Rage du raton laveur: signalez la présence d’animaux suspects à Saint-Bruno

Grâce à la mise en place d’un plan de lutte contre la rage du raton laveur, suivant un premier cas signalé dans le sud du Québec en 2006, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) a pu éliminer du territoire québécois ce variant de rage qui toucheégalement les mouffettes et les renards.

Cependant, puisque des cas sont signalés chaque année à la frontière des États-Unis, des activités de surveillance et de contrôle se poursuivent d’année en année en Montérégie et en Estrie, notamment avec l’épandage d’appâts vaccinaux dans les habitats naturels des animaux.

En 2019, Saint-Bruno-de-Montarville, Saint-Basile-le-Grand ne figuraient pas sur la liste des municipalités visées par les opérations de vaccination, mais elles font parties des 107 municipalités sous haute surveillance en Montérégie.

Les citoyens sont invités en tout temps à:

•ne jamais approcher les animaux inconnus, qu’ils soient domestiques ou sauvages;•en cas de morsure, laver la plaie à grande eau et au savon pendant 10 minutes et communiquer avec Info-Santé en composant le 811;

•consulter un médecin vétérinaire pour faire vacciner leurs animaux de compagniecontre la rage;

•rendre le contenu des poubelles extérieures inaccessible aux animaux.

Pour signaler en toute saison la présence d’animaux suspects, c’est-à-dire qui semblent désorientés, anormalement agressifs, paralysés ou morts, joignez le MFFP par téléphone au 1 877 346-6763 du lundi au vendredi de 8 h 30 à 16 h 30 ou en tout temps au www.rageduratonlaveur.gouv.qc.ca.

NOTE: Depuis la découverte d’un premier cas de rage du raton laveur en Montérégie, dans le sud du Québec, en 2006, le gouvernement québécois a mis en place un plan de lutte contre ce variant de la rage. La rage du raton laveur a ainsi pu être éliminée du territoire québécois en quatre ans. Néanmoins, des cas de rage du raton laveur sont détectés chaque année aux États-Unis, à proximité du Québec. C’est pourquoi l’application d’un plan de lutte demeure pertinente afin d’éviter le retour de cette menace à la santé publique au Québec. Le plan actuellement en vigueur prévoit des activités de surveillance et de contrôle.

SOURCE: Communiqué Ville de St-Basile-le-grand & Gouvernement du Québec




Saint-Bruno: Prêt gratuit d’une camionnette pour le transport des résidus verts

Notre gouvernement municipal démontre une fois de plus (1) qu’il est à l’écoute des citoyens. Dans notre groupe Facebook «Saint-Bruno-de-Montarville-d’hier à aujourd’hui», un des membres et résidents de notre ville, Raynald Dulac (15/07) y avait souligné sa surprise de constater qu’il n’y avait aucune collecte de résidus verts et qu’il n’était pas évident de transporter ce type de déchets en voiture à l’écocentre.

Sensibilisée à ce problème, la ville a été prompte à réagir en mettant en place un projet pilote qui permet à ses citoyens d’emprunter gratuitement une camionnette (pick-up) pour aller porter les résidus verts à l’écocentre.

« Lors de l’implantation de la collecte des matières organiques en janvier, la Ville de Saint-Bruno a misé sur le bac brun et sur l’herbicyclage pour supprimer les collectes de résidus verts durant la période estivale (mi-mai à la fin septembre).

Toutefois, la Ville a entendu ses citoyens et reconnaît qu’une amélioration de service est nécessaire. Pour 2019, il est impossible d’ajouter des collectes porte-à-porte de résidus verts d’ici la date de reprise prévue à la fin septembre (consulter le calendrier municipal pour les dates par secteur). C’est pourquoi un service de dépôt de résidus verts à l’écocentre a été ajouté, il y a quelques semaines, pour pallier le surplus de résidus que certains citoyens peuvent avoir.

Dans cette foulée, la Ville annonce maintenant une mesure supplémentaire: Pour la période du 24 juillet au 31 octobre 2019, un service gratuit de prêt d’une camionnette permettant aux citoyens d’apporter plus facilement leur surplus de résidus verts à l’écocentre.

La camionnette est disponible, sur réservation, du lundi au jeudi non fériés de 16 h à 17 h 30 et les vendredis, samedis, dimanches et jours fériés de 13 h à 17 h 30 pour une durée maximale de 90 minutes.

Pour réserver, il suffit de téléphoner au 450 645-2960
du lundi au vendredi entre 7 h 30 et 16 h 30. Les citoyens n’ont
ensuite qu’à se présenter au comptoir de l’écocentre (600, rue Sagard)
pour prendre possession de la camionnette à la date et à l’heure prévue.

Conditions

  • être résident de Saint-Bruno-de-Montarville,
  • être âgé de 21 ans ou plus,
  • présenter une preuve d’assurance et un permis de conduire classe 5 valides (aucun permis probatoire accepté),
  • ne pas quitter le territoire de Saint-Bruno avec la camionnette,
  • déclarer tout dommage au véhicule survenu pendant la période de prêt,
  • ne prêter le véhicule à personne d’autre et ne pas l’utiliser pour des fins commerciales.

Un formulaire devra être signé à cet effet. Plus de détails: stbruno.ca/pret-camionnette

En plus des résidus verts, les citoyens peuvent utiliser la
camionnette pour apporter à l’écocentre toute matière y étant
normalement acceptée.

Dépôt à l’écocentre

Les citoyens qui le souhaitent peuvent également apporter par leurs
propres moyens leurs résidus verts à l’écocentre. Cette mesure est
provisoire jusqu’à la reprise des collectes en septembre.

Nombre de visites à l’écocentre

À noter que le nombre de visites gratuites à l’écocentre est fixé à
12 par année par adresse. Une fois le nombre maximal atteint, les
citoyens doivent attendre à l’année suivante ou utiliser les services de
récupération privés à leurs frais.

Qu’est-ce qu’un résidu vert?

Tel que défini dans le règlement municipal:

  • les feuilles,
  • les branches (tige avec ou sans feuilles), provenant de toutes les
    essences d’arbres et de retailles d’arbustes, d’un diamètre inférieur à
    10 cm (4 pouces) et d’une longueur inférieure à 1,5 m,
  • les résidus de tailles de haies et d’arbustes, d’élagage des arbres et broussailles,
  • le chaume,
  • les plantes d’intérieur incluant le terreau d’empotage.

Aussi acceptés, mais devraient préférablement être déposés avec les matières organiques (bac brun):

  • les résidus de jardinage,
  • les fruits tombés des arbres,
  • les rognures de gazon et d’herb

Détails et conditions : stbruno.ca/pret-camionnette

LeMontarvillois.com & communiqué de la ville de Saint-Bruno-de-Montarville

(1) fontaine adaptée aux bouteilles d’eau




Détruit par un incendie criminel, le parc Élizabeth-Lochtie de nouveau accessible.

À la suite d’un incendie qui a ravagé le module de jeux réservé aux enfants âgés de 18 mois à 5 ans, le 6 juillet dernier, le parc Élizabeth-Lochtie accueille à nouveau les familles montarvilloises. Au cours des dernières semaines, la Ville a procédé au démantèlement du module endommagé rendant le parc sécuritaire à nouveau. De plus, d’autres jeux et modules épargnés par le feu, sont toujours disponibles et peuvent être utilisés au parc. 

Des jeux libres!

Pour profiter de l’été malgré ce sinistre, la Ville offre aux jeunes un «cabanon à jeux libres». On y trouve des ballons, des cordes à danser, des cerceaux et autres items pour le jeu libre. Il est cependant bien important pour les petits et leurs parents de respecter les règles d’utilisations qui y sont affichées.

Reconstruction

Alors qu’une enquête policière est actuellement en cours pour déterminer les causes de cet incident, la Ville de Saint-Bruno est dans l’obligation de procéder à un appel d’offres pour acquérir un nouveau module qui devrait être installé à l’automne 2019. 

Source: communiqué Ville de saint-Bruno-de-Montarville




Une première fontaine adaptée aux bouteilles d’eau à Saint-Bruno

Le 17 juin dernier LeMontarvillois.com publiait un article qui faisait part de l’initiative d’une jeune fille de 10 ans , Maxime Russel qui avait lancé un mouvement citoyen visant à offrir gratuitement le remplissage de bouteilles d’eau dans les commerces de la région. Dans cet article nous encouragions , entre autres, la ville de Saint-Bruno à aller de l’avant avec ce type d’initiative en installant des fontaines adaptées au remplissage de bouteilles d’eau.

