lutte aux changements climatiques. De plus, l’adoption d’une politique de ville nourricière concrétise une promesse claire en faveur de la santé durable de vos citoyens», explique Liliane Bertrand, présidente de l’ASPQ.

«C’est avec honneur que j’accueille cette distinction. C’est aussi avec humilité, car je peux non seulement compter sur une équipe qui adhère à cette vision durable et qui croit à la nécessité d’agir dès maintenant, mais également sur du personnel administratif engagé, qui ne ménage aucun effort pour mener à bien les projets innovants qui en découlent», se réjouit le récipiendaire, Martin Murray.

Le prix Distinction Santé durable couronne l’apport exceptionnel d’un individu ou d’un groupe au soutien de la prévention ainsi que du développement social et économique du Québec par la promotion d’une conception durable de la santé et du bien-être des citoyens.

Les prix ont été remis à l’occasion d’une cérémonie officielle qui s’est tenue le 29 novembre dernier.

 

Photo: Martin Murray, maire de Saint-Bruno, et Liliane Bertrand,   présidente de l’ASPQ. Crédit : Paul Ducharme

Source: communiqué Ville de Saint-Bruno-de-Montarville




Îlot Natrel: Un citoyen interpelle le maire Murray et le conseiller Jacques Bédard

Bonjour,

À l’attention de M. le Maire Martin Murray et Jacques Bédard conseiller municipal,

Messieurs, j’ai pris connaissance de l’avis public des projets de règlement URB-Z2017-008 et URB2018-002 publiés dans le journal Les Versants du 21 novembre dernier et visant le changement de zonage de la zone concernée MH-916 pour permettre la réalisation d’un projet dans l’ilot Natrel. Je me suis penché sur les zones contiguës à la zone concernée décrites dans l’avis. J’ai constaté avec stupéfaction un biais favorable aux commerces de la zone concernée et des zones contiguës et une discrimination évidente pour les citoyens qui n’habitent pas ces zones en particulier ceux de la zone MH-915 que j’habite et qui se situe à moins de 150 mètres de la zone concernée sur le Chemin de la Rabastalière Ouest tandis que certains citoyens consultés sont eux à plus de 400 mètres de cette même zone.

Une consultation respectueuse de la population devrait viser à éliminer tout biais et prendre 

en considération tous les irritants des citoyens. Vous avez, j’en suis persuadé, respecté toutes les règles et les lois en ce qui concerne les procédures et les étapes d’autorisation pour l’approbation du projet. Mais les règles et les lois ne votent pas. Vous avez omis les citoyens, ceux qui vous ont élus et qui tiennent au caractère communautaire de notre ville. Vous n’en seriez pas les premiers à faire du «Gerrymandering»

De plus, j’aimerais porter à votre attention, Messieurs, que la rue du Chemin de la Rabastalière Ouest est l’une des deux seules artères qui conduit vers la zone du projet et qu’en plus, elle est très étroite, fort achalandée et saturée les jours de semaine. Vous n’ignorez certainement pas que le projet accroîtra la circulation, votre administration a même exigé des stationnements souterrains pour le projet.

Alors, Messieurs, pourquoi n’avons-nous pas notre mot à dire dans cet important projet qui deviendra le point central et le chef-lieu de St-Bruno?

Salutations,

Pierre-Paul Léger

___, Chemin de la Rabastalière Ouest, St-Bruno




Médaille de la gouverneure générale à une élève de l’école secondaire Mont-Bruno

C’est avec grand plaisir que l’École secondaire du Mont-Bruno a souligné la remise de la médaille de la gouverneure générale du Canada le 19 novembre dernier. En effet, Héloïse Brouillette, finissante de la promotion 2017-2018, s’est vu remettre ce grand honneur pour avoir obtenu la meilleure moyenne générale de sa cohorte.

Le prix fut remis en présence de ses parents et amis, présents en grand nombre, ainsi que de la direction et les membres du conseil d’établissement. Félicitations à Héloïse pour ce grand accomplissement!