Hors la semaine dernière, la ville a annoncé qu’une première fontaine de ce type avait été installée à la Place du village.

« Une fontaine d’eau fraîche à triple fonctions est maintenant disponible à la Place du Village. Les citoyens peuvent se désaltérer, remplir leur bouteille d’eau (gourde) et même permettre à leur animal de compagnie d’étancher sa soif! Une autre prendra place au cours de l’été au Lac du Village   En installant ce type d’équipement, la Ville désire inciter les Montarvillois à apporter leur gourde lors de leur participation aux évènements et ainsi éviter d’utiliser des bouteilles de plastique. On encourage ainsi les citoyens à éliminer l’utilisation de plastique dans leur vie. Les fontaines d’eau fraiche sont un bon moyen de réduire notre consommation de bouteilles de plastique.   Hormis la Place du Village, on retrouve des fontaines à distribution simple dans les parcs suivants :   Albert-Schweitzer; Bisaillon; Des Aviateurs; Des Bouleaux; De la Coulée; Des Pins; Duquesne; Élizabeth-Lochtie; Gabrielle-Roy; Grand carrefour giratoire; Jacques-Rousseau; Jolliet; Lucille-Teasdale; Marie-Victorin; Mgr-Gilles-Gervais; Pontbriand; Quincy-sous-Sénart; Rabastalière; Sommet-Trinité; Salaberry.

LeMontarvillois.com & communiqué de la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville




Les problèmes d’eau potable à Saint-Bruno

Dans le contexte des fréquents problèmes d’eau potable dans l’agglomération de Longueuil et à Saint-Bruno-de-Montarville, un citoyen a demandé de partager ce texte.


« …Citoyen
de St-Bruno, je viens de lire sur le site Web de ma ville, dans un
bulletin qui se veut rassurant, que celle-ci fait réaliser, conformément
aux directives de la Direction de la Santé publique, une analyse
hebdomadaire de l’eau. Dès qu’un problème est détecté, elle déclenche
une alerte, avertit la population et fait des tests fréquents pour
déterminer la fin de l’alerte. En principe, tout ça me rassure.

Mais…

Je
comprends donc que si des bactéries E.Coli envahissent le réseau, il
peut s’écouler 6 à 7 jours avant que l’analyse hebdomadaire détecte ce
problème sérieux!

Or
dans les derniers mois, nous avons subi TROIS alertes! Il y en a une en
ce moment. La Ville dit l’avoir détectée dimanche en fin d’après-midi
mais nous avons été avisé par appel automatisé
vers 19h
donc après avoir bu pas mal d’eau (chaleur oblige) possiblement
contaminée à l’E.Coli hélas! Je comprends que la Ville a mis en place un
système d’information rapide et qu’elle le déclenche aussitôt alertée
mais on constate qu’il y a un délai, certes court mais quand même de
quelques heures, entre le contact du labo à la Ville et le message à la
population.

Ma femme souffre de diarrhées fréquentes et lors d’un examen entre la 2e et la 3e alerte (en cours), on a détecté l’E.Coli dans son système. Elle est suivie par son médecin mais c’est très incommodant et inquiétant.

Vous
comprendrez donc notre préoccupation concernant l’eau qu’on nous dit
sécuritaire dans notre Ville! Faut-il se fier à l’eau du robinet ou
faut-il paradoxalement se tourner vers l’eau embouteillée? Je comprends
qu’on ne peut atteindre en tout temps le risque zéro mais y aurait-il
matière à examiner de plus près le risque présent depuis quelque temps
dans ma ville? Et pourrait-on nous expliquer s’il y a un problème
particulier ici? Le cas échéant, Est-ce utopique d’espérer une solution
définitive?

Sauriez-vous svp enquêter et nous rassurer? Dans un cas d’alertes récurrentes comme on vit à St-Bruno, une analyse hebdomadaire, hors alerte, est-elle suffisante?… »

Un citoyen de Saint-Bruno




Un projet pilote de jeu libre dans la rue

Sans le savoir, en jouant au hockey bottine avec mon fils, j’avais contrevenu, pendant plusieurs années, à un règlement municipal interdisant le jeu libre dans la rue… Heureusement, la ville de Saint-Bruno a modifié, en décembre 2015, ce règlement afin de favoriser le jeu des enfants à l’extérieur. Ils ont maintenant le droit de jouer dans les rues, à condition qu’ils n’obstruent pas la circulation. C’est l’ex conseiller Martin Guevremont (Parti montarvillois) qui avait piloté cette modification réglementaire.

À la suite de ce changement réglementaire la Ville de Saint-Bruno annonce la tenue d’un projet pilote autorisant la pratique du jeu libre dans une portion de la rue Carillon, entre le boulevard Clairevue Ouest et la rue Lansdowne, ainsi que dans les rues Mesnard et Cabot. Par cette initiative, la Ville souhaite créer les conditions propices à l’adoption d’un mode de vie sain et actif. 

«La pratique d’activités physiques est primordiale pour la santé de nos enfants, adultes de demain, et pour les familles. Le jeu libre est une excellente façon de faire bouger nos jeunes : rappelons-nous le plaisir éprouvé à l’occasion d’une partie de hockey-bottine improvisée entre voisins! Une telle initiative contribuera non seulement à développer des amitiés, mais aussi à favoriser la cohésion sociale et la vie de quartier. Ce projet pilote permettra également de recueillir des commentaires et des suggestions au cours de l’été en vue d’un possible déploiement dans l’ensemble de la municipalité en 2020», a déclaré le maire de Saint-Bruno, Martin Murray.

Une pratique encadrée et sécuritaire

Pour assurer la sécurité de tous et prévenir les usagers de la route
que la pratique du jeu libre est autorisée dans une zone, une nouvelle
signalisation et des mesures d’atténuation seront mises en place :

  • Enseignes de circulation à l’entrée et à la sortie de la zone autorisée au jeu libre;
  • Marquage au sol;
  • Balises installées au centre de la rue.

Le projet pilote contribuera par ailleurs à faire connaître et à
promouvoir la signalisation « Jeu libre » auprès des différents usagers
de la route. 

MTQ_jeu-libre.png

Signalisation du ministère des Transports du Québec (MTQ) retenue pour annoncer le jeu libre autorisé dans la rue.

De plus, les participants au jeu libre dans la rue devront se conformer aux règles établies, dont celle de respecter la quiétude des voisins et la plage horaire fixée entre 7 h et 21 h. Ils devront également éviter les zones comportant des courbes et des intersections et faire preuve de courtoisie en matière de partage de la chaussée. Il leur faudra ainsi dégager la chaussée une fois le jeu terminé et lorsqu’un véhicule souhaite passer. Il est à noter que le code de conduite prévu à la réglementation municipale demeure en vigueur et devra être respecté en tout temps.

Un projet appuyé par les résidents

Pour que la pratique du jeu libre soit autorisée dans une rue à caractère local, un citoyen doit d’abord en faire la demande et démontrer l’appui de cinq (5) voisins (un signataire par adresse). La Ville procédera ensuite à l’analyse de la demande pour en vérifier l’admissibilité, en évaluant notamment le débit journalier et le degré de pente de la rue. Si la demande est acceptée, un sondage sera alors effectué auprès de tous les résidents de la rue concernée. Les deux tiers (2/3) d’entre eux devront appuyer le projet pour que celui-ci voie le jour. Dans ce cas-ci, le projet pilote a reçu l’appui nécessaire à la pratique du jeu libre dans les rues désignées, qui avaient d’ailleurs fait l’objet d’une demande en ce sens dans le passé.

Bouger, c’est la santé!

Selon l’Enquête québécoise sur la santé de la population (EQSP)
2014-2015, près du tiers (1/3) de la population québécoise est
sédentaire. Rappelons que l’activité physique quotidienne chez les
jeunes est nécessaire à leur développement et à leur bien-être, tant à
l’égard de la condition physique et des habiletés motrices que de la
santé des os, de la santé affective et même de la réussite scolaire. 

Pour plus d’information, consultez la page Web suivante : stbruno.ca/jeu-libre.

Sources: Communiqué Ville de Saint-Bruno & Alain Dubois




Une jeune fille de 10 ans part en guerre contre la consommation de bouteilles de plastique

Maxime Russel, de Winsor, en Estrie a lancé une initiative visant à offrir gratuitement le remplissage de bouteilles d’eau dans les commerces de la région.

Son initiative, RemplisVert a pris rapidement de l’ampleur. Non seulement plusieurs commerces de la région offrent maintenant ce service, mais des entreprises de Montréal et Saint-Hubert ont exprimé leur désir d’adhérer à ce mouvement.

Les entreprises qui y adhèrent doivent débourser 15 dollars pour obtenir un autocollant qui annonce leur participation au mouvement. Pour chaque autocollant vendu, la famille remet un don de deux dollars à la Fondation David Suzuki.

École secondaire Mont-Bruno

À Saint-Bruno, le dernier conseil d’établissement de l’école secondaire Mont-Bruno a pris une initiative qui va dans la même direction. Ainsi dès septembre prochain, il y sera impossible d’y acheter des bouteilles d’eau de plastique et des robinets spécialement adaptés seront installés afin de permettre aux élèves d’y remplir leur bouteille d’eau réutilisable.

Promo: Le nouveau Spotted Saint-Bruno: https://www.facebook.com/SpottedSaintBruno/

Est-ce que la ville de Saint-Bruno, souvent à l’avant-garde dans ses politiques environnementales adaptera son tour les abreuvoirs et robinets de ses parcs et autres lieux publics pour faciliter le remplissage des bouteilles d’eau réutilisable et encouragera-t-elle les commerçants à adhérer au mouvement RemplisVert? Osons espérer que oui…

Alain Dubois

Photo mise à l’avant: Mouvement RemplisVert




Le marché public de Saint-Bruno débute le samedi 29 juin

Le marché public de Saint-Bruno-de-Montarville débutera le samedi 29 juin prochain! Les citoyens pourront s’y rendre tous les samedis jusqu’au 28 septembre, de 9 h 30 à 14 h, toujours à la Place du Village, à l’angle de la rue Montarville et du chemin De La Rabastalière. Une nouveauté cette année: pour souligner la Semaine québécoise des marchés publics, le marché sera exceptionnellement ouvert le samedi et le dimanche, les 10 et 11 août, de 9 h 30 à 14 h. «J’invite tous les citoyens à venir au marché public! Tout au cours de l’été, ils y découvriront de nombreux produits frais, diversifiés, et d’une grande qualité, le tout dans une ambiance sympathique. Venir au marché, c’est aussi profiter d’un moment privilégié où l’on peut discuter avec les producteurs locaux et régionaux et assister à des ateliers intéressants. Voilà ce qui fait de notre marché l’un des plus grands et des plus dynamiques de la Rive-Sud», ajoute le maire de Saint-Bruno, Martin Murray.

Un marché gourmand

Chaque semaine, 35 marchands seront sur place pour offrir une multitude de produits aux citoyens, dont, entre autres: fruits et légumes, fromages, pâtisseries, pains, viandes, épices et condiments! Tout comme les dernières années, des camions de cuisine de rue seront présents, permettant aux citoyens de dîner sur place et de profiter du beau temps. Les restaurateurs des environs sauront aussi les accueillir le temps d’un goûter!

Le Marché public de Saint-Bruno-de-Montarville

Un marché local

La grande majorité des marchands proviennent de la Montérégie, et quelques commerçants de Saint-Bruno seront sur place. De nombreux avantages sont liés à l’achat local, notamment le fait qu’il y a moins de transport: l’empreinte écologique est donc réduite. Le marché offrira aux citoyens un moment de rencontre privilégiée avec les producteurs et commerçants, leur permettant de mieux connaitre la provenance des produits qu’ils achètent. 

Animation au marché public de Saint-Bruno

Un marché animé

De nombreuses activités sont prévues pour toute la famille sous les thèmes culinaires et alimentaires. Plusieurs chefs, dont Pasquale Vari, partageront leur passion dans le cadre des ateliers du marché. Ce sera l’occasion de s’amuser en famille lors d’ateliers de cirque, et dans une zone ludique. Une nouveauté cette année: une visite de la Chocolaterie Heyez, le 28 septembre, permettant ainsi aux amateurs de chocolat de visiter les coulisses de cette institution montarvilloise! Les enfants pourront aussi s’amuser gratuitement tous les samedis avec un moniteur au populaire marché des petits. Une occasion pour les jeunes de s’amuser pendant que leurs parents prolongent leur visite du marché. 

Informations pratiques

Plusieurs stationnements gratuits sont disponibles près du marché public et les citoyens sont invités à apporter leurs sacs réutilisables pour transporter leurs savoureuses trouvailles. Enfin, il est à noter que les animaux sont interdits au marché, à l’exception des chiens-guides.   

Programmation 2019

  • Samedi 29 juin 2019 9:30 – 14:00
  • Samedi 06 juillet 2019 9:30 – 14:00
  • Samedi 13 juillet 2019 9:30 – 14:00
  • Samedi 20 juillet 2019 9:30 – 14:00
  • Samedi 27 juillet 2019 9:30 – 14:00
  • Samedi 03 août 2019 9:30 – 14:00
  • Samedi 10 août 2019 9:30 – 14:00
  • Dimanche 11 août 2019 9:30 – 14:00
  • Samedi 17 août 2019 9:30 – 14:00
  • Samedi 24 août 2019 9:30 – 14:00
  • Samedi 31 août 2019 9:30 – 14:00
  • Samedi 07 septembre 2019 9:30 – 14:00
  • Samedi 14 septembre 2019 9:30 – 14:00
  • Samedi 21 septembre 2019 9:30 – 14:00
  • Samedi 28 septembre 2019 9:30 – 14:00

Près de la Place du Village

Tous les samedis, du 29 juin au 28 septembre 2019, de 9 h 30 à 14 h 

Nouveauté! 
Exceptionnellement le samedi 10 août et le dimanche 11 août, de 9 h 30 à 14 h, lors de la Semaine québécoise des marchés publics. 

Source: Communiqué de la ville de Saint-Bruno-de-Montarville




Le parcours du lac: Pour découvrir la richesse patrimoniale et culturelle de Saint-Bruno

Depuis le 7 juin, le centre d’exposition du Vieux Presbytère propose un circuit photographique extérieur pour le plus grand plaisir des promeneurs et des adeptes de la photographie.

Le tout nouveau parcours du lac permet entre autres de découvrir la richesse patrimoniale et culturelle de la municipalité et de son environnement, à travers le regard de photographes de la région.  

Présentation du groupe: Saint-Bruno-de-Montarville d’hier à aujourd’hui: https://www.facebook.com/groups/Saint.Bruno.De.Montarville

«En plus de mettre en valeur notre ville et les œuvres de nos créateurs grâce à ses expositions temporaires, le centre d’exposition du Vieux Presbytère offre maintenant une visite extérieure bucolique qui saura ravir les randonneurs. Ce parcours artistique combine la beauté des paysages de la municipalité à la sensibilité des artistes qui sauront la faire ressortir. Nous sommes fiers de faire découvrir les grandes richesses locales à notre communauté à», a souligné le maire, Martin Murray.

Le parcours du lac comprend huit panneaux qui affichent une œuvre différente sur leurs deux faces, pour un total de 16 photographies. L’exposition se renouvellera périodiquement, au gré de différents projets.   «Profitez de la saison estivale pour venir apprécier cette exposition extérieure et n’hésitez pas à faire un arrêt au centre d’exposition du Vieux Presbytère», a conclu le maire de Saint-Bruno.

Source: communiqué ville de Saint-Bruno-de-Montarville




Fête nationale À Sain-Bruno: Un monde de traditions

La
Ville de Saint-Bruno-de-Montarville invite ses citoyens à participer
aux festivités entourant la Fête nationale, les 23 et 24 juin prochains,
au Lac du Village.