Présents sur la photo : À gauche : Matthieu Solinas directeur adjoint 5e secondaire  et à droite : Héloïse Brouillette, élève récipiendaire




Îlot Natrel: Troublant parallèle…

Louis Émond

(Par Louis Émond) Le lundi 12 novembre dernier, le changement au zonage de l’îlot Natrel a été approuvé à la séance du conseil de ville, par cinq votes contre trois. Cette adoption, il faut le souligner, a été signée au mépris complet de la volonté exprimée par les citoyens notamment lors de la consultation publique qui engendra Vision stratégique 2035.

Jamais, au cours de toute la consultation, il ne fut dit que nous, gens de Saint-Bruno, accepterions qu’une firme – COGIR ou une autre – puisse aller de l’avant avec le projet d’ériger un volumineux édifice réservé aux aînés, au cœur de notre ville.

Cette décision ne cadre pas non plus avec le plan d’urbanisme adopté par la Ville en décembre 2017, il y a un an seulement, ni avec leur propre engagement électoral.

Même le comité consultatif d’urbanisme n’a pu recommander le changement de zonage.

Alors? Que s’est-il passé? Comment s’y est-on pris pour faire tout de même avancer un projet dont apparemment personne ne voulait et, de surcroît, en rayant d’un trait de plume un important élément du plan d’urbanisme dont s’est dotée notre ville en décembre 2017?

Comment? Facile.  

On a formé un soi-disant comité de travail composé de trois élus du parti (le maire et les conseillers Martin Guevremont et Jacques Bédard), de représentants du promoteur (on croit rêver!) et de citoyens… choisis par le maire lui-même! Ce comité déclara que, oh ma foi, mais que voilà une excellente idée, tout en prévenant – même eux! – que ce projet faisait face à deux réticences : le nombre d’étages et la vocation.

LA VRAIE QUESTION

Mais la vraie question n’est pas tant comment? La vraie question est pourquoi?

Pourquoi tant tenir à ériger un immense bloc de cinq (voire six) étages qui ne respecte en rien le bâti de ce secteur? Pourquoi tant tenir à ériger un édifice dont les caractéristiques vont à l’encontre des recommandations de l’organisme Vivre en ville?

Comme dirait le maire lui-même : « Eh bien, la réponse est toute simple… »

Eh oui, elle est toute simple, en effet.

Comme tant d’autres avant eux, il appert que le Parti montarvillois s’est lié les mains en faisant miroiter des choses au vendeur (Agropur/Natrel) puis au promoteur (COGIR). Non, non, non, absolument rien d’illégal, mais tout ce qu’il y a d’extrêmement mal avisé et surtout qui ne respecte rien de notre volonté ou de nos procédures démocratiques.

Conséquemment, le prix au pied carré demandé pour ce terrain a grimpé en flèche et, au final, devant le montant faramineux payé pour ce lot, nos élus, qui en furent la cause, ont été forcés de livrer la marchandise, de concrétiser ce qu’ils avaient fait miroiter.

Et c’est ça qu’ils appellent faire de la politique autrement…

LE PARTI MONTARVILLOIS 2.0

Attention! Je reconnais que le Parti montarvillois a fait de très belles choses pour notre ville. Ces hommes et ces femmes, quand ils sont entrés en poste, avaient à cœur l’avenir de Saint-Bruno. Ils et elles avaient à cœur de mieux écouter la population et de vraiment tenir compte de leur avis. Elles et ils avaient à cœur de faire tomber le mur élevé par l’administration précédente et qui s’interposait entre la tribune des élus et la salle.

Ils ont même cherché à le faire pour vrai, en 2013! Mais il y avait une importante structure en dessous de cette plateforme et un nœud de filage électrique et électronique inextricable… Bref, c’était trop compliqué.

Mais j’insiste : le nombre de leurs bons coups est assez élevé pour ne pas nous faire regretter le triste règne de Claude Benjamin et consort. Ça, c’est incontestable.

Cependant, quelque chose s’est produit au fil des ans, et ça a dérapé.

Lentement, mais aussi inexorablement qu’une voiture sur la glace vive en pleine tempête hivernale. Ça a dérapé mais visiblement personne parmi ces gens de bonne volonté ne semble s’en être aperçu.

Cela nous a donné depuis quelques décisions étranges.

Comme la destruction projetée – et tant contestée – du parc Rabastalière et l’installation à cet endroit d’un centre multi-sportif de 50 millions de dollars.

Ou comme ce «deuxième manoir» de cinq, voire six étages que l’on cherche à implanter sur l’ancien îlot Natrel et qui, pour de nombreuses décennies, redéfinira lourdement notre centre-ville, tant sur le plan de sa vitalité que sur celui de sa configuration.

LE TROUBLANT PARALLÈLE

Or, assez étrangement, cette volonté qui anime le conseil de ville de nous imposer une chose dont plusieurs ne veulent pas me rappelle un autre combat pas si loin dans ma mémoire et qui m’amène à poser la question suivante à Vincent Fortier, Martin Guevremont, Isabelle Bérubé, Jacques Bédard et au maire: en quoi le fait de s’avancer aussi imprudemment dans les pourparlers avec COGIR et Natrel, avant même qu’une résolution ait été passée au conseil, est-il si différent de ce qui s’est passé au moment de l’achat par un sénateur et promoteur immobilier d’un espace de six hectares adossé à la montagne, selon le fameux Dossier noir de la forêt des Hirondelles?

Et au regard du peu d’acceptabilité sociale que prouvent toutes les consultations antérieures, en quoi le projet de COGIR diffère-t-il tant de celui de La Futaie qui devait être développé sur le site de la forêt des Hirondelles?

La Futaie ne fut-elle pas décriée aussi vertement – sans jeu de mots – par la population que l’est aujourd’hui l’imposant édifice et ses 300 unités d’habitation destinées aux gens du troisième âge?

L’ironie dans tout ça, c’est que plusieurs des élus qui sont assis en avant et qui décident de tout sont aussi ceux qui ont fait de la protection de la forêt des Hirondelles l’un de leurs principaux fers de lance aux élections de 2013.

Alors je le répète, en quoi ces deux dossiers diffèrent-ils?

Oui, je sais, l’îlot Natrel n’est pas un espace vert. (Ah oui, en passant, selon la définition qu’en donne le MAMOT, et malgré ce que répète erronément le maire, les deux terrains de balle sont eux, bel et bien des espaces verts. Que ce soit dit une fois pour toute!)

Non, l’îlot Natrel n’est pas un espace vert. Mais en ce qui a trait au respect du caractère villageois, de même qu’à la vocation et à la mission d’avenir de notre centre-ville, il est, aux yeux de beaucoup de mes concitoyens et concitoyennes, tout aussi précieux.

ON JETTE LA SERVIETTE? PAS ENCORE…

Comme l’administration a renié un engagement électoral important, il est possible de lui demander de tenir un référendum sur la question.

Mais plus encore, j’invite tous ceux et toutes celles qui s’opposent à la construction d’un pareil building, masse volumique qui va transformer pour de bon et le profil et le cœur de notre ville, sans parler du reste, à se rendre à la salle du conseil le lundi 3 décembre dès 19h afin de dire votre désaccord aux gens qui vous représentent, car le dossier reviendra une dernière fois en séance du conseil pour approbation.  

Écouteront-ils? Prêteront-ils l’oreille à leurs concitoyennes et concitoyens?

Ou bien, parce que c’est trop compliqué, décideront-ils de maintenir le mur entre l’estrade et la salle?




RTL: Projet pilote de micro-transit à la demande pour Saint-Bruno et d’autres municipalités

Le Réseau de transport de Longueuil (RTL) annonce la tenue d’un projet pilote de transport à la demande dynamique. Il devient ainsi le premier transporteur public au Québec à proposer un système de transport en commun dont les routes se créent de façon dynamique en fonction de la demande, soit le micro-transit. À l’aide de l’application RTL à la demande, les clients de Saint-Bruno-de-Montarville résidant dans un secteur précis au sud de la route 116 auront accès à un déplacement sur demande par taxi.

Par exemple, une personne seule ou accompagnée, pourra commander un taxi instantanément à proximité de chez elle, et se faire conduire à l’un ou l’autre des endroits désignés ci-dessous.
En cours de déplacement, il est possible que d’autres personnes soient ajoutées à la course. La tarification applicable demeure celle du service régulier en transport en commun du RTL.