Le 23 juin

William Deslauriers

Dès 18 h, les citoyens sont invités à participer au Grand banquet Bleu et blanc,
à proximité du Vieux Presbytère. Un méchoui y sera servi au coût de 5 $
par portion. Une alternative végétarienne sera également offerte.
Pour accompagner le repas, des bières de brasseries québécoises seront
en vente sur le site. À 18 h 30, le groupe Option Trad interprétera de
la musique traditionnelle. Pour le dessert, le Cercle de Fermières a
concocté d’appétissants petits gâteaux.

À compter de 19 h, les citoyens pourront se restaurer et se divertir grâce aux kiosques alimentaires et promotionnels aménagés sur le site. À 20 h, le groupe Fastlane montera sur scène pour un premier spectacle. Et c’est à 21 h 30 que William Deslauriers s’emparera de la scène pour présenter ses grands succès. 

Une pause de quinze minutes est prévue aux alentours de 22 h pour faire place à la cérémonie festive de la levée du drapeau suivie du feu d’artifice. William Deslauriers remontera sur scène vers 22 h 15 pour la deuxième partie de son spectacle. Les activités du 23 juin auront lieu beau temps, mauvais temps, sauf le feu d’artifice qui sera reporté au 24 juin en cas de pluie.

Présentation de Spotted Saint-Bruno – https://www.facebook.com/SpottedSaintBruno

Le 24 juin

Tous les Montarvilloises et Montarvillois sont invités au Lac du
Village à compter de 10 h pour participer aux multiples activités
proposées.

– Animation et maquillage
– Balade en canot
– Carrousels de poneys
– Structures gonflables
– Zone de jeux ludiques
– Cercle des Fermières : journée démonstration au Vieux Presbytère
– Démonstration de métier traditionnel – NOUVEAUTÉ
– Minimarché public – découvrez les produits de trois producteurs régionaux – NOUVEAUTÉ
– Parcours d’autos téléguidées – NOUVEAUTÉ

Spectacles

  • 10 h 30 – Spectacle d’Atchoum Le défi parfait
  • 11 h 30, 12 h 30 et 13 h 30 – Conte traditionnel avec François Lavallée
  • 12 h – Prestation de danse traditionnelle folklorique avec les Chamaniers
  • 14 h – Spectacle des élèves du Studio OnDanse
  • 14 h 30 – Spectacle d’Yvon Cuillerier, violoneux, et ses musiciens

Renseignements

La programmation complète se retrouve sur le site Web de la municipalité à stbruno.ca/fete-nationale, qui sera mis à jour régulièrement, particulièrement en cas de température incertaine. 

Des dépliants seront disponibles dans les édifices municipaux à compter du 15 juin. 

Source: communiqué ville de saint-Bruno-de-Montarville




LE RTL À LA DEMANDE RÉCOMPENSÉ !

Le projet pilote, implanté en collaboration avec la Ville de
Saint-Bruno-de-Montarville dans le quartier sud de la route 116 en
novembre dernier, a été reconnu pour son impact positif sur la vie des
familles.

Le Réseau de transport de Longueuil (RTL) et la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville se réjouissent du Prix Carrefour action municipale et famille (CAMF) remis au RTL à la demande, le service de transport dynamique par application du Réseau de transport de Longueuil (RTL), le 30 mai dernier à Roberval à l’occasion du 31e colloque du CAMF.

«Notre projet améliore la qualité de vie des citoyens en offrant une solution de transport flexible, attrayante et facile à utiliser grâce à l’application en temps réel qui offre plusieurs options de trajets, et ce, au prix d’un déplacement régulier du RTL. Il constitue une solution de mobilité durable novatrice dont le potentiel de développement est important pour plusieurs secteurs de notre territoire. Nous sommes bien heureux de cette reconnaissance et remercions la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville d’avoir soumis notre candidature», a déclaré Pierre Brodeur, président du conseil d’administration du RTL.

«Consacrée meilleure ville au Canada où élever des enfants par le magazine MoneySense,  Saint-Bruno est fière d’accueillir une initiative innovante qui contribue à améliorer la qualité de vie des familles. Le RTL à la demande est un service personnalisé et flexible qui favorise la mobilité des citoyens et des jeunes et rend la municipalité d’autant plus attractive pour les nouveaux résidents. Nous sommes fiers que le RTL soit ainsi récompensé», a déclaré le maire de Saint-Bruno-de-Montarville, Martin Murray.

Rappelons que le RTL à la demande est un service de transport par taxis disponible dans le quartier des clients et qui les déposent à un point d’accès au service de transport en commun d’affluence. Il dessert un secteur de faible densité et offre d’autres options à la voiture solo.

Source: Communiqué RTL

Sur la photo: Doreen Assaad, présidente du CAMF, représentante de l’UMQ et mairesse de Brossard, Joséphine Brunelli, chef de la division de la vie communautaire à la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville, Marie-Christine Foucault, chef relations partenaires et planification stratégique organisationnelle au RTL, et Délisca Ritchie-Roussy, première vice-présidente du CAMF, représentante de l’UMQ et mairesse de Murdochville.




Le Montarvillois Alain Paré, Compagnon des arts et des lettres du Québec

Si on avait trouvé de la vie sur Mars, Alain Paré planifierait déjà d’y expédier une délégation d’organismes québécois en arts de la scène. Mais il procéderait sagement, par étapes. D’abord, la Lune. Alain Paré l’a souvent décrochée, découpée et servie sur canapés aux cocktails de CINARS. Sa biennale attire à Montréal plus de 1 900 diffuseurs, agents d’artistes, producteurs, observateurs, influenceurs et décideurs venus de plus d’une cinquantaine de pays pour tisser des liens durables.

Alain Paré est un allié précieux qui peut vous conseiller sur tout, de la logistique d’une tournée aux dédales des administrations gouvernementales, en passant par le marketing et le développement de marchés stratégiques. Généreux de son savoir, il répond toujours «présent!» aux consultations. Son écoute, son ouverture et son aptitude à puiser jusque dans la divergence de quoi faire avancer les choses, caractérisent son motus operandi axé sur la recherche de solutions pratiques.

En fondant CINARS, Alain Paré a doté le Québec d’un levier qui lui a permis de soulever l’univers des arts de la scène. Depuis 45 ans, sa vision, son engagement, ses initiatives et son travail acharné ont procuré tremplins et visibilité à des centaines d’artistes et d’organismes, favorisant leur rayonnement international et des retombées économiques sans précédent. Contrairement à Alexandre le Grand qui déplorait le manque d’empires à conquérir, Alain Paré ne cesse d’en découvrir, porté par la conviction que nos artistes ne sont pas nés pour un petit marché.

Alain Paré a reçu le titre de Compagnon des arts et des lettres du Québec le 27 mai 2019.

Source: communiqué du Conseil des arts et des lettres du Québec




Alain Dubois lance le couteau suisse des pages Facebook

(Saint-Bruno-de-Montarville) Aujourd’hui, Alain Dubois, l’éditeur du Montarvillois.com et de nombreux groupes Facebook dédiés aux Montarvillois, lance une nouvelle page Facebook «Spotted Saint-Bruno-de-Montarville».

Alain Dubois

Pour passer un message de façon anonyme, ou pas… Que ce soit pour trouver une personne, un animal perdu, dénoncer des comportements délinquants ou criminels dont vous avez été témoins ou des gestes positifs de personnes qui ont fait preuve de civisme ou encore si vous avez besoin d’une référence, rechercher un emploi (ou en offrir un), faire la promo de votre petite entreprise ou de vos activités professionnelles (1 X au 2 mois), etc. , cette page Spotted est pour vous. Pour Alain Dubois, «il est important au sein d’une petite communauté comme la nôtre (Saint-Bruno) d’encourager les commerces de proximité». Contrairement à d’autres «Spotted», Alain Dubois s’engage à n’y mettre aucune publicité payante.

Puisque l’anonymat n’est pas toujours nécessaire, vous pourrez publier vos messages directement sur la page, ou de façon anonyme. Selon l’éditeur, «cette option est une nouveauté qui correspond mieux à ce que sont devenues les pages «Spotted», qui sont non seulement utilisées pour rechercher des personnes, mais aussi des pages de références où on retrouve des recommandations pour des services et des ressources». Et de poursuivre «cette fusion entre une page «Spotted» traditionnelle et une page consacrée aux ressources offertes au sein d’une communauté permettra d’optimiser l’expérience de l’utilisateur en lui évitant de publier ses messages à deux endroits différents; d’ailleurs, les utilisateurs de ces pages sont souvent les mêmes».