À la pointe de la technologie, l’application regroupera automatiquement les demandes de déplacements pour optimiser l’utilisation des taxis. Pour le lancement du projet pilote, le service est d’abord disponible aux périodes de pointe à l’intérieur d’un périmètre défini. Il permettra, entre autres, aux résidants d’accéder aux gares de train de banlieue du secteur, à des arrêts d’autobus définis ou au centre-ville de Saint-Bruno-de-Montarville.

Le Réseau de transport de Longueuil (RTL) ouvre un nouveau front dans le combat contre la voiture solo. Une nouvelle application mobile permettra d’étendre l’offre de transport en commun dans les villes et quartiers à faible densité, comme à Saint-Bruno-de-Montarville.

Le RTL a lancé un nouveau projet pilote mardi. Les résidents de certains secteurs mal desservis de Saint-Bruno pourront désormais utiliser l’application RTL à la demande pour commander un taxi qui les amènera à une gare de train, au centre-ville ou à une ligne d’autobus.

À la différence d’un taxi traditionnel ou d’Uber, le trajet sera payé avec la carte Opus. Les usagers y auront donc accès pour 3,25$, ou encore avec la passe mensuelle du RTL ou d’exo.

Le transporteur appelle ce modèle de transport le «micro-transit».

« Ce concept innovant permettra de rejoindre une plus vaste clientèle et d’assurer une meilleure offre de service pour la population, de façon complémentaire à notre service régulier. Il permettra de desservir plus facilement la clientèle de secteurs de basse densité urbaine, plus difficiles d’accès aux bus traditionnels. Ce projet pilote permettra d’évaluer l’opportunité de cette technologie, et de voir comment l’étendre à d’autres secteurs de l’agglomération de Longueuil, résidentiels ou industriels. Le RTL est confiant que ce service sera utilisé par de nouveaux clients en répondant plus finement à leurs besoins. Il contribuera à diminuer l’utilisation de l’auto solo, et qui sait, éviter l’achat de voitures individuelles supplémentaires. », a souligné Pierre Brodeur, président du conseil d’administration du RTL.

Les déplacements pourront se faire sur semaine en heures de pointe, soit de 5 h 30 à 8 h 05 et de 16 h 10 à 18 h 40, excluant les jours fériés, en provenance ou en direction des destinations suivantes :

  • Secteur Sabourin/Grand Boulevard
  • Gare de Saint-Basile-le-Grand
  • Gare de Saint-Bruno
  • Stationnement incitatif Seigneurial
  • Quartier situé au coeur du centre-ville de Saint-Bruno-de-Montarville

Le RTL tient à remercier la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville et le réseau de transport exo pour leur précieuse collaboration dans la mise en place de ce projet pilote. Pour en savoir plus sur ce projet pilote et l’utilisation de l’application Via, visitez notre site Web à l’adresse www.rtl-longueuil.qc.ca/alademande.

 

Source: communiqué RTL




Le Parti montarvillois annonce le départ de Caroline Cossette

C’est avec regret que le Parti montarvillois confirme la démission de Caroline Cossette, conseillère du district 3 élue pour une première fois le 5 novembre 2017.

Le Parti reconnaît n’avoir pu intégrer Mme Cossette au sein du caucus de ses élu.e.s et ce, malgré une communauté de vision et des engagements partagés. Depuis quelques mois, des efforts importants ont été consentis de part et d’autre pour corriger la situation, sans succès.

Nous n’avons d’autre choix que d’accepter sa décision. Caroline Cossette est une jeune femme de talent et au dynamisme indéniable; elle demeure un atout pour notre conseil municipal et notre communauté. Nous nous joignons donc aux citoyens et citoyennes de son district pour lui souhaiter le meilleur des succès dans la poursuite de son mandat. Nul doute qu’elle saura les représenter tout en appuyant les éléments prioritaires du programme du Parti Montarvillois qu’elle leur a présentés lors de la dernière campagne électorale.

Le Parti montarvillois garde le cap sur ses engagements électoraux, notamment sur le importantes réalisations à venir au centre-ville de Saint-Bruno. Nous comptons sur la pleine collaboration de Madame Cossette et de l’ensemble du conseil municipal pour l’avancement des choses. C’est ce que les citoyens attendent de nous.