Alain Dubois précise qu’il accordera une grande importance à ce que vos publications et commentaires se fassent dans le respect d’autrui : «La NÉTIQUETTE sera de mise sur cette page».

Sur les pages «Spotted»

À l’origine créé par les universitaires en +/- 2012 , le phénomène s’est vite étendu à travers le monde.

«Spotted» correspond au mot “repéré” en français. Il s’agissait au départ d’une page Facebook qui permettait à une personne de transmettre à une autre déjà repérée, son message d’amour et ce, tout en garantissant l’anonymat à l’auteur.

Le concept initial de ces pages a évolué et aujourd’hui on y cherche et trouve à peu près n’importe quoi…

Ces pages suscitant un vif intérêt sont devenues attrayantes pour certains administrateurs, qui y ont vu la possibilité de monétiser leurs pages en vendant au plus offrant des espaces publicitaires et/ou le
positionnement de publications.

Page Facebook de Spotted Saint-Bruno: https://www.facebook.com/SpottedSaintBruno/

Source: communiqué Alain Dubois




Boîte de partage Croque-livres dans les parcs de Saint-Bruno!

Depuis le 16 mai, les enfants peuvent voir de nouvelles boîtes de partage Croque-livres un peu partout à Saint-Bruno. En tout, neuf points
de chute sont offerts : la Place du Village, sur la rue du Lac, dans
les parcs Jacques-Rousseau, des Aviateurs, Marie-Victorin,
Elizabeth-Lochtie, Sommet-Trinité et Albert-Schweitzer, ainsi qu’à la
piscine Roberval, où se déplace le Croque-livres du centre communautaire
cet été.

«Les Croque-livres dans les parcs, c’est la bibliothèque qui va à la rencontre des enfants! En donnant accès à une diversité de livres dans un environnement propice à la détente, les parcs peuvent contribuer à stimuler l’intérêt des enfants pour la lecture. Le plaisir de lire, ça se développe jeune, et nous sommes heureux, comme Municipalité amie des enfants, de soutenir ce beau projet dans les lieux de rassemblement des familles», a déclaré le maire de Saint-Bruno, Martin Murray.

Le premier Croque-livres de Saint-Bruno a été donné à la municipalité par l’Académie des Sacrés-Coeurs en novembre 2015, dans le cadre de la Journée Internationale des droits de l’enfant. Cette initiative de la Fondation Lucie et Andrée Chagnon vise à promouvoir le plaisir de la lecture chez les enfants, les Croque-livres sont des boîtes de partage qui offre aux enfants de 12 ans et moins un libre accès aux livres. L’enfant est ainsi invité à donner un livre ou à en prendre un.

Source: Communiqué Ville de Saint-Bruno-de-Montarville




Wi-Fi dans les espaces publics de Saint-Bruno

Dès aujourd’hui, la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville invite ses citoyens à profiter de son nouveau service de Wi-Fi gratuit, offert dans les édifices municipaux et dans certains parcs.

Parcs et édifices desservis

Les parcs desservis par le Wi-Fi sont : Bisaillon, du Village,
Jacques-Rousseau, Marie-Victorin, Place du Village et Rabastalière. Il
est également possible de naviguer sur le Web à l’ancienne gare, à
l’aréna Michael-Bilodeau et au centre d’exposition du Vieux Presbytère,
grâce à ZAP Montérégie.

Zone de lecture numérique

D’ici le début de l’été, la Ville lancera un projet pilote de zone de
lecture numérique au parc Jacques-Rousseau. Les citoyens pourront se
détendre sur du mobilier urbain confortable et y lire un livre ou
utiliser leurs tablettes et livres électroniques. 

À titre de rappel

Il était déjà possible de se connecter gratuitement au réseau Wi-Fi à l’hôtel de ville, au centre communautaire, au pavillon technique (1605, rue Montarville), aux ateliers municipaux (600, rue Sagard), au centre Marcel-Dulude, au 1605, rue Montarville (loisirs et ressources humaines), à la bibliothèque et au chalet Marie-Victorin.

Mauvaise nouvelle pour les radio sensibles…

Par contre, pour ceux, de plus en plus nombreux qui souffrent de radio sensibilité cette annonce n’est pas une bonne nouvelle. puisqu’ils ne pourront plus fréquenter ces parcs et édifices municipaux.

Sources: Communiqué Ville de Saint-Bruno-de-Montarville & LeMontarvillois.com




Martin Murray, un maire victime ?

-Par Martin Murray, maire de Saint-Buno-de-Montarville

Le titre qui accompagne ma photo en page frontispice de l’édition du 22 mai 2019 du journal Les Versants me laisse songeur. L’article de la page 4 qui fait suite à cette manchette dans le même journal laisse place à beaucoup d’interprétation.

D’habitude, je ne commente pas les articles dans les journaux ni même les commentaires sur les médias sociaux. Il est cependant nécessaire que cette fois-ci je le fasse. Je confirme que les séances de travail et les comités pléniers sont tout sauf harmonieux et qu’ils ne sont pas du tout propice à une prise de décision réfléchie et au bénéfice de la collectivité, ce qui a un impact majeur sur le climat de travail au sein de l’appareil municipal.

Je confirme aussi qu’au cours des derniers mois j’ai été victime d’intimidation et de harcèlement. L’histoire du bâton qui s’allonge c’est vrai et l’élu concerné l’a répétée à plusieurs reprises. En outre, il s’est permis d’autres agissements tout aussi sinon plus répréhensibles.

L’histoire relative à l’élue qui m’a suivi en voiture sur près de 10 kilomètres est aussi vraie. Facile de dire après coup que c’est le hasard qui en a voulu ainsi. Or, ce n’était pas ma destination première. Me sentant suivi, j’ai voulu en avoir le cœur net en me rendant jusqu’au stationnement de l’Hôtel de Ville de Longueuil qui était alors totalement désert. Qu’allait faire une élue un lundi soir à 20 heures dans ce secteur de Longueuil ? Cette question reste sans réponse…

Il n’y aucun doute dans mon esprit que j’ai été suivi en voiture. Était-ce la première fois ? Je n’en ai aucune idée mais cet élément fait partie de la série d’événements malheureux qui se sont produits au cours des derniers mois. Si ce n’est pas de l’intimidation et du harcèlement, alors qu’est-ce que c’est ? Ces comportements sont tout à fait inacceptables et indignes d’élus. Dans un milieu de travail, que ce soit en entreprise, un ministère ou une institution scolaire, ce type de comportement donnerait lieu à de sévères sanctions, voire même au congédiement.

Des mesures ont été prises et d’autres le seront afin de rétablir le nécessaire respect entre les élus. J’ai le devoir et l’obligation de m’assurer que les décisions que le conseil municipal prendra le seront d’abord et avant tout pour le mieux-être des Montarvillois et de notre communauté. C’est un engagement ferme et sans équivoque de ma part.

Martin Murray, maire de Saint-Buno-de-Montarville

N.B. Il a été demandé que le texte qui précède paraisse dans la prochaine édition du Journal Les Versants.

Rubrique: Opinions




Arrestation d’un voleur de vélo à Saint-Bruno

Le SPAL a procédé hier, à l’arrestation d’un homme ayant volé des vélos de grande valeur, à Saint-Bruno. La belle saison est de retour et vous donne envie de faire du vélo? Le SPAL profite de l’occasion afin de vous sensibiliser à ce fléau avec ces quelques conseils pour mieux vous protéger.

1. Toujours attacher le vélo

2. Attacher le vélo à un point fixe solide (arceau à vélo, poteau…)

  • Même pour un arrêt de quelques minutes.
  • Même dans un endroit réputé sûr ou un lieu clos ou privé où les vols sont fréquents.

  • L’antivol ne peut être dégagé du support.
  • Le support doit être plus solide que l’antivol.
  • Même les lieux clos ou privés doivent être dotés de points fixes.

Retrouver son vélo

La plupart des vélos volés qui sont retrouvés ne sont pas retournés à leurs propriétaires, car les policiers ne sont pas en mesure de les identifier. Le Montarvillois.com vous recommande de prendre en note les numéros de série de vos vélos, de les photographier et de les enregistrer auprès de l’entreprise montarvilloise, VéloRetour.

Auteurs: Communiqué SPAL & LeMontarvillois

Photo: courtoisie




Assemblée annuelle de la Caisse populaire Desjardins: Une institution au cœur de notre communauté

Le 29 avril dernier, la Caisse Desjardins du Mont-Saint-Bruno a réalisé son assemblée générale a démontré une nouvelle fois sa grande présence au sein de notre communauté.

À cette occasion, c’est plus de 70 000 $ qui a été remis à 8 organismes de la région pour la réalisation de leur projet. Ainsi 20 boursiers qui se sont partagé 5 000 $ remis pour encourager la persévérance scolaire et donner un coup de pouce à leurs études. Membres et clients recevront une part des surplus de 1 115 M$ qu’elle retournera à la collectivité cette année.

La directrice générale, Sophie Morin a remercié les membres pour leur confiance envers la Caisse: «Lors de l’assemblée générale annuelle, j’ai eu la chance de rencontrer nos membres. Nous sommes tous animés des mêmes valeurs coopératives et ensemble nous avons coopéré à une grande réussite. C’est plus de 3 000$ par jour que nous retournons aux communautés de Saint-Bruno et de Saint-Basile-le-Grand. Au nom des administrateurs de la Caisse, je remercie les membres de leur confiance.»

Présent pour
donner à plus de monde

La Caisse a à
cette occasion annoncé une ristourne en hausse de 46%, soit de 1 115
M$. Pour 2019, c’est plus de 7 membres sur 10 qui recevront une
ristourne de la Caisse Desjardins du Mont Saint-Bruno. Le projet de
partage des excédents, accepté par ses membres en assemblée,
permettra également de doubler le nombre de jeunes qui recevront une
ristourne cette année, soit 4 200 jeunes par rapport à 2 000 jeunes
les années précédentes. La croissance de la ristourne est de 90 %
depuis 2015 elle est passée de 585 000 $ en 2015 à 1 115 013 $ en
2019.

Forte de ses 18
775 membres, elle s’inspire de ceux-ci pour être proche de leur
besoin et de leur réalité.

Ainsi plus de 22 jeunes œuvrent bénévolement au sein de leur établissement scolaire pour promouvoir la coopération et mettre en place des mécanismes d’autofinancement des activités de leurs pairs via lesprogrammes de Caisse Étudiante et du Lab Finance. L’an passé, c’est plus de 94 000 $ que la Caisse a investi dans l’éducation des jeunes, des membres, du personnel et des administrateurs. En 2019, c’est 10 000 $ que se partageront 30 jeunes de la région pour récompenser leur persévérance scolaire. Cette année, la Caisse a bonifié son programme de bourses en doublant le montant pour permettre à un plus grand nombre de jeunes d’en profiter. «Cette bourse se veut d’être un encouragement pour les jeunes étudiants de la part de leur caisse. C’est un tirage au sort qui permet à tous les étudiants d’être admissibles et d’avoir la chance de recevoir un prix qui vient récompenser leurs efforts soutenus durant la session », à déclarer Mme Sophie Morin, directrice de la Caisse.

Présent pour le mieux-être des gens et des communautés avec plus de 70 000 $ distribué à 8 organismes de la région dont la nouvelle Société d’habitation Le Paillasson.

Sur la photo: Membres du conseil d’administration (CAP) le Paillasson: Josée Rhoades, Joëlle Labonté, Richard Lépine, Claude Levac, Alain Dubois (*), absent de la photo, Stéphane Corbin.

Guidé par la consultation des membres et par leur rôle d’administrateurs élus. Un jury a pris connaissance des projets soumis et choisis 8 d’entre eux.

  • 1. Camp d’été pour les Amis-soleils de Saint-Bruno
  • 2. Une accessibilité universelle pour la Société d’habitation Le Paillasson
  • 3. Une Cour d’école pour tous à l’école Mount-Bruno
  • 4. Des corridors actifs pour l’école de la Chanterelle
  • 5. À L’aide aux devoirs pour la Maison des jeunes de Saint-Bruno
  • 6. Une redynamisation de la Maison des jeunes la Butte
  • 7. Un aide au maintien du Salon Thé In de l’école secondaire du Mont-Bruno
  • 8. Éco créations prend de l’expansion à l’école secondaire du Mont-Bruno

Une présence qui fera la différence auprès de 3 organismes de la région en 2019.

La Caisse innove en 2019 avec un programme qui remettra un don de 10 $ par nouveau membre à un organisme présélectionné par nos administrateurs. Ainsi toute personne qui viendra ouvrir un compte à la Caisse Desjardins du Mont-Saint-Bruno aura à voter parmi 3 organismes de la région. Tout au long de l’année, nous cumulerons les votes et c’est lors de la prochaine assemblée générale annuelle de 2020 qu’elle en fera le bilan de ce programme et dévoilerons la somme des dons des membres pour chacun.

Le programme sera en place au début du mois de juin. Les membres ont orienté les administrateurs parleurs opinions et commentaires émis lors de la consultation d’avril dernier. Les organismes qui seront soumis au vote des membres en 2019 sont les suivants :

  • Les Amis-soleil La Maison des Jeunes
  • La Butte
  • La Maison des jeunes de Saint-Bruno

Une caisse
présente dans son milieu

Sophie Morin, directrice générale a conclu en mentionnant que «Depuis 1936, nous sommes présents dans la région. Nous vous accompagnons au fil des ans, au fil du temps avec la même rigueur et la même passion. Nos membres font partie de cette histoire, de cette évolution, et nous vous en remercions. Une évolution remarquable comme vous êtes en mesure de la constater. Nous en avons parcouru du chemin, en tant qu’individu, résident, travailleur et coopérateur au développement de notre milieu et nous pouvons en être fiers !»

Communiqués Caisse populaire du Mont-Saint-Bruno et Le Montarvillois

(*) Candidat au poste de conseiller municipal dans le district 4, Alain Dubois, Vice président du CAP, s’est retiré temporairement de son poste




Lettre ouverte: La Commission scolaire des Patriotes ne doit pas «déménager» les enfants TSA dans une autre ville

13 Mai 2019

Cette lettre s’adresse à: La Commission scolaire des Patriotes

L’école De Montarville à St-Bruno

À l’Honorable Jean-François Roberge, ministre de l’éducation du Québec

LETTRE OUVERTE : Pour accueillir un nombre accru de nouveaux élèves des classes régulières à St-Bruno, la Commission scolaire des Patriotes «déménage» les enfants TSA dans une autre ville

Le 17 avril dernier, tous les parents d’enfants à besoins particuliers ont reçu une lettre imprécise de l’école De Montarville pour les  informer que la Commission scolaire des Patriotes allait bonifier le nombre de classes en enseignement spécialisé. La bonne nouvelle en cachait toutefois une moins bonne : les enfants des classes TSA (Trouble du spectre de l’autisme) et tous les autres qui bénéficient d’un service d’enseignement particulier devront changer d’école. Or, aucune information spécifique n’a alors été fournie sur le sort de notre fils.

Pendant deux semaines, ce fût le suspens. Ce n’est que le 29 avril que la directrice de l’école De Montarville, Mme Caroline Brunelle, a pu confirmer que notre fils changera d’école et de ville en septembre prochain. Il sera relocalisé à l’école La Chanterelle à St-Basile-le-Grand. L’explication est vague : semble-t-il qu’il y a trop d’élèves des classes régulières dans les écoles de St-Bruno et, pour leur faire de la place, on a fait le choix de changer d’école les enfants TSA et tous les autres ayant des besoins particuliers. L’école de mon fils sera ainsi vidée de tous les enfants TSA qui y évoluent depuis leur première année.

Ces enfants, qui sont parmi les plus vulnérables au changement, vivront ainsi leur deuxième changement d’école depuis la maternelle. Pour certains, ce sera peut-être un troisième ou un quatrième changement d’école. À  l’époque où mon fils a commencé le primaire, il n’y avait pas de maternelle pour enfants TSA à St-Bruno.

Avec cette décision,  nous sommes d’avis que la Commission scolaire va mettre en péril la réussite scolaire de ces enfants en brisant leurs liens d’attachement et leurs habitudes de vie, en les obligeant à s’adapter à un nouveau milieu. Les enfants autistes sont parmi les plus fragiles à cet égard.  De plus, en les transférant dans la ville voisine, nous devrons utiliser le transport scolaire et le service de garde, ce que nous avions éliminé de l’horaire de notre fils, puisque cela contribuait à augmenter sa charge cognitive en allongeant sa journée.