Caroline CossetteConseillère du district 3 depuis 2017 – Élue responsable du développement économique, de la culture et de la vie communautaire.
Communiqué: Parti montarvillois

 




Résidence pour aînés sur l’ilôt Natrel, un projet imposant que certains souhaitent imposer.

Marilou Alarie

         Marilou Alarie

Malgré les consultations publiques et la claire volonté exprimée par les Montarvillois de voir au centre-ville, sur le site de l’ancienne laiterie Natrel, un projet de développement dynamique qui permet une mixité d’occupation et un bâti à échelle humaine ne dépassant pas 4 étages, l’administration du maire Murray revient aujourd’hui à la charge en proposant des modifications au plan d’urbanisme lesquelles ne respectent pas les conclusions des consultations ni même les engagements pris par sa formation politique lors de la récente élection.

L’objectif de ses modifications? Permettre un complexe immobilier de cinq (5) étages comprenant 300 unités d’habitation réservées exclusivement aux aînés sur le terrain de l’ancienne laiterie Natrel au cœur du centre-ville de Saint-Bruno.

Et pourtant:

  •  Ce projet immobilier ne cadre pas avec les objectifs définis dans la Vision stratégique 2035 adoptée en 2015 par la Ville de Saint-Bruno pour le secteur du centre-ville.
  • Ce projet ne rencontre pas les orientations et recommandations de l’étude d’urbanistes conseils intitulée « Définition d’un parti d’aménagement pour le centre-ville » et commandée par la Ville de St-Bruno à l’organisme Vivre en ville, lequel a réalisé cette étude à la suite des consultations publiques « Imaginons St-Bruno » en 2015.
  • Ce projet n’est aucunement conforme au plan d’urbanisme adopté en décembre 2017 à la suite d’un exercice de consultation publique.
  • Le plan d’urbanisme ne permet pas que soient implantés sur l’îlot Natrel des immeubles de plus de quatre (4) étages et ne permet pas non plus l’usage « habitations collectives », un usage nécéssaire au modèle d’affaire du promoteur.
  •  Ce projet fût sévérement critiqué par les citoyens lors de la consultation/séance d’information publique sur l’îlot Natrel, en mai 2018.
  • Lors de sa réunion du 19 septembre dernier, le comité consultatif d’urbanisme de la ville de Saint-Bruno fût incapable de recommander favorablement au membres du conseil de ville les modifications règlementaires nécessaires à la réalisation du projet.

Un événement connu par peu de personnes autres que les membres du conseil est révélateur du parti pris du maire favorable à un projet de résidence pour personnes agées au détriment d’un développement rejoignant ceux exprimés lors des consultations publiques.

Quelques mois avant que la Société en commandite RPA 2 Saint-Bruno ne fasse l’acquisition de l’ancienne laiterie du centre-ville,  le 21 octobre 2016, le maire avait pris l’initiative, à l’insu des membres de son conseil, d’informer les vendeurs, la Coopérative Agropur, qu’il souhaitait un projet d’envergure à cet endroit et qu’il serait favorable à modifier la règlementation municipale pour pouvoir accueillir, sur cet important îlot central, des immeubles résidentiels et commerciaux de 6 étages! Ces modifications étaient significatives puisque, à l’époque, seuls les immeubles commerciaux comptant un maximum de deux étages étaient permis à cet endroit.

Voilà pourquoi lors du dépôt du projet de plan d’urbanisme au début de l’année 2017, la possibilité d’implanter sur l’îlot Natrel des immeubles de 6 étages fût présentée au public. Les citoyens ont été nombreux à se questionner sur l’origine de cette volonté de désormais permettre des édifices d’une telle hauteur à cet endroit. Cette volonté était après tout contraire aux conclusions des consultations publiques de 2015 et aux recommandations des urbanistes conseil mandatés par la ville.

Quelques mois plus tard, à l’automne 2017, à l’approche des élections, la pression citoyenne pour le respect d’un développement à échelle humaine et avec une mixité sociale sur l’îlot central fut telle que le Parti montarvillois dut prendre l’engagement de limiter la hauteur des immeubles à 4 étages et de ne pas permettre les habitations collectives/résidences pour aînés sur ce lot dans son futur plan d’urbanisme.

Une fois élue, l’équipe du Parti montarvillois a d’abord respecté sa parole en adoptant, au mois de décembre 2017, un plan d’urbanisme conforme à ses engagements.

Mais hélas, cela ne fut que de courte durée. Le maire a vite fait de mettre en place un comité de travail composé d’élus, de trois représentants du promoteur et de quelques citoyens choisis par le maire lui-même. Ce comité allait, on le devine, recommander que soit réalisé le projet souhaité par le promoteur. M. Murray et son équipe pouvait maintenant renier leurs engagements électoraux sous prétexte qu’un comité de travail était en faveur du projet.

 Malheureusement, on peut conclure encore une fois que la volonté des citoyens semble être bien peu considérée voir méprisée à côté des intérêts des promoteurs privés. Ce sont ces derniers encore aujourd’hui qui, avec la complicité de l’administration municipale, tentent d’imposer leur modèle d’affaires et de développement.

Les citoyens ont raison de réclamer un développement du centre-ville qui respecte les besoins variés, un développement du site Natrel reposant sur une mixité d’occupation, une densité qui respecte les prérogatives du plan métropolitain d’aménagement et un bâti davantage en harmonie avec celui existant. Il faudra l’exprimer à nouveau lors de la consultation publique du 8 novembre prochain. Si l’administration Murray persiste dans son intention de modifier le plan d’urbanisme au profit du promoteur COGIR, nous devons réclamer un référendum où tous les électeurs pourront s’exprimer et pas seulement les riverains au projet car le développement du centre-ville de Saint-Bruno concerne tous ses citoyens.

Tous les Montarvillois et Montarvilloises sont invité(e)s à participer à l’assemblée publique de consultation sur les modifications réglementaires demandées par le promoteur pour réaliser son projet.

Date: 8 novembre 2018 
Lieu: Hôtel de Ville
Heure: 18:30

 

Marilou Alarie,

Conseillère municipale district 6, Saint-Bruno-de-Montarville

 




LA CONSEILLÈRE DE SAINT-BRUNO, CAROLINE COSSETTE QUITTE LE PARTI MONTARVILLOIS

La conseillère du district 3, Mme Caroline Cossette annoncera dans un communiqué conjoint avec le Parti Montarvillois son départ de ce parti.

Nous ignorons encore les motifs de ce départ, mais elle a mentionné au Le Montarvillois.com qu’elle siégerait dorénavant comme indépendante.

Pour expliquer sa décision, Mme Cossette a choisi la voie du communiqué conjoint avec le Parti Montarvillois, car elle souhaite exprimer aux électeurs qui l’ont appuyé lors de la dernière élection « qu’elle demeure la même personne avec les mêmes valeurs » qui l’ont conduit à se présenter comme conseillère municipale.

Actuellement, Mme Cossette est l’élue responsable du développement économique, de la culture et de la vie communautaire et a comme autres responsabilités :

Comité consultatif sur le milieu de vie
Comité de retraite des cols bleus de Saint-Bruno-de-Montarville
Comité de retraite des cols blancs de l’Agglomération de Longueuil

Alain Dubois




Saint-Bruno abritera un des plus importants centres de données au Canada

Les efforts du gouvernement municipal du maire Murray pour insuffler un nouveau dynamisme économique à la ville porte fruit.  Les annonces de nouvelles entreprises qui viennent s’établir à Saint-Bruno-de-Montarville sont presque hebdomadaire.  Les revenus que la ville en retirera  seront,  selon le maire Martin Murray, en grande partie investit dans l’amélioration des infrastructures de Saint-Bruno, entre autre, dans la construction d’un audacieux complexe sportif dans le centre-ville. Un projet qui comme, il l’a mentionné  lors du dernier conseil municipal, devra se faire sans aucune augmentation de taxe pour les Montarvillois.

La dernière annonce concerne l’implantation d’un nouveau campus de 150 MW de l’entreprise COLO-D qui deviendra ainsi le plus important fournisseur de services de centres de données pour grandes entreprises au Canada.

«Érigé sur un terrain de plus de 22 acres, ce campus avant-gardiste nommé D3, troisième site de COLO-D, sera aménagé et opéré en utilisant les dernières technologies vertes disponibles. Les clients pourront tirer parti de la stabilité de l’énergie renouvelable du Québec et ainsi améliorer leur responsabilité sociale», explique Patrick David, président et chef de la direction de COLO-D.

Le campus de 500 000 pieds carrés sera approvisionné par deux alimentations électriques de 315 kV redondantes, chacune desservie par deux postes haute tension. Son emplacement stratégique est considéré comme l’un des plus fiables et sécuritaires en Amérique du Nord en termes d’approvisionnement d’énergie électrique.

«Le nouveau campus D3 nous permettra de nous positionner parmi les leaders nord-américains en solutions de centres de données pour grandes entreprises. Nous sommes enthousiastes de pouvoir offrir un écosystème riche et unique de centres de données aux entreprises souhaitant déployer des solutions à grande échelle dans une région en voie de devenir une plaque tournante mondiale en centres de données », se réjouit M. David, rappelant que Montréal s’impose déjà comme l’un des marchés les plus prometteurs dans ce secteur en Amérique du Nord.

COLO-D offre une connectivité de très haut niveau aux grandes entreprises ayant des besoins spécifiques en termes d’échange de trafic, d’interconnexions réseau et de partage de contenu. Le campus D3 offrira une multitude de liens entièrement redondants et diversifiés, y compris des liaisons vers des centres de télécommunication internationaux. Ce campus sera également connecté aux autres centres de données de COLO-D via des routes de fibres optiques diverses offrant aux entreprises la possibilité de créer des solutions redondantes de geo-clustering sur des sites situés dans différentes zones climatiques et sismiques.

 

Alain Dubois & communiqué de presse COLO-D




Autre accident dans le centre-ville de Saint-Bruno

Les accidents se multiplient au centre-ville de Saint-Bruno. Ce matin vers 11h 30 , un accident impliquant 4 automobiles a eu lieu au centre-ville de Saint-Bruno à l’intersection Seigneuriale et Cambrai est arrivé. Nous ne connaissons pas encore les circonstances de celui-ci, mais une automobile a bifurqué de sa voie pour éviter une autre automobile et à heurté un lampadaire qui dans sa chute a endommagé un 3e véhicule. Le 2e véhicule impliqué a embouti un 4e véhicule qui était stationné. Heureusement, les occupants des automobiles impliqués ne semblent pas avoir été blessés, mais par mesure de précaution il a été demandé au conducteur qui a heurté le lampadaire, un homme d’environ 75 ans, de ne pas bouger ou de sortir de son véhicule et ce jusqu’à l’arrivée des secours.

 

Article précédent:

Accident sur Montarville




Le lac du Moulin… asséché!

Depuis le mois d’aout,  les visiteurs du parc National du Mont Saint-Bruno sont confrontés à  un triste spectacle, l’assèchement du lac du Moulin.

Les travaux sur la digue du lac du Moulin et la chaude température que nous avons eue cet été ont dramatiquement baissé le niveau d’eau du lac.  Ses travaux sont faits dans le but d’en assurer la mise aux normes de la digue. Nous ne savons pas qu’elles en seront les impacts sur la santé du lac mais plusieurs mesures ont été prises pour diminuer ceux-ci, tels que la mise en place d’un rideau de turbidité (pour assurer la clarté de l’eau), de même qu’une barrière de sédimentation qui empêchera l’accumulation de sédiments dans le lac.

En tant que propriétaire de la digue du lac du Moulin, la Ville avait l’obligation de le mettre aux normes afin d’assurer une protection en cas de pluie déca millénaire (1/10 000 an) ou d’une crue extrême.

Des études réalisées à la demande de la Direction des barrages ont confirmé que ces travaux étaient requis.

Les travaux ont été approuvés par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC), la Direction des barrages, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec (MFFP), incluant la Société des établissements de plein air du Québec (SEPAQ).

 

LeMontarvillois.com; Communiqué, ville de Saint-Bruno-de-Montarville