Nous avions pris des moyens – en faisant même des choix professionnels plus adaptés – pour être en mesure de rester disponibles toutes les fois que l’école ou le service de garde n’était plus en mesure de s’occuper de notre enfant. La proximité de l’école nous aidait énormément à concilier travail et famille, surtout en périodes de crises au quotidien.

Pour ajouter à cette décision que nous considérons irresponsable, l’amateurisme de la stratégie de communication de la CSP a fait en sorte que notre fils a appris la nouvelle par la bouche d’un petit camarade de classe, avant même que nous ayons pu convenir d’une stratégie pour lui annoncer la nouvelle

«Ça me stresse, maman»
Une nouvelle qui, de son propre aveu, stresse notre fils et augmente son niveau d’anxiété, car il sait qu’elle viendra changer sa vie.

Il faut savoir que l’un des besoins des enfants autistes est la stabilité et la prévisibilité. Ces enfants sont particulièrement sujets à l’anxiété et une grande partie de leurs comportements jugés « difficiles » sont précisément déclenchés par l’anxiété. Depuis qu’il a appris la nouvelle, il a de la difficulté à dormir. Il veut savoir s’il aura la même enseignante et il a déjà de la peine à l’idée de la perdre. Il était fier de son école, l’école De Montarville. Il se demande si ses amis se retrouveront dans la même classe que lui. Il veut savoir si la nouvelle école aura les mêmes règlements que l’ancienne et s’il y aura des modules de jeu. Par ses questions, la Commission scolaire des Patriotes a bousculé son univers. Et, puisqu’il n’y a pas eu de stratégie de communication qui tient compte de la dimension humaine, ses questions et insécurités sont nombreuses.

Il faut savoir que, de la première à la troisième année, nous avons vécu des débuts d’année scolaire très pénibles, car notre fils avait peine à se réadapter à l’école à la fin de chaque été. Ainsi, chaque année, il a perdu de trois à quatre mois de scolarisation, puisqu’il ne réussissait pas à s’adapter à la rentrée scolaire. Même scénario année après année – malgré des enseignantes spécialisées – au bout de trois à quatre semaines, il était complètement désorganisé et il fallait faire un plan d’intervention d’urgence. Cette année, il a aussi été en forte réaction, car il a eu une nouvelle enseignante. Nous commencions à voir des améliorations de fond grâce à l’aide des intervenantes du CRDI, notamment, mais aussi de l’enseignante. Tous nos efforts et tous ceux de mon fils, seront-ils anéantis par cette décision?

La Commission scolaire des Patriotes peut-elle expliquer le cheminement de sa décision sur la place publique? Pourquoi n’a-t-elle pas développé une stratégie qui aurait permis de laisser ce petit groupe d’élèves terminer leur primaire à l’école De Montarville et leur éviter un changement de trop? Nous demandons aussi que la Commission scolaire des Patriotes explique son raisonnement quant au regroupement de classes spécialisées dans une ville voisine. Ne devrions-nous pas privilégier la proximité de ces élèves avec leur milieu de vie? Ces enfants n’ont-ils pas droit à la stabilité? Ce droit ne devrait-il pas être privilégié, puisque leur réussite scolaire en dépend?

Au final, comment peut-on prétendre vouloir le bien de ces enfants lorsqu’on prend une telle décision? Nous sommes immensément déçus et fâchés par la décision de la Commission scolaire des Patriotes et par le déploiement insensible de cette nouvelle auprès des parents et des enfants.

Christine Simard
François Hubert
Parents d’un enfant TSA de 9 ans

Reportage de Dominic Brassard au 15\18: https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/le-15-18/episodes/433820/audio-fil-du-lundi-13-mai-2019/16




Démise de ses fonctions par l’opposition, la RTL souligne la contribution d’Isabelle Bérubé

Grande utilisatrice des transports en commun et maitrisant pleinement les dossiers liés à la RTL et aux transports en commun, la conseillère municipale de Saint-Bruno-de-Montarville, Isabelle Bérubé a été démise de son poste de représentante de la municipalité au sein de la RTL par l’opposition (majoritaire) qui ont choisi Marilou Allarie pour la remplacer. Cette dernière a vu ainsi son revenu être bonifié de 18.000 dollars.

Dans un communiqué de presse, la RTL a souligné la grande contribution de Mme Bérubé au sein de cette organisation:

« C’est à l’occasion de la séance publique mensuelle du conseil d’administration du Réseau de transport de Longueuil (RTL), qui se tenait le 2 mai dernier, que les membres du conseil ont souligné la contribution de madame Isabelle Bérubé au sein de l’organisation durant les quatre dernières années.

Madame Bérubé, conseillère de la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville, s’est jointe au conseil d’administration du RTL en 2015 et a su, par sa collaboration, enrichir le développement du transport collectif dans l’agglomération de Longueuil. Elle laissera sa place à madame Marilou Alarie, également conseillère municipale de la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville, à partir du 1er juin 2019.

«Nous tenons à remercier chaleureusement madame Bérubé pour son engagement, sa collaboration et son apport au Réseau de transport de Longueuil (RTL). Par sa conscience environnementale, son implication et sa connaissance du transport en commun, madame Bérubé a contribué de façon continue et soutenue à l’essor du RTL», a souligné Pierre Brodeur, président du conseil d’administration du RTL. »

Alain Dubois et communiqué RTL




Bonbon Collections finaliste au concours Entrepreneurs émergents de C2 Montréal

L’entreprise Montarvilloise Bonbon Collections est finaliste au concours Entrepreneurs émergents de C2 Montréal qui récompense des étoiles montantes de la relève entrepreneuriale québécoise et qui contribuent à l’avancement des affaires par leur audace, leur créativité et leur sens de l’innovation remarquables.

En mai prochain, les finalistes seront invités à assister à des conférences et à des panels inspirants mettant en vedette des sommités mondiales, en plus de collaborer à résoudre des défis d’affaires avec leurs pairs et d’échanger avec de grandes figures du commerce et de la créativité.

Fondée fin 2016, Bonbon Collections se spécialise dans la fabrication de pâtisseries et plaisirs gourmands 100% naturels et véganes, sans allergènes prioritaires. ​Bonbon Collections veut répondre à la demande grandissante pour des produits naturels et véganes, exempts des 10 allergènes prioritaires identifiés par Santé Canada (arachides, œufs, lait, noix, blé, soja, sésame, fruits de mer, sulfites et moutarde). Leurs produits permettent à tout le monde de célébrer ensemble, quelles que soient les restrictions alimentaires. Employant plus de 20 personnes au sein de la Fabrique à Bonheur, Bonbon Collections opère trois boutiques-pâtisseries à Montréal, Boisbriand et Saint-Bruno-de-Montarville. Les produits de la marque sont aussi disponibles en ligne et dans plusieurs centaines de points de vente à travers la province.

SOURCE: Site de C2 Montréal




La Société d’Habitation Le Paillasson récipiendaire d’une bourse de $28.000.00 de la Caisse populaire du Mont Saint-Bruno

La Caisse Populaire Desjardins du Mont-Saint-Bruno a remis hier soir $70.000.00 à des projets porteurs afin qu’ils puissent prendre leur essor.

La Caisse a un fonds d’aide, puisé à même une partie des excédents réalisés par la coopérative, qu’elle redistribue à la collectivité . Sur proposition du conseil d’administration, les membres décident, au cours de l’assemblée générale annuelle, quelle partie de ces excédents sera versée au fonds d’aide. Ainsi, grâce à leur caisse, ils peuvent soutenir des causes qui leur tiennent à cœur.

C’est la nouvelle Société d’habitation Le Paillason qui a été le « Coup de coeur » du Conseil d’administration de la Caisse.

Pour la réalisation de son premier projet d’habitation abordable et communautaire, elle s’est vue remettre une bourse de $28.000.00.

Le Paillasson a le vent dans les voiles, puisque lors de la dernière séance-conseil régulière du conseil municipal, les conseillers ont voté unanimement en faveur de la session d’un terrain de la ville (derrière le bureau de poste) à cette jeune société immobilière qui y construira au moins 26 logements.

Sur la photo: Membres du conseil d’administration (CAP) le Paillasson: Josée Rhoades, Joëlle Labonté, Richard Lépine, Claude Levac, Alain Dubois (*), absent de la photo, Stéphane Corbin.

Le Montarvillois

(*) Candidat au poste de conseiller municipal dans le district 4,Alain Dubois, Vice président du CAP, s’est retiré temporairement de son poste

Cette page sera mise à jour dans les prochaines heures afin de vous faire par des autres organismes et projets lauréat de bourses du Fonds d’aide.




Maximus, une entreprise de Saint-Bruno, reçoit 125.000$ du gouvernement fédéral

Maximus une entreprise de Saint-Bruno du secteur des technologies agricoles bénéficiera d’une contribution remboursable de 125 000 dollars de Développement économique Canada. Grâce à cette aide financière, l’entreprise pourra réaliser un projet qui lui permettra d’améliorer sa compétitivité en faisant l’acquisition de technologies de pointe pour appuyer sa croissance sur les marchés locaux et internationaux.

Ce financement a été annoncé aujourd’hui par le député de Montarville, Michel Picard. L’aide du gouvernement du Canada permettra plus spécifiquement à Maximus d’acquérir de l’équipement technologique d’avant-garde afin d’automatiser davantage les procédés de production de son système de contrôle destiné au secteur de l’élevage animalier.

Comptant plus de 25 ans d’expérience à la fois dans le domaine informatique et dans le domaine agricole, Maximus est une entreprise qui emploie 60 personnes dans ses installations de Saint-bruno. Le système de contrôle centralisé développé par la PME permet la gestion automatisée d’une vaste gamme de paramètres des bâtiments d’élevage animalier. Notamment, ce produit contribue au bien-être animal, optimise les résultats de production et améliore le bilan environnemental grâce à une meilleure utilisation de l’énergie et des ressources. Désireuse d’offrir des solutions de gestion 100 % intégrées à ses clients, Maximus a également développé un logiciel unique, Maximus Software, qui collecte en temps réel toutes les données pertinentes à l’analyse de la production améliorant ainsi la prise de décision.

Source: communiqué de presse: Développement économique Canada pour les régions du Québec

Photo: courtoisie Maximus




Pesticides: Fini les néonicotinoïdes à Saint-Bruno

Lors de la séance du 15 avril, les membres du conseil municipal de Saint-Bruno ont adopté à l’unanimité un règlement modifiant le Règlement 2007-13 sur l’utilisation des pesticides et des matières fertilisantes afin d’interdire l’usage de pesticides de la famille des néonicotinoïdes en milieu urbain.

Compte tenu du danger qu’ils représentent pour les insectes
pollinisateurs, le règlement adopté par la Ville s’étend aux cinq
matières actives qui constituent les pesticides du groupe des
néonicotinoïdes actuellement homologués au Canada. Ces derniers sont des
pesticides systémiques qui, une fois appliqués, se distribuent dans
toutes les parties de la plante, rendant cette dernière toxique pour les
insectes, notamment les abeilles.

Ainsi, il est désormais interdit d’appliquer des néonicotinoïdes sur les pelouses, les arbres et les arbustes. Cette interdiction prévalait déjà dans certaines zones sensibles, comme à proximité des écoles et des garderies. De plus, la Ville n’applique aucun néonicotinoïde sur les pelouses et végétaux depuis plus de 25 ans. 

«Tout comme nos citoyens, nous sommes préoccupés par le déclin des abeilles. Un tiers des aliments retrouvés dans nos assiettes dépend de leur travail de pollinisation. Ainsi, nous croyons qu’il est important d’interdire tout néonicotinoïde en milieu urbain. Cette mesure s’ajoute aux autres actions qui ont vu le jour à Saint-Bruno visant à protéger les colonies d’abeilles: les ruches urbaines au parc du Frère-Marcel-Alary, l’hôtel à insectes au parc Duquesne et l’intégration de fleurs et arbustes favorisant les pollinisateurs sur le territoire de la ville», souligne le maire de Saint-Bruno, Martin Murray.

Rappelons que cette décision s’inscrit dans le cadre de la Stratégie
québécoise sur les pesticides 2015-2018 et de la modification du Code de
gestion des pesticides du gouvernement du Québec, qui vise à
restreindre davantage l’utilisation de pesticides. Depuis le 8 mars
2019, Québec interdit la vente et l’application de néonicotinoïdes sur
les pelouses.

Préservation des abeilles

En 2015, pour contribuer à contrer le drastique déclin de la population mondiale des abeilles, la Ville a installé quatre ruches urbaines au parc du Frère-Marcel-Alary. Les ruches sont entretenues par l’entreprise montarvilloise Miel Larüche, et produisent environ 40 kg de miel chacune par année. L’initiative a pour but de sensibiliser les citoyens à l’importance de leur apport pour l’agriculture et représente un geste concret de préservation de ces insectes essentiels à la diversité de notre alimentation.

On compte parmi les néonicotinoïdes actuels :

Acétamipride: commercialisé par Scotts et Bayer CropScience pour les formulations commerciales Suprême, Polysect, Bambi, Equinoxe etc. et principalement pour le traitement des arbres (fruitiers ou non), légumes, pomme de terre, tabac, rosiers etc.

Clothianidine: commercialisée par Bayer CropScience, par exemple pour la formulation commerciale Poncho

Dinotéfurane: utilisé par Mitsui Chemicals dans le Dinotefuran

Imidaclopride: utilisé par Bayer CropScience dans le Gaucho utilisé par Bayer CropScience dans le Confidor

Nitenpyrame: utilisé par Jiangsu Sword Agrochemicals dans le Nitenpyram

Thiaclopride: utilisé par Bayer CropScience dans le Proteus ou Proteus (mention abeille), c’est-à-dire emploi autorisé durant la floraison

Thiaméthoxame: utilisé par Syngenta dans le Cruiser20; par Syngenta dans l’Actara21; par Syngenta dans le Luzindo22

Source: Communiqué ville de Saint-Bruno-de-Montarville et WIKIPEDIA

Photo: Alain Dubois (libre de droit)




Première pelletée de terre à Saint-Bruno pour l’entreprise PFD Notaires

La Ville de Saint-Bruno-de-Montarville a procédé le 24 avril à la première pelletée de terre marquant le début des travaux effectués par Constructions Bâtiments Québec pour les bureaux de PFD Notaires, membre du réseau PME INTER Notaires. La première phase de ce nouveau projet de près de 27 000 pieds carrés totalise un investissement de quelque 6 millions de dollars pour l’entreprise notariale. L’immeuble sera érigé au 1060, rue Parent.

Nous sommes heureux que PDF Notaires ait choisi d’établir son nouveau siège social à Saint-Bruno-de-Montarville pour bénéficier d’un emplacement stratégique. Au terme des phases 1 et 2, plusieurs autres entreprises participeront à la vitalité économique de la ville et de la région», a souligné le maire, Martin Murray.

«PFD Notaires est une entreprise notariale qui comprend 55 employés. Elle est installée sur la Rive-Sud de Montréal depuis plus de 40 ans. Elle dispose d’équipes de travail spécialisées dans cinq champs de pratiques : droit des affaires, médiation civile et commerciale, droit de la personne, droit immobilier commercial, industriel et résidentiel, droit municipal.   Les travaux de construction de la première phase devraient prendre fin au printemps 2020. Quant à la deuxième phase, elle comprend la construction d’environ 22 000 pieds carrés sur trois étages par le promoteur Gestion Guertin Immobilier.

De gauche à droite : Me David Dolan, PFD Notaires; Johanne Guertin, présidente de Constructions Bâtiments Québec; Francis Mercier, Constructions Bâtiments Québec; Me Éric Lavoie, PFD Notaires; Martin Murray, maire de Saint-Bruno; Denis Guertin, Constructions Bâtiments Québec; Me Marc Legault, PFD Notaires; Me Michael D’Souza, PFD Notaires; Francis Canieau, directeur principal à la Banque de développement du Canada; Me Danielle Beausoleil, PFD Notaires; Me Benoit Prud’Homme, PFD Notaires; Me Robert Williamson, PFD Notaires. 

Source: Communiqué de la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville