L’INTERRUPTION SUR LA LIGNE EXO3 MONT-SAINT-HILAIRE SE POURSUIT JUSQU’À NOUVEL ORDRE

Exo informe ses clients qu’en raison de la présence de manifestants aux abords de la voie ferrée du CN, le service de trains de la ligne exo3 Mont-Saint-Hilaire est interrompu, et ce, pour une durée indéterminée.

Les titres trains sont acceptés au métro Bonaventure pour permettre aux usagers de la ligne exo3 Mont-Saint-Hilaire de se rendre au métro Longueuil-Université de Sherbrooke. À partir du terminus Longueuil, la clientèle des gares Saint-Lambert, Longueuil-Saint-Hubert et Saint-Bruno pourront emprunter les circuits du RTL qui desservent ces gares. Pour les gares Saint-Basile-Le-Grand, McMasterville et Mont-Saint-Hilaire, nous invitons la clientèle à emprunter le circuit 200 à partir du terminus Longueuil. Cette ligne emprunte la route 116 qui longe les voies ferrées de la ligne Mont-Saint-Hilaire. Des autobus supplémentaires seront affectés à cette ligne.

Voici un récapitulatif des circuits disponibles pour la clientèle touchée par l’interruption de service  :

  • circuit 1 et 6 RTL depuis le terminus Longueuil, dessert les gares Saint-Lambert et Longueuil-Saint-Hubert;
  • circuit 8 RTL depuis le terminus Longueuil, se rend jusqu’au chemin Chambly coin Savane;
  • circuit 28 RTL, à prendre depuis chemin Chambly jusqu’à St-Bruno
  • circuit 92 RTL, disponible seulement en heure de pointe, depuis l’Agence spatiale canadienne jusqu’à Saint-Bruno;
  • circuit 99 RTL depuis le terminus Longueuil, qui dessert la ville de Saint-Bruno;
  • circuit 200 exo depuis le terminus Longueuil, dessert les gares Saint-Basile-Le-Grand, McMasterville et Mont-Saint-Hilaire.

Exo invite fortement ses clients à visiter son site web et le fil twitter de la ligne exo3 Mont-Saint-Hilaire pour obtenir les plus récentes informations concernant cette perturbation de service. Ces plateformes seront mises à jour régulièrement au cours des prochaines heures, et ce, pour toute la durée de la perturbation.




Chronique du Maire: Le complexe multisport, un projet majeur et structurant

Le 24 août 2015, le conseil municipal de Saint-Bruno adoptait l’énoncé de vision stratégique 2035 intitulé Imaginons une collectivité viable. Ce document, qui peut être consulté sur le site internet de la Ville, est le fruit d’une vaste consultation publique commencée à l’automne 2014. Il est la pierre d’assise du nouveau plan d’urbanisme qui a été avalisé par le conseil municipal en décembre 2017. À l’encadré de la page 16 portant sur les objectifs fixés, il est inscrit qu’il faut «privilégier le centre-ville pour y regrouper les équipements municipaux d’importance» dans une perspective de consolidation de ce secteur. 

De cet énoncé de vision stratégique a découlé trois plans particuliers d’urbanisme (PPU), dont un portait spécifiquement sur le centre-ville. Le comité de suivi de ce PPU était composé de neuf personnes provenant de différents horizons et de deux conseillers municipaux, soit celui du centre-ville et l’élue siégeant au comité consultatif d’urbanisme de la Ville. Un des atouts du centre-ville (page 29) est qu’il est «localisé au cœur de la Ville permettant une accessibilité optimale pour la majorité des Montarvillois» et qu’il est «concentrique [ce qui favorise] les déplacements piétonniers et la densité des usages». Les intentions d’aménagement du centre-ville portent, entre autres, sur le besoin (page 37) de «centraliser les équipements collectifs d’envergure» dont un pôle multisports au parc Rabastalière (section encerclé dans le graphique ci-joint).

PPU CENTRE-VILLE

«Le complexe multisports sera situé dans le parc Rabastalière à deux pas de l’aréna et de l’école secondaire Mont-Bruno. Il offrira à la population de nouveaux équipements sportifs variés et des locaux de qualité pour accueillir les activités sportives et communautaires qui sont déjà présentes dans le secteur, comme de nouvelles. Ces nouveaux pôles communautaires nécessiteront des investissements majeurs pour la municipalité qui participeront du même coup à la vitalité du centre-ville. Il s’avère d’ailleurs stratégique de localiser les équipements collectifs au cœur de la Ville, là où ils sont le plus facilement accessibles pour tous.» (Page 42).

Il importe de signaler que ce PPU fait partie intégrante du nouveau plan d’urbanisme adopté à la majorité par le conseil municipal de Saint-Bruno. C’est sur cette base, et uniquement sur cette base, que différentes analyses ont été effectuées en lien avec ce projet de complexe multisport au parc Rabastalière. Rien n’est donc plus faux de dire que le parc Rabastalière est le choix du maire. Les études réalisées jusqu’ici ont coûté plus de 120 mille dollars à la Ville. Et que concluent-elles ? 

  • Le déménagement (et non la destruction comme certains le laissent entendre) du terrain de baseball offre l’espace suffisant pour accueillir le complexe multisport.
  • La portance du sol et ses caractéristiques environnementales permettent une telle construction.
  • Il y aura suffisamment de cases de stationnement sur les lieux et autour pour répondre aux besoins de ceux qui fréquenteront ce complexe multisports.
  • Pas d’impact significatif sur la circulation dans le secteur (et pour couper court aux rumeurs, pas de feux de circulation au coin de Clairevue Ouest et Montarville).
  • Finalement, le centre-ville est le meilleur endroit pour construire un tel équipement car accessible au plus grand nombre à pied ou à vélo.

Il est malheureux que ce projet ait donné lieu à une telle dérive au cours des derniers mois et que tout ce travail de réflexion et d’analyse ait été balayé du revers de la main. Or, le choix du site Marie-Victorin est loin de faire consensus au sein de la population, tant s’en faut! En outre, il est passé de complexe multisport à complexe aquatique, au grand dam des différents organismes et, plus largement, des Montarvillois qui ont participé aux trois forums organisés par la ville au printemps 2018.

Compte tenu de cette situation et considérant que cet équipement collectif est d’une grande importance pour le futur de Saint-Bruno, il est impératif d’interpeler de nouveau les Montarvillois dans une démarche élargie de consultation publique. Celle-ci doit permettre aux citoyens de s’exprimer sur :

  • Les équipements et les plateaux sportifs de ce futur complexe multisport, afin de s’assurer qu’il réponde le plus adéquatement possible aux besoins des divers groupes d’âge;
  • Son emplacement, afin de s’assurer qu’il soit le plus facilement accessible à pied, à vélo, en transport collectif ou en auto, tout en générant le maximum de retombées pour la communauté;
  • Ses coûts et ses différentes phases, afin de s’assurer que la construction de ce complexe multisport n’aura pas pour effet d’obérer les finances de la Ville.

Il est, par conséquent, impératif que le plus grand nombre de citoyens soit associé à cette démarche de consultation publique parce que la décision finale doit leur appartenir. Pour que cet exercice atteigne cet objectif, il doit offrir toutes les garanties d’un processus clair, transparent et rigoureux. Il doit aussi tenir compte des contraintes vécues par les différents groupes d’individus, notamment en termes d’horaire et de mobilité. Et s’il faut aller jusqu’à tenir un référendum sur le sujet, j’en suis! 

Incidemment, le prochain Déjeuner du maire (que je maintiens malgré la coupure du budget afférent à cette activité par les élus de l’opposition) portera justement sur les consultations publiques et les référendums municipaux.

Martin Murray, Maire de Saint-Bruno-de-Montarville

C:\Users\mmurray\Desktop\DM191116.JPG

PROCHAINE RENCONTRE AVEC LES CITOYENS : 

  • Le samedi 22 février prochain – 9 h bibliothèque municipale

THÈME PRINCIPAL DE CE DÉJEUNER : Consultations publiques et référendums municipaux.

Sur le même sujet:

Rapport de l’étude du groupe Lemay sur les 5 emplacements possibles: https://lemontarvillois.com/?p=3284

Sondage pour ou contre un référendum: https://www.facebook.com/groups/Saint.Bruno.De.Montarville/permalink/10162932053510564/

Au coeur de Saint-Bruno: Site web d’un groupe en faveur d’une consultation publique sur le choix du terrain du centre sportif et d’un référendum https://aucoeurdestbruno.org/




Nouvelle micro-brasserie et bar à vin à Saint-Bruno

Saint-Bruno abritera prochainement sa 4e microbrasserie (près de la boulangerie du Pain dans les voiles) et son premier bar à vin qui sera lui situé dans le bâtiment qui se trouve sur le terrain du défunt Sun-Wah.

Les propriétaires du CATCH (bar à huîtres) Jordan Brossard et Gavin Gourdon  sont les initiateurs du premier établissement de ce type sur la Rive-Sud de Montréal.

Jordan Brossard a révélé au Montarvillois que le bar à vin se nommera le Sideways en référence, précise-t-il au film Sideways (sur le vin en Californie). Celui-ci devrait être inauguré ce printemps: « Nous prévoyons ouvrir début mai. Le menu changera selon les saisons. On pourra y manger des petits plats à partager autour d’un bon verre de vin. La sélection sera du plus classique au plus plus funky » d’ajouter M. Brossard.

À ne pas en douter Saint-Bruno deviendra une destination incontournable pour les amateurs de bières artisanales et de vins.

Microbrasseries

Ross Stall  (Kobloth) https://www.facebook.com/pages/category/Local-Business/Micro-brasserie-Ross-Stall-2094281000785620/

MonRégius: https://www.monsregius.ca/

Microbrasserie des Promenades -À venir

Microbrasserie sur Roberval (près du Pain dans les voiles) -À venir

Vins

Viniculteur: Vignoble Kobloth https://www.vignoblekobloth.com/

 Sideways,  bar à vin:  1579 Rue de Montarville, -À venir

Eau-de-vie
et whisky

Ross Stall a l’intention de continuer à ajouter des nouveaux produits à ceux déjà offerts.   Entre autres, une bière aux bleuets pourrait se rajouter durant l’été et pour cet automne, Thierry Kobloth planche sur un processus de distillation qui lui permettra d’arriver à fabriquer des eaux-de-vie blanches et rouges et éventuellement du whisky. (Claudia Fortin)

Alain Dubois

Sources: divers

Photo du 1579 Rue de Montarville , page Fb de Gavin Gourdon




Des élèves du Collège Trinité de Saint-Bruno se sont mobilisés pour Noël au Village Notre-Dame-de-Lourdes en Haïti

Le projet de la campagne «La boîte à chaussures qui voyage» lancée par l’organisme québécois FENDLI qui consiste à récolter des boîtes, enveloppées de papier de fête et contenant des cadeaux d’une valeur de 20 $ destinés aux enfants du Village Notre-Dame-de-Lourdes à Croix-des-Bouquets dans la banlieue de Port-au-Prince, a particulièrement touché une enseignante du Collège Trinité, Madame Marie-Andrée Rho. Marie-Andrée a pris l’initiative de demander aux élèves de cette école secondaire privée de se procurer chacun et chacune de leur côté des articles à offrir et de préparer et emballer tous ces dons en classe.

Le projet a suscité un élan d’enthousiasme parmi les élèves de tous les niveaux, et aussi chez les enseignantes et les directeurs qui ont prêté main forte au projet. C’est ainsi que plus de 120 boîtes-cadeaux ont été remises à FENDLI pour le Noël des enfants  en Haïti! FENDLI est un organisme québécois à but non lucratif entièrement bénévole qui vient en aide aux enfants du Village Notre-Dame-de-Lourdes. La devise du Collège Trinité «On crée des forces de la nature» a pris dans ce geste collectif tout un sens puisque la solidarité et l’engagement de tout le monde ont permis ce beau tour de force.

Les élèves du Collège Trinité avec Madame Marie-Andrée Rho devant les cadeaux mis en boîtes et prêtes à être livrées en Haïti.

Photo à la Une: Devant le sapin de Noël en Haïti, avec Jean-Daniel Rohrer, administrateur de FENDLI

Source: communiqué Collège Trinité de Saint-Bruno-de-Montarville




Un montarvillois nommé directeur du plus important institut de recherche universitaire francophone en sciences de la mer au Canada

L’Université du Québec à Rimouski annonce la nomination du professeur Guillaume St-Onge à la direction de l’Institut des sciences de la mer de Rimouski. Il succède à Mme Ariane Plourde, qui quitte ses fonctions à la tête de l’UQAR-ISMER pour la retraite.

Détenteur d’un doctorat en ressources minérales de l’Université du Québec à Montréal, M. St-Onge est professeur à l’UQAR-ISMER depuis 2004. Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en géologie marine de niveau I, il est reconnu internationalement pour ses travaux sur les risques naturels, les changements climatiques, les processus sédimentaires et les variations du champ magnétique terrestre. Il a dirigé de nombreuses expéditions dans les deux hémisphères et il travaille actuellement sur des projets de recherche aux quatre coins du monde, en particulier dans l’est du Canada, l’Arctique,  à l’hémisphère Sud, l’Europe et l’Asie.

Originaire de Saint-Bruno-de-Montarville, M. St-Onge a été le premier directeur du Réseau Québec maritime (RQM) et de l’Institut France-Québec pour la coopération scientifique en appui au secteur maritime (IFQM). En plus de contribuer à l’essor de ces deux organisations, il a publié plus de 80 articles scientifiques et encadré plus d’une quarantaine d’étudiantes et d’étudiants et de stagiaires postdoctoraux depuis 2013.

Le pavillon de l’ISMER à Rimouski (photo: Isabelle Trudeau)

C’est avec enthousiasme que le professeur St-Onge entreprend ce nouveau défi professionnel. «Je remercie la direction de l’UQAR et mes collègues pour leur confiance. Mes prédécesseurs, Serge Demers et Ariane Plourde, ont permis à l’ISMER d’être reconnu mondialement en sciences de la mer et je souhaite maintenant contribuer au développement de ce fleuron en océanographie afin que l’ISMER devienne un leader incontournable en recherche et en formation sur les scènes provinciale, nationale et internationale»

C’est à compter du 1er janvier 2020 que Guillaume St-Onge assumera la direction de l’UQAR-ISMER. « Le parcours professionnel de M. St-Onge l’a bien préparé pour diriger l’institut des sciences de la mer de l’UQAR. Sa fine connaissance du milieu de la recherche et ses qualités de leader et de rassembleur sont des atouts importants pour permettre à l’ISMER de se développer encore davantage », indique le recteur Jean-Pierre Ouellet.

À noter que L’UQAR-ISMER est le plus important institut de recherche universitaire francophone en sciences de la mer au Canada. Créé en 1999, l’Institut compte une vingtaine de professeures et de professeurs spécialisés en océanographie.

Source: communiqué de presse de l’UQAR




Bilan positif de la première année d’existence de la Société d’habitation Le Paillasson

Joëlle Labonté , présidente de la SHLP

La Société d’habitation Le Paillasson (SHLP), qui a pour mission de construire des logements communautaires abordables à Saint-Bruno-de-Montarville, conclut l’année 2019 avec plusieurs avancées. Pour Joëlle Labonté présidente de la SHLP: «La première année de notre jeune existence nous aura permis de réaliser d’importantes percées dans la concrétisation de notre projet. Après avoir reçu nos lettres patentes en janvier 2019, nous nous sommes structurés comme organisation et avons franchi plusieurs autres jalons, tant financiers qu’administratifs.»

Sur le plan administratif, la jeune société d’habitation a adopté ses règlements généraux, créé des comités de travail, multiplié les rencontres d’affaires et retenu la firme d’architectes, « Groupe Leclerc » pour la réalisation de son premier projet immobilier, qui sera construit sur un terrain offert par la municipalité et qui est situé derrière le bureau de poste.

Rencontre avec la firme d’architectes « Groupe Leclerc » qui est responsable du premier projet en habitation de la SHLP. Sur la photo (de gauche à droite): – Paillasson; Stéphane Corbin, Alain Dubois, Joëlle Labonté, Josée Rhoades, Claude Levac; – Groupe Leclerc: Olivier Dufour; architecte; – GRT Rive-Sud: Chantelle L’Heureux

La présidente du SHLP se dit particulièrement fière et reconnaissante de l’engagement du conseil municipal envers le projet et qui rappelons-le, a voté l’unanimité en faveur du don du terrain.

Mme Labonté souligne également que le dossier progresse positivement au sein de l’agglomération de Longueuil: «à terme, un appui de l’agglo est non seulement nécessaire, mais elle pourrait se traduire en une contribution financière des plus bénéfiques» .

L’organisme a déjà reçu plusieurs appuis financiers: 1 000$ de la part de la députée provinciale de Montarville, Nathalie Roy; 28 000$ de la caisse Desjardins du Mont-Saint-Bruno pour soutenir l’accessibilité universelle du futur bâtiment; 50 000$ du Plan d’action gouvernemental pour l’inclusion économique et la participation sociale, volet sécurité alimentaire pour l’ajout d’une salle communautaire. «Vraiment, nous sommes sur une belle lancée» de conclure la présidente du Paillasson.

Source: Communiqué de la SHLP et LeMontarvillois.com




Un montarvillois arrêté pour pornographie juvénile

Le Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) a procédé à l’arrestation de Philip Pedersen âgé de 48 ans, à sa résidence de Saint-Bruno- de-Montarville le mardi 3 décembre. L’individu, qui est un agent d’intervention en centre jeunesse, a comparu mercredi au palais de justice de Longueuil pour les chefs d’accusation suivants : accession et possession de pornographie juvénile.

Il a été libéré par engagement avec des conditions strictes à respecter, dont ne pas être en présence de personnes âgées de moins de 16 ans, interdiction d’utiliser Internet, interdiction de posséder un appareil électronique qui donne accès à Internet et interdiction d’occuper un emploi ou un travail bénévole qui le placerait en relation de confiance ou d’autorité vis-à-vis de personnes âgées de moins de 16 ans.

Toute personne détenant de l’information sur cet individu ou des activités criminelles commises sur le territoire du SPAL, est priée de contacter la ligne Info-Azimut de façon anonyme au 450-646-8500.

MM /SPAL




Importante foule à l’ouverture du nouveau COSTCO Saint-Bruno

Ce matin des centaines de clients enthousiasmes attendaient avec impatience l’ouverture du nouveau magasin entrepôt COSTCO de Saint-Bruno-de-Montarville. Une petite cérémonie avec l’incontournable coupe du ruban et des discours, dont celui du maire de Saint-Bruno, Martin Murray et de Pierre Riel, vice-président principal et directeur national de Costco Wholesale Canada. Des représentants de la chambre de Commerce Mont-Saint-Bruno étaient aussi présent: Élisabeth Castonguay, présidente et Marcel Aubin, directeur général.

«Nous sommes très heureux d’accueillir Costco au sein de notre collectivité», a affirmé M. Murray, maire de Saint-Bruno-de-Montarville. «L’arrivée de ce joueur important dans le milieu des affaires ajoute à l’effervescence de la vie économique de Saint-Bruno et contribue au dynamisme grandissant de notre collectivité dans le respect de nos critères élevés en environnement.»

COSTCO Saint-Bruno

Le nouveau magasin-entrepôt s’étend sur une superficie de plus de 14 678 m² (158000pi²), soit 1 858 m² (20 000 pi²) de plus que l’ancien site. Il compte parmi ses rayons spécialisés une boulangerie, un comptoir de viandes fraiches, une section de fruits et légumes frais, une rôtisserie, un centre d’optique avec les services d’un optométriste indépendant sur place, un centre du pneu, un resto, et une pharmacie.

Signe de succès pour COTSCO, 30 minutes après l’ouverture la majorité des espaces de stationnements étaient occupés.

Ouverture du COSTCO SAINT-BRUNO: dis ours et coupe du ruban

COSTCO Saint-Bruno en bref…

  • NOMBRE D’EMPLOIS CRÉÉS (À TEMPS PLEIN ET PARTIEL): 90
  • SALAIRE MOYEN: 24,50 $/heure
  • NOMBRE ESTIMÉ DE CROISSANTS VENDUS CETTE ANNÉE: Cette année, notre entrepôt de Saint-Bruno prévoit vendre plus de 900 000 croissants, ce qui représente un croissant pour chaque partisan des Canadiens de Montréal assistant aux 41 matchs à domicile.
  • NOMBRE DE ROULEAUX DE PAPIER TOILETTE VENDUS LE JOUR D’OUVERTURE: Plus de 20 000 rouleaux
  • SUPERFICIE DE L’ENTREPÔT:14 678 m² (158 000 pi²)
  • NOMBRE DE PANIERS DE MAGASINAGE :1 000
  • NOMBRE DE PLACES DE STATIONNEMENT : 880
  • NOMBRE DE POMPES À ESSENCE :24

PARTICULARITÉS
DE  L’ENTREPÔT

  • NOUVEAU poste d’essence
  • Plus de places de stationnement
  • 5 aires de service au Centre du pneu
  • Plus grande aire de restauration avec plus de places assises
  • Kiosques en libre-service et moulins à café dans l’aire de restauration
  • Kiosque de commande sur Costco.ca
  • Stationnement vert
  • Allées plus large
  • 200 nouveaux articles

Alain Dubois & communiqué COSTCO

Sur le même sujet: Le COSTCO de Saint-Bruno le plus vert au Canada: plan et photos et COSTCO Saint-Bruno ouvrira le 13 novembre




La CSP demande au ministère des investissements majeurs pour construire et rénover des écoles

Le Conseil des commissaires de la Commission scolaire des Patriotes (CSP) a décidé d’adresser six demandes d’allocation au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) afin de construire de nouvelles écoles sur son territoire, en plus d’une demande de classes modulaires pour procéder à des travaux de réfection.

Besoins croissants sur le territoire

La CSP procède annuellement à l’analyse de son territoire et suit l’évolution des différents secteurs en vue de déposer des demandes d’ajouts d’espace répondant aux besoins de ses élèves. Depuis plusieurs années, la CSP connait une croissance démographique importante sur son territoire, particulièrement pour les secteurs de Beloeil – McMasterville – Saint-Mathieu-de-Beloeil, Boucherville, Contrecœur et Saint-Bruno-de-Montarville.

Hélène Roberge, présidente de la Commission scolaire des Patriotes

«Les prévisions du MEES, que nous avons reçues en septembre dernier pour les cinq prochaines années, témoignent de cette croissance, mais il ne s’agit pas du seul critère pris en considération dans nos analyses. Grâce à notre connaissance approfondie de nos milieux, nous avons demandé un redécoupage de certains secteurs d’analyse (regroupements de villes et municipalités) au MEES, qui a accepté nos demandes, ce qui a nettement contribué à mettre en relief un manque de locaux important et à démontrer les besoins criants de certains secteurs.» explique madame Roberge, présidente de la CSP. «De plus, considérant le nombre important de développements immobiliers sur l’ensemble du territoire et de l’impact de ces derniers sur le nombre d’élèves inscrits dans les différentes écoles, ainsi que le déploiement progressif des classes de maternelle 4 ans temps plein annoncé par le gouvernement, nous croyons que nos demandes permettront de mieux répondre à la hausse de clientèle à venir sur notre territoire.» ajoute-t-elle.  

Demandes de nouvelles écoles

La CSP demande au MEES la construction de cinq nouvelles écoles primaires sur son territoire.

Pour le secteur de Saint-Bruno-de-Montarville, la construction d’une nouvelle école primaire comprenant 4 classes pour l’éducation préscolaire 4 ans temps plein et 5 ans, 12 classes pour l’enseignement primaire, un gymnase, deux locaux de services de garde et tous les locaux de services nécessaires pour une école de cette dimension, est demandée pour répondre aux besoins grandissants des familles.

Pour le secteur Beloeil, McMasterville et Saint-Mathieu-de-Beloeil, la construction de deux nouvelles écoles primaires comprenant chacune 4 classes pour l’éducation préscolaire 4 ans temps plein et 5 ans, 12 classes pour l’enseignement primaire, un gymnase, deux locaux de services de garde et tous les locaux de services nécessaires pour une école de cette dimension, sera nécessaire pour répondre à la demande croissante qui s’explique notamment par le développement immobilier important dans ce secteur.

Pour Boucherville, c’est la construction d’une nouvelle école primaire comprenant 6 classes pour l’éducation préscolaire 4 ans temps plein et 5 ans, 18 classes pour l’enseignement primaire, un gymnase, trois locaux de services de garde et tous les locaux de services nécessaires pour une école de cette dimension, qui permettra d’accueillir les élèves de ce secteur.

Pour le secteur de Contrecœur, la construction d’une nouvelle école primaire comprenant 4 classes pour l’éducation préscolaire 4 ans temps plein et 5 ans, 12 classes pour l’enseignement primaire, un gymnase, deux locaux de services de garde et tous les locaux de services nécessaires pour une école de cette dimension a été demandée.

Construction d’une nouvelle école à Otterburn Park en remplacement de l’école Notre-Dame

Dans le cadre de la nouvelle mesure budgétaire du MEES qui permet aux commissions scolaires de déposer des projets démontrant qu’il est parfois plus avantageux de remplacer des bâtiments plutôt que de les rénover. Suite à une analyse, il a été démontré qu’il est plus avantageux de construire une nouvelle école à Otterburn Park plutôt que d’investir d’importantes sommes dans la rénovation des deux bâtiments de l’école Notre-Dame.

C’est pourquoi le Conseil des commissaires a déposé une demande pour une sixième nouvelle école en remplacement de l’école Notre-Dame. Ce projet comprend 8 classes pour l’éducation préscolaire 4 ans temps plein et 5 ans, 24 classes pour l’enseignement primaire, un gymnase, trois locaux de services de garde et tous les locaux de services nécessaires pour une école de cette dimension. La CSP disposera des deux bâtiments de l’école Notre-Dame une fois la nouvelle école construite. Cette initiative vient répondre à l’objectif du Plan d’engagement vers la réussite (PEVR) de la CSP qui vise augmenter la proportion de bâtiments étant dans un état satisfaisant sur son territoire.

Agrandissement à Contrecœur

Dans le cadre de son déploiement progressif des classes de maternelle 4 ans à temps plein, le MEES a accordé à la CSP une contribution financière afin de procéder à la réalisation d’un second agrandissement à l’école des Cœurs-Vaillants à Contrecœur pour permettre l’ajout de classes d’éducation préscolaire.

Ces nouveaux investissements serviront à ajouter trois classes d’éducation préscolaire, un service de garde et des superficies complémentaires au projet d’agrandissement de l’école. L’échéancier du projet sera connu au cours des prochains mois.

Résumé des demandes de construction et d’agrandissement

Secteur Projet Capacité
Saint-Bruno-de-Montarville Construction d’une nouvelle école primaire 4 classes pour le préscolaire 4-5 ans12 classes pour le primaire2 locaux de service de garde1 gymnase
Beloeil, McMasterville et Saint-Mathieu-de-Beloeil Construction de deux nouvelles écoles primaires 4 classes pour le préscolaire 4-5 ans12 classes pour le primaire2 locaux de service de garde1 gymnase
Boucherville Construction d’une nouvelle école primaire 6 classes pour le préscolaire 4-5 ans18 classes pour le primaire3 locaux de service de garde1 gymnase
Contrecœur Construction d’une nouvelle école primaire 4 classes pour le préscolaire 4-5 ans12 classes pour le primaire2 locaux de service de garde1 gymnase
Contrecœur Agrandissement de l’école des Coeurs-Vaillants 3 classes d’éducation préscolaire1 local de service de garde
Otterburn Park Construction d’une nouvelle école à Otterburn Park en remplacement des deux bâtiments de l’école Notre-Dame 8 classes pour le préscolaire 4-5 ans24 classes pour le primaire3 locaux de service de garde1 gymnase

Investissements majeurs à l’école secondaire De Mortagne sur 10 ans

Dans le cadre des investissements requis pour assurer le maintien et la réfection de ses bâtiments, la CSP a identifié que des investissements d’environ 44 millions de dollars seraient requis pour les dix prochaines années afin de rénover l’école secondaire De Mortagne. Afin de permettre la réalisation de travaux en continu tout en scolarisant les élèves dans leur école, une demande de classes modulaires a été déposée au MEES. Ces espaces temporaires permettront le déplacement ponctuel des élèves et du personnel afin de libérer des locaux dans l’école pour procéder aux travaux de réfection durant l’année scolaire. Cette initiative s’inscrit également dans la volonté de la CSP d’augmenter la proportion de bâtiments étant dans un état satisfaisant sur son territoire, tel que décrit dans son PEVR.

D’autres projets d’ajout d’espace pour le territoire

Rappelons qu’en juin dernier, le MEES autorisait trois demandes d’allocation déposées par le Conseil des commissaires, soit deux projets d’agrandissement pour l’école secondaire de Chambly et l’école secondaire le Carrefour à Varennes, ainsi qu’un projet de construction d’une nouvelle école primaire à Carignan. La CSP élabore actuellement les échéanciers de ces projets et informera la population des étapes à venir. Toutes les informations seront disponibles prochainement sur csp.ca.

«Les élèves de la CSP ont grandement besoin de ces nouveaux espaces. Nous allons poursuivre nos actions et suivre de près l’évolution de nos différents secteurs, en collaboration avec les villes et municipalités de notre territoire, afin d’anticiper les besoins, notamment en lien avec les futurs développements immobiliers, et d’agir de façon proactive pour le bien-être de nos élèves et de notre personnel.», a affirmé Mme Hélène Roberge, présidente de la CSP.

SOURCE: COMMUNIQUÉ CSP




La chronique du maire: CANOPÉE ET COUVERT FORESTIER

«La présence d’arbres et de couvert forestier dans les villes et les grandes régions métropolitaines favorise l’adaptation aux changements climatiques et engendre des bénéfices importants sur un ensemble de dimensions. Ils ont notamment des impacts positifs sur les paysages, la santé publique (qualité de l’air, réduction des îlots de chaleur, etc.), la gestion des eaux pluviales, le maintien de la biodiversité ou les économies d’énergie. » (Perspective Grand Montréal, no 40, septembre 2019)

Bonne nouvelle pour Saint-Bruno-de-Montarville car la proportion de la canopée (part de la cime des arbres située à trois mètres et plus du sol) sur la superficie terrestre totale est passée de 36,6% (1 547 hectares) en 2011, à 37,9% (1 580 hectares) en 2015 et à 39,1% (1 653 hectares) en 2017, soit une augmentation de 2,5 % en six ans ou de 116 hectares. Pour l’ensemble de l’agglomération de Longueuil, (Saint-Bruno-de-Montarville, Boucherville, Brossard, Longueuil et Saint-Lambert), cette croissance aura été de 2,1% durant la même période (de 23,4% à 25,3%).

Le portrait est tout aussi positif pour le couvert forestier (définit comme l’ensemble des superficies boisées d’un demi-hectare et plus). Il constituait 33,3% de la superficie terrestre de Saint-Bruno-de-Montarville en 2017 (carte à gauche tirée du document cité plus haut) comparativement à 32,3% en 2015 et à 31,0% en 2011. Entre ces deux dates, le couvert forestier a gagné 96 hectares dans notre municipalité. À l’échelle de l’agglomération, le couvert forestier représentait en 2017 un peu plus de 18% de la superficie terrestre avec des gains dans chacune des municipalités entre 2011 et 2017. 

Ce sont certes de bonnes nouvelles mais il importe de savoir que seulement 7,2% de la superficie terrestre de l’agglomération de Longueuil fait partie d’aires protégées. Autrement dit, à peine 40% du couvert forestier de l’agglomération de Longueuil est en aires protégées. Cette proportion atteint toutefois 57% si on tient compte des autres mesures de conservation (bois et corridors forestiers métropolitains). Pour l’ensemble de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), le pourcentage en aires protégées de la superficie terrestre est de 3,1 %. Il est, par contre, de 59,7% en milieu aquatique pour un total combiné terrestre et aquatique de 10%. Nous sommes cependant bien loin de l’objectif de 17% de protection de ces milieux inscrit au Plan métropolitain d’aménagement et de développement de la CMM.

Autre bémol, parmi les superficies boisées identifiées à Saint-Bruno dans l’étude de la CMM, il y en a sept qui sont sous «tension». Ils appartiennent à des intérêts privés et leurs propriétaires souhaitent les développer. Ces sept terrains totalisent 46 hectares et ont une valeur imposable d’environ 10 millions de $. Les poursuites contre la Ville en lien avec ces projets s’élèvent présentement à plus de 65 millions de $. Il faut bien voir que la Ville de Saint-Bruno n’est pas un cas d’espèce en la matière. Plusieurs municipalités de la CMM font également l’objet de poursuites de la part de promoteurs immobiliers. À titre d’exemple, le maire de Boucherville, M. Jean Martel, me disait récemment que, pour sa municipalité, elles dépassaient les 160 millions de $. Dans un tel contexte, une ville ne peut agir seule. Elle doit pouvoir compter sur l’appui des autres municipalités. C’est ainsi que je participerai le 22 novembre prochain à une rencontre cruciale qui portera sur les milieux naturels du Grand Montréal. Les défis à relever pour atteindre l’objectif de 17% de protection des milieux terrestre et aquatique pour le Grand Montréal sont colossaux. Pour y arriver, nous devrons nous doter des outils nécessaires sur les plans légal, judiciaire et financier. L’accroissement de la canopée est un élément incontournable dans la lutte aux changements climatiques.

Martin Murray, maire de Saint-Bruno-de-Montarville

Chronique précédente: URGENCE CLIMATIQUE

Sur le même sujet: Bonne nouvelle: Augmentation de la canopée dans l’agglomération de Longueuil et la région métropolitaine




Les montarvillois pourront enfin utiliser le service ambulancier pour se rendre à l’Hôpital Pierre-Boucher

La ministre de la Santé et des Service sociaux, madame Danielle McCann, annonce avoir demandé au Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Est (CISSS) de mettre fin au découpage actuel des territoires pour les services préhospitaliers d’urgence qui dirige les utilisateurs des services ambulanciers provenant de Saint-Bruno-de-Montarville vers l’Hôpital Honoré-Mercier de Saint‑Hyacinthe.

Ainsi, dès le 1er novembre 2019, les résidents pourront, sous certaines conditions, être de nouveau dirigés vers l’Hôpital Pierre-Boucher de Longueuil.

Rappelons que ce découpage avait été officialisé, il y a une dizaine d’années, par les établissements de la région de la Montérégie en fonction de leur territoire respectif (réseau local de services). Ainsi, les personnes provenant de la municipalité de Saint-Bruno-de-Montarville prises en charge par les services ambulanciers étaient orientées vers l’Hôpital Honoré-Mercier.

Danielle McCann, ministre de la Santé des Services sociaux

Pour Danielle McCann, ministre de la Santé des Services sociaux cette décision s’imposait: «En ce qui concerne les services préhospitaliers d’urgence, notre priorité est de mieux répondre aux besoins des citoyens, tout en augmentant le sentiment de sécurité de la population. Nous souhaitons que les services ambulanciers soient en mesure d’offrir une réponse efficace dans les meilleurs délais possibles. La population de Saint-Bruno-de-Montarville pourra ainsi dorénavant être dirigée vers l’Hôpital Pierre-Boucher, qui se trouve à une plus courte distance de la communauté que l’Hôpital Honoré-Mercier.»

Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications et députée de Montarville

Il s’agit pour pour Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications et députée de Montarville de la mise en oeuvre d’un engagement électoral . «Je remercie la ministre McCann pour son ouverture et son écoute de la population. L’amélioration de la desserte ambulancière est un enjeu qui m’interpelle depuis longtemps et je suis très heureuse de constater que les résidents de Saint-Bruno-de-Montarville pourront à nouveau être orientés vers l’Hôpital Pierre-Boucher afin de recevoir les soins nécessaires, dans un délai plus court.»

Bien qu’il s’agisse d’un redécoupage de la zone ambulancière, les citoyens de Saint-Bruno-de-Montarville demeurent assurés de services ambulanciers.

À compter du 1er novembre 2019, les résidents pourront de nouveau être dirigés vers l’Hôpital Pierre-Boucher, dans le respect des règles provinciales de prise en charge d’un patient par les services préhospitaliers d’urgence qui tiennent compte de l’historique médical, incluant un suivi connu et actif par des médecins spécialisés. Par exemple :

  • Un patient qui a déjà un suivi régulier à l’Hôpital Honoré-Mercier ou à l’Hôpital Charles-Le Moyne continuera d’être orienté vers l’un ou l’autre de ces hôpitaux;
  • Un patient ayant reçu un congé depuis moins de 30 jours à la suite d’une opération et qui présente des symptômes reliés à la même pathologie, incluant les complications, sera transporté à l’hôpital où il a été opéré.

SOURCE: communiqué du Cabinet de la ministre de la Santé et des Services sociaux




La maison d’hébergement pour les femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants, Carrefour pour elle, récolte 90 000 $

Sous la présidence d’honneur de Marie Girouard de Royal Lepage Privilège Saint-Bruno, le Cocktail Gourmet annuel de la Fondation Carrefour pour Elle tenu le 10 octobre dernier a été couronné de succès et a permis de recueillir un bénéfice record de près de 90 000$.

Mettant en vedette le légendaire Boogie Wonder Band et animé avec brio par Guy Aubry, la voix des années 80, l’évènement accueillait plus de 200 convives au Centre Marcel-Dulude à Saint-Bruno-de-Montarville.

La Fondation Carrefour pour Elle tient à remercier chaleureusement tous les artisans de cette réussite, soit notre comité d’honneur, les partenaires corporatifs, les commanditaires, les participants, les donateurs, sans oublier nos précieux bénévoles!

Au cours des 33 dernières années, la Fondation a versé plus de 3.3 millions de dollars à Carrefour pour Elle. Les sommes versées à Carrefour permettent de financer les services de suivi externe individuel et en groupe auprès des femmes, la sensibilisation et prévention de la violence dans les relations amoureuses et l’intervention auprès des enfants hébergés.

Établie à Longueuil depuis 1975, Carrefour pour Elle, est la maison d’aide et d’hébergement pour femmes et enfants victimes de violence conjugale qui accueille des femmes et leurs enfants de Saint-Bruno, Longueuil et de l’ensemble de la Rive-Sud de Montréal.

Il est possible de faire un don en ligne par le biais du lien sur la page d’accueil de la Fondation à www.fondationcarrefourpourelle.org. Face à une situation de violence conjugale, les femmes peuvent téléphoner en tout temps au 450 651-5800 pour de l’aide confidentielle.

Source: communiqué:  Fondation Carrefour Pour Elle – Photo: courtoisie

Partenaires corporatifs de événement; partenaire PLATINE; Desjardins, partenaire OR;  Équipement Boni, partenaires ARGENT; Sandoz et Mantra Pharma, partenaires BRONZE; Apotex, Auropharma, Construction Bâtiment Québec (BQ), Emballage Carrousel, Financière Banque Nationale, Fonds de Solidarité FTQ, Ménard et Associés, Normandin Beaudry, Pacini, Pharmascience, Port de Montréal, Pro Doc, Ville de Longueuil.

Commanditaires amis de la Fondation: L’Expérience Chic Chef, traiteur; l’agence réZin, sélection et le service du vin; Studio de création High5, visuel et la gestion des réseaux sociau; Groupe Séma Média, sonorisation; équipe d’Éclipse Solution, encan silencieux; Loïc de la Chevrotière de Image Corbeau et Geneviève Rioux, vidéo témoignage; Benjamin Corey Chartrand, photos de la soirée.




Les jeunes de l’école secondaire Mont-Bruno s’initient à la vie citoyenne et démocratique

À l’initiative de la Ville de Saint-Bruno, les 6 candidats à l’élection fédérale des circonscriptions de Montarville et de Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères, ont participé à un diner-causerie avec des jeunes de la polyvalente Saint-Bruno afin de les sensibiliser à l’importance de la vie démocratique.

À cette occasion, les élèves ont pu questionner les représentants de parti à tour de rôle sur les principaux enjeux qui les préoccupent ainsi que sur leur position et leurs propositions respectives. Sans surprise, les jeunes ont insisté sur l’importance d’agir pour contrer les changements climatiques, un enjeu prioritaire à leurs yeux.

Cette initiative s’inscrit dans le plan d’action de la politique jeunesse de la Ville, encourageant la participation des jeunes à la vie citoyenne et favorisant leur épanouissement grâce à la promotion de la réussite scolaire dans tous les secteurs de la vie municipale.

Source: communiqué Ville de Saint-Bruno

Sur la photo, les candidats à l’élection fédérale du 21 octobre 2019 entourés de jeunes participants et organisateurs de l’événement:
Bloc québécois: M. Xavier Barsalou-Duval, circonscription de Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères, en remplacement de M. Stéphane Bergeron – Parti vert  Jean-Charles Pelland, circonscription de Montarville – Nouveau parti démocratique: Djaouida Sellah – Parti libéral : M. Michel Picard – Parti conservateur du Canada: M. Mathieu Daviault, circonscription de Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères, en remplacement de Julie Sauvageau – Parti populaire du Canada: Julie Lavallée, circonscription de Montarville




Nouvelle terrasse au centre d’hébergement de Montarville

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Est était fier de procéder le 6 octobre dernier, en présence du maire de Saint-Bruno, M. Martin Murray, à l’inauguration de la nouvelle terrasse du centre d’hébergement Montarville, un projet rendu possible grâce à la contribution financière de la Caisse Desjardins du Mont-Saint-Bruno.

Ce projet se veut novateur, écologique et surtout adapté pour la clientèle particulière de l’unité prothétique alors que les 151 résidents pourront profiter de cet espace en toute sécurité. En effet, la surface en pneus recyclés réduira le risque de blessure grave en cas de chute de la clientèle. Les bancs de parc, résistants et sécuritaires, sont pour leur part faits de plastique recyclé. Par ailleurs, un jardin suspendu créera un environnement calme et agréable.

Sophie Morin, directrice générale, Caisse du Mont-Saint-Bruno, Martin Murray, maire de saint-Bruno-de-Montarville, Catherine Lemay, présidente-directrice générale adjointe CISSS de la Montégérie-Est, Sylvie Trépanier, directrice du bureau de la député Mme Nathalie Roy.

Selon Catherine Lemay, présidente-directrice générale adjointe, CISSS de la Montérégie-Est «Cette nouvelle terrasse qui favorisera les activités extérieures contribuera aussi à briser l’isolement de nos résidents qui pourront profiter de cet endroit sécuritaire avec leurs proches.» –

Pour Sophie Morin, directrice générale, Caisse du Mont-Saint-Bruno. «Ce partenariat, ce n’est pas se demander qui devrait le faire, mais prendre le leadership pour le réaliser. C’est voir les enjeux d’une situation et apporter sa contribution en mettant le bien-être des personnes et de la collectivité au premier plan.»

Centre d’hébergement de Montarville (vidéo corporative)

Source et photos: CISSS Montérégie est




Le COSTCO de Saint-Bruno le plus vert au Canada: plan et photos

Le COSTCO Saint-Bruno qui ouvrira ses portes le 13 novembre et peut être fin octobre, sera selon Costco et grâce aux exigences de la ville en matière de verdissement, le magasin-entrepôt le plus «vert» au Canada:

  • Le pourcentage de canopée pour le stationnement sera de 54%
  • L’asphalte du stationnement sera recouvert d’une peinture spécialisée qui possède un indice de réflectance scolaire de 33 afin d’atténuer les îlots de chaleur
  • La membrane de la toiture sera blanche afin d’atténuer les îlots de chaleur
  • Préservation du boisé existant sur le boulevard Saint-Bruno et plantation pour le densifier
  • Au total, 260 arbres seront plantés sur l’ensemble du projet (stationnement inclus).

Comme le démontre nos photos, les travaux vont bon train et selon nos sources il est possible que l’ouverture soit devancée de quelques semaines.

La station service compter 24 pompes à essence

Le pourcentage de canopée pour le stationnement sera de 54%

COSTCO BUSINESS CENTER À SAINT-HUBERT

L’actuel magasin entrepôt de Saint-Hubert ne serait pas, selon nos sources détruit (à confirmer). Il abritera un magasin COSTCO BUSINESS CENTER.

Bien que tout les membres de Costco pourront y être admis s’adressera principalement aux entreprises et clients institutionnel.

On y retrouvera des aliments emballés en grosse quantité ou à la palette et tout ce qu’il faut pour équiper une cuisine professionnelle et pour les bureaux d’une entreprise.

La marchandise sera aussi différente à 80% de celle que l’on retrouve dans les « COTSCO » entrepôt.

Alain Dubois & sources diverses

Sur le même sujet: COSTCO Saint-Bruno ouvrira le 13 novembre Aussi dans LeMontarvillois: La première chronique du maire de Saint-Bruno, Martin Murray «URGENCE CLIMATIQUE»

Pour obtenir les mises à jour de cette article et d’autres infos du LeMontarvillois.com abonnez-vous à notre page Facebook: https://www.facebook.com/Le.Montarvillois/

NOS MÉDIAS SOCIAUX

Uniquement pour les montarvillois

Groupe principal: Saint-Bruno-de-Montarville d’hier à aujourd’hui https://www.facebook.com/groups/Saint.Bruno.De.Montarville/

Groupe de « Petites annonces »: https://www.facebook.com/groups/petites.annonces.Saint.Bruno/

Groupe pour les offres et demandes d’emplois à Saint-Bruno-de-Montarville: https://www.facebook.com/groups/emplois.saint.bruno/

Groupe, Horticulture et Jardinage Saint-Bruno: https://www.facebook.com/groups/horticulture.saint.bruno/

POUR TOUS

Notre nouvelle page Spotted Saint-Bruno: https://www.facebook.com/SpottedSaintBruno/




Lancement de la nouvelle saison de la Chambre de commerce Mont-Saint-Bruno

La Chambre de commerce Mont-Saint-Bruno a lancé sa nouvelle saison le 26 septembre dernier à Ski Saint-Bruno avec son traditionnel cocktail de la rentrée : Rendez-vous à la montagne. Près de 125 participants,membres et invités, issus de la communauté d’affaires se sont réunis à cet événement réseautage incontournable. Un succès de participation, une ambiance conviviale, un dynamisme palpable ont rendu cette soirée mémorable.

Me Élisabeth Castonguay de chez Fortier D’Amour Goyette et présidente de la CCMSB a présenté le CA, composé de sept femmes et trois hommes ainsi que la permanence de la Chambre. Soulignant l’engouement accru que provoque la CCMSB dans la communauté d’affaires et l’implication exceptionnelle des membres et des bénévoles, elle ajoutait : « On m’a souvent dit que ça prend un village pour élever un enfant… et je crois aussi que ça prend un village, une communauté d’affaires, pour faire rayonner et grandir nos entrepreneurs, et être solidaire à travers les enjeux de tous et chacun. » Un commentaire fort bien accueilli par l’assemblée.

Pour sa part, Marcel Aubin, directeur général, mentionnait que l’accent de 2019-2020 pointait vers la promotion et la reconnaissance des entreprises du territoire, membres et non membres, des offres de visibilité accrues pour celles-ci, un plus grand rayonnement de l’organisme et surtout un accent important sur la promotion de l’achat local en réponse au commerce en ligne, le tout en collaboration avec les intervenants du milieu et les médias locaux. « Il m’importe que tous les membres et entrepreneurs atteignent de nouveaux sommets, et c’est ensemble que nous y arriverons », a-t-il dit, reprenant ainsi la vision de la CCMSB.

Cette soirée fut un grand succès grâce à la présence de tous, des partenaires annuels et au soutien des partenaires majeurs de l’événement, soit BJC société de comptables professionnels agréés, Groupe Duval Auto et Ski Saint-Bruno,l’hôte chaleureux de cet événement à la montagne. Soulignons le travail exceptionnel des partenaires de services Traiteur La Bettyse, une jeune entreprise locale qui mérite des éloges pour ses bouchées abondantes et délicieuses et son service hors pair ainsi qu’à Édonia Signature, importateur de vins pour ses choix et son service de qualité.

SOURCE: Communiqué CCMSB




COSTCO Saint-Bruno ouvrira le 13 novembre

LeMontarvillois.com avait annoncé en primeur, en septembre 2017, l’ouverture prochaine d’un magasin entrepôt COSTCO à Saint-Bruno. Celui-ci remplacera le magasin de Saint-Hubert qui ne correspondait plus au besoin de l’entreprise.

Selon nos sources, il ouvrira ses portes dès le 13 novembre prochain (peut-être avant). En superficie, il sera le plus gros COSTCO du Québec et le deuxième au Canada. Afin de servir les automobilistes, il comportera une station-service composée de 24 pompes à essence.

Ce magasin entrepôt est construit tout près des Promenades Saint-Bruno, sur le terrain que son entrepôt régional occupait et qui a déménagé à Varennes.

Alain Dubois

PS: D’autres infos suivront

Aussi dans LeMontarvillois: La première chronique du maire de Saint-Bruno, Martin Murray « URGENCE CLIMATIQUE »




Nouveau site web pour le Centre d’Intégration Jeunesse – Adulte

Le nouveau site du CIJAD Laporte répond à toutes les nouvelles tendances de navigation, il s’adapte aux différents supports utilisés pour la lecture et rend donc les informations plus facilement accessibles pour tous. Sur ce nouveau site, sont disponibles: les informations sur leurs services et différents projets, des offres d’emploi des entreprises partenaires, des actualités et des liens utiles à la recherche d’emploi…

Le Centre d’Intégration Jeunesse/Adulte vient en aide aux chercheurs d’emploi âgés entre 16 et 65 ans résidant à Saint-Bruno-de-Montarville et d’autres municipalités de l’agglomération de Longueuil.

UN SERVICE D’AIDE GRATUIT POUR LES PERSONNES DE 16 ANS À 65 ANS 

NOS SERVICES 

Aide à la recherche d’emploi 

En fonction des besoins et attentes de la personne, le CJAD adapte les services proposés. Une mise en place d’un suivi régulier est possible, le but étant de maximiser les chances d’obtenir l’emploi souhaité. Les conseillers mettent à profit l’ensemble de leurs expertises lors de ces rencontres et proposent des services variés: rédaction du CV et lettres de motivation, préparation à l’entrevue mais aussi toutes recherches complémentaires à la recherche d’emploi. 

Les locaux du CJAD proposent des équipements technologiques permettant aux clients d’accéder à toutes les informations nécessaires : ordinateurs avec internet, photocopieur, fax… 

Orientation scolaire et professionnelle

En plus de l’aide à la recherche d’emploi, les équipes du CJAD peuvent rencontrer les personnes souhaitant effectuer un changement de carrière ou retourner aux études… Le but étant d’accompagner au mieux le client dans ce changement de situation, qui peut parfois être compliqué. 

Source: communiqué CJAD




GRÈVE AU PARC DU MONT-SAINT-BRUNO ET DANS L’ENSEMBLE DES PARCS NATIONAUX DE LA SÉPAQ

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) a annoncé qu’une grève touchant 23 parc nationaux aura lieu le week-end de l’Action de grâce (du 11 octobre au 14 octobre).

Dans un vote historique, les travailleurs et les travailleuses de la Sépaq membres du SFPQ, ont voté à 94% pour le déclenchement d’une grève générale.

 Les quelque 1 200 membres du SFPQ travaillant dans les accréditations visées débrayeront en même temps, perturbant ainsi les activités.

«Ce n’est pas de gaité de cœur que nous annonçons une nouvelle grève, explique le président général du SFPQ, Christian Daigle. Il s’agit malheureusement du seul moyen pour assurer des conditions de travail décentes à celles et ceux qui œuvrent à protéger nos plus beaux espaces naturels. Bien que nous souhaitons donner une chance à la négociation, nous devons respecter les délais légaux et signifier dès aujourd’hui notre intention de faire la grève. Pour le moment, le gouvernement Legault ne permet toujours pas à la Sépaq de bonifier son offre de la dernière fois. On fait face à un employeur et un gouvernement qui maintiennent une offre déconnectée du marché du travail.»

La grève touchera le Parc national du Mont-Saint-Bruno et les établissements suivants: Parc national d’Aiguebelle; Parc national du Bic; Parc national de Frontenac; Parc national de la Gaspésie; Parc national des Grands-Jardins; Parc national de l’île-Bonaventure et du Rocher-Percé; Parc national des Îles-de-Boucherville; Parc national de la Jacques-Cartier; Parc national Miguasha; Parc national du Mont-Mégantic; Parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie; Parc national de Plaisance; Parc national du Lac-Témiscouata; Parc national d’Opémican; Parc national du Mont-Orford; Parc national du Mont-Tremblant; Parc national des Monts-Vallin; Parc national d’Oka; Parc national de la Pointe-Taillon; Parc national du Saguenay; et le Parc national de la Yamaska.

Source: LeMontarvillois & communiqué de presse SFPQ




Chronique du maire: URGENCE CLIMATIQUE

(Première d’une série de chroniques périodiques où je traiterai d’enjeux, de défis et de projets municipaux en regard d’une vision que je veux partager avec vous. Je tiens ici à remercier Le Montarvillois de m’avoir offert gracieusement cet espace dans ce média numérique).

Martin Murray, maire de Saint-Bruno-de-Mntarville

URGENCE CLIMATIQUE

Le 27 septembre dernier avait lieu la Marche mondiale pour le climat. À Montréal, cette marche a réuni entre 300 000 et 500 000 personnes. J’y étais comme de nombreux Montarvillois pour signifier notre appui aux nécessaires changements et choix à faire face à ce qu’il nous faut maintenant qualifier d’URGENCE CLIMATIQUE. Sachant que la principale cause de la croissance des émissions de gaz à effet de serre est de nature anthropique (relatif à l’activité humaine) et que cette augmentation a un effet indubitable sur le climat, nous avons l’obligation d’agir, ne serait-ce que par simple souci de précaution. Il ne faut cependant pas céder au catastrophisme.

Nous avons le pouvoir de modifier le cours des choses si chacun fait sa part, ce chacun allant de l’individu à l’action internationale, en passant par les municipalités, comme le montre le graphique ci-dessous.

Les municipalités ont un grand rôle à jouer à cet égard et, partant, une grande responsabilité en matière de lutte aux changements climatiques. Elles ont, pour reprendre les termes de la Cour suprême du Canada, un rôle de «fiduciaire de l’environnement» (affaire Spraytech c. Hudson [2001] 2.R.C.S 241).

Depuis 2013, et sous notre gouverne, plusieurs décisions ont été prises en matière environnementale. Elles se sont traduites, entre autres, par la conservation à perpétuité d’un peu plus de 9 hectares de milieux naturels, par le resserrement des règlements relatifs à l’abattage d’arbres dans les milieux naturels protégés, par le pilotage du dossier relatif à la protection et à la mise en valeur des Montérégiennes, dont fait partie le mont Saint-Bruno, par l’interdiction des sacs de plastique à usage unique, par la collecte et la valorisation des matières organiques et par l’interdiction des pesticides contenant des néonicotinoïdes en milieu urbain.

Des plates-bandes comestibles au centre-ville

Par ailleurs, la Ville de Saint-Bruno a été la première ville au Québec à se doter d’une politique de Ville nourricière. Nous avons aussi fait adopter un plan de conservation des milieux humides et naturels et une politique de l’arbre avec, dans ce dernier cas, ajout en 2019 d’un budget annuel supplémentaire de 250 000 $. Et, depuis 2017, la Ville contribue à raison de 10 000 $ par année au Fonds des municipalités pour la biodiversité, les sommes investies par la municipalité étant réservées à des projets de notre municipalité, projets qui visent, comme son l’indique à protéger la biodiversité. Ces projets peuvent être réalisés seuls ou en lien avec d’autres municipalités. Saint-Bruno et Boucherville ont été les deux premières villes à adhérer à ce fonds qui s’accroît au rythme des contributions des villes participantes mais aussi d’apports externes à celles-ci. Depuis, plusieurs villes se sont jointes au mouvement.

Nous sommes cependant conscients que nous devons faire bien davantage. Au budget de 2019, un montant de 250 000 $ a été affecté précisément pour la lutte aux changements climatiques. Ce montant devait permettre à la Ville de se donner un plan d’action et de mettre en place des mesures visant à réduire nos GES. Le comité consultatif en environnement, composé de huit membres bénévoles de la communauté et d’une élue, y travaille assidûment sur ce plan d’action depuis quelques mois. Il est appuyé dans son travail par la division de l’environnement de la Ville. J’ai donc bon espoir que nous puissions présenter un tel plan d’action aux élus pour
adoption d’ici la fin de l’année.

Les défis qui nous attendent sont colossaux. Pour y faire face, nous devrons faire preuve d’audace et d’imagination, ce qui nous obligera à sortir des sentiers battus. Dans cette perspective, il nous faudra procéder à une analyse approfondie de tous nos outils d’aménagement du territoire et de gestion des déplacements afin de nous assurer qu’ils intègrent au premier rang de leurs préoccupations la réduction des émissions de GES et l’adaptation aux inévitables changements climatiques. Qui plus est, il est primordial que toutes les décisions du conseil municipal aillent en ce sens.

Pour ma part, et d’ici la fin de mon mandat en novembre 2021, j’en fait une priorité absolue. Il faut bien voir toutefois que la Ville, malgré toutes ses bonnes intentions, ne peut agir seule. En tant que citoyens, nous avons tous un rôle à jouer dans la «décarbonisation» de nos activités quotidiennes. Il importe pour ce faire d’adopter des habitudes de vie qui viennent réduire notre empreinte écologique. Qu’entendez-vous faire à cet égard au cours de la prochaine année ? Je sais très bien que vous allez me renvoyer la balle en me demandant ce que moi j’entends faire. J’ai déjà ma réponse mais je vous laisse le soin d’écrire les premiers…

Martin Murray, maire de Saint-Bruno-de-Montarville




Première phase d’asphaltage sur la 30 à Saint-Bruno

Le ministère des Transports informe les usagers de la route que la première phase d’asphaltage de l’autoroute 30 en direction est, sur le tronçon situé entre la route 116 (boulevard Sir-Wilfrid-Laurier) et le boulevard Clairevue Ouest à Saint-Bruno-de-Montarville, a débuté le jeudi 26 septembre. Comme annoncé, les travaux se dérouleront de nuit afin d’en limiter leur impact et se diviseront en trois phases. Les phases subséquentes seront réalisées l’année prochaine. L’entrepreneur prévoit présentement travailler du lundi au vendredi.

Gestion de la circulation

Du 26 septembre au début du mois de novembre (phase 1)
Les lundis, entre 21 h et 5 h
Les mardis, les mercredis et les jeudis, entre 21 h 30 et 5 h
Les vendredis, entre 22 h et 8 h

  • Une voie par direction entre la route 116 (boulevard Sir-Wilfrid-Laurier) et le boulevard Clairevue Ouest. La circulation se fera à contresens.
    • Cela impliquera :
      • la fermeture des bretelles menant de la route 116 (boulevard Sir-Wilfrid-Laurier) à l’autoroute 30 est;
      • la fermeture de la bretelle de sortie no 78 menant de l’autoroute 30 est au boulevard Clairevue Ouest;
      • la fermeture de la bretelle menant du boulevard Clairevue Ouest à l’autoroute 30 est.

Les chemins de détour seront balisés à l’aide de panneaux de signalisation.

À noter que la limite de vitesse est abaissée à 70 km/h pendant les heures de travail dans la zone de chantier et que celui-ci fait l’objet d’une surveillance policière accrue.

Ce projet est inscrit dans la liste des investissements routiers et maritimes 2019-2021 de la région de la Montérégie. En cas de conditions météorologiques défavorables ou de contraintes opérationnelles, ces travaux pourraient être reportés. Afin de planifier adéquatement vos déplacements, informez-vous sur les entraves en cours et à venir en consultant le Québec 511.

SOURCE Ministère des Transports




La Montérégie se dote d’un plan de lutte à la pauvreté de 11,8 millions de dollars

La Table de concertation des préfets de la Montérégie (TCPM), mandatée par le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MTESS) pour la gestion d’une enveloppe de 11,8 millions de dollars du Fonds québécois d’initiatives sociales (FQIS) destinée à la mise en œuvre de l’Alliance pour la solidarité en Montérégie. Le TCPM est fière de dévoiler le plan de travail montérégien de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

Ce plan de travail identifie les enjeux prioritaires ciblés en concertation pour la lutte contre la pauvreté dans la région, les acteurs impliqués dans la mise en œuvre de l’Alliance ainsi que la répartition des sommes qui permettront de soutenir des projets structurants et novateurs.

L’entente conclue entre le MTESS et la TCPM permettra la réalisation, d’ici 2023 en Montérégie, d’initiatives concertées et structurantes de lutte contre la pauvreté initiées ou prises en charge par des organismes du milieu.

Pour Monsieur Patrick Bousez, président de la Table de concertation des préfets de la Montérégie. «Le déploiement de l’Alliance pour la solidarité mobilisera nos communautés à définir collectivement les moyens qui permettront à tous les citoyens de la Montérégie de vivre dans la dignité et de s’épanouir. La TCPM est fière de pouvoir compter sur l’appui de partenaires institutionnels, municipaux et communautaires pour la mise en œuvre de ce chantier d’envergure.»

Maude Laberge, préfète de la MRC de Beauharnois-Salaberry, Éric Charbonneau, préfet suppléant de la MRC d’Acton, Suzanne Roy, préfète de la MRC de Marguerite-D’Youville, Jacques Ladouceur, préfet de la MRC de Rouville, Patrick Bousez, préfet de la MRC de Vaudreuil-Soulanges, Francine Morin, préfète de la MRC des Maskoutains, Sylvie Parent, mairesse de Longueuil, Louise Lebrun, préfète de la MRC du Haut-Saint-Laurent, Paul Viau, préfet de la MRC des Jardins-de-Napierville, Réal Ryan, préfet de la MRC du Haut-Richelieu.

Déploiement par sous-régions La Table de concertation des préfets de la Montérégie a retenu un mode de déploiement de l’Alliance pour la solidarité en trois sous-régions, soit l’ouest de la Montérégie, l’agglomération de Longueuil et l’est de la Montérégie. L’organisme de concertation régionale Concertation Horizon a obtenu le mandat de soutenir le déploiement des sous-régions de l’est et de l’ouest de la Montérégie.

Le Bureau de développement social et communautaire de la Ville de Longueuil assure le mandat dans le cadre de ses compétences d’agglomération pour la sous-région. Les sommes ont été réparties par la TCPM comme suit : 2,6 millions de dollars pour l’ouest de la Montérégie, 3,9 millions de dollars pour l’est de la Montérégie et 4,1 millions de dollars pour l’agglomération de Longueuil. Une rencontre d’information sera organisée dans chaque sous-région pour préciser le processus d’identification des projets, les axes d’intervention privilégiés et les fonds disponibles annuellement.

Les étapes à venir Afin que l’Alliance pour la solidarité puisse se déployer en tenant compte des besoins locaux de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale et des particularités propres à chaque sous-région, des démarches de concertation par les comités sous-régionaux se poursuivront au cours de l’automne 2019. Chaque comité produira un plan d’action spécifique, dont les démarches seront appuyées par un comité régional de partenaires qui assurera l’arrimage des meilleures pratiques et créera des liens avec des bailleurs de fonds partageant des objectifs communs.

Composition des sous-régions Ouest de la Montérégie

Les MRC de Vaudreuil-Soulanges, de Roussillon, des Jardins-de-Napierville, de Beauharnois-Salaberry et du Haut-Saint-Laurent. Agglomération de Longueuil : les municipalités de Longueuil, de Brossard, de Boucherville, de Saint-Lambert et de Saint-Bruno-de-Montarville. Est de la Montérégie : les MRC de Brome-Missisquoi, du Haut-Richelieu, de La Haute-Yamaska, de Rouville, de La Vallée-du-Richelieu, des Maskoutains, d’Acton, de Marguerite-D’Youville et de Pierre-De Saurel.

Source: Communiqué TCPM




Le maire de Saint-Bruno, Martin Murray à la grande marche pour le climat

Près d’un demi-million de personnes ont envahi les rues de Montréal à l’occasion de la grande marche pour le climat. Il s’agirait de la plus grande manifestation de l’histoire du Québec et du monde pour le climat.

«Le changement arrive, que vous l’aimiez ou non», a lancé aux décideurs politiques Greta Thunberg, lors de son discours clôturant la manifestation,

Pour le maire de Saint-Bruno, Martin Murray, dont les préoccupations environnementales sont bien connus de ses concitoyens, « Le temps presse. Nous n’avons plus l’excuse de ne pas savoir. 500 milles personnes de tous âges s’étaient donné rendez-vous à Montréal pour le dire haut et fort. Il faut agir sans attendre. J’entends mettre l’urgence climatique au centre de mes préoccupations d’ici la fin de mon mandat. »

SUR LA PHOTO COUVERTURE: Martine Bousquet, Geneviève Brante, Isabelle Bérubé (conseillère district 2) , Vincent Fortier (conseiller district 5), Martin Murray (maire), deux citoyens de Saint-Bruno, Suzanne Girard et Bryan Osborne. (Fondation du Mont-Saint-Bruno)




Un million de kilos d’équipements informatiques et électroniques récupérés à l’écocentre de Saint-Bruno

Un million de kilogrammes d’équipements informatiques et
électroniques ont été récupérés à l’écocentre de Saint-Bruno dans le
cadre du programme de récupération de matériel informatique, évitant
ainsi l’enfouissement.

Lancé en septembre 2005, ce programme est l’initiative du Club informatique Mont-Bruno (CIMBCC), et a été réalisé en collaboration avec la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville. Les citoyens sont invités à apporter leur matériel informatique désuet à l’écocentre; les ordinateurs et portables sont ensuite pris en charge par les membres du Club, qui les réparent et les remettent en valeur. «En tout, nous avons donnés plus de 228 ordinateurs à des organismes sans but lucratif et familles dans le besoin de la communauté montarvilloise», souligne monsieur Pierre St-Aubin, membre du CIMBCC. Si des ordinateurs ne sont plus en état de fonctionner, ils sont remis à une entreprise spécialisée qui procède au démantèlement des différentes composantes des équipements afin de les recycler.

Le maire de Saint-Bruno-de-Montarville, monsieur Martin Murray, se réjouit des résultats obtenus au cours des quatorze dernières années et ajoute: «Nous ne le répéterons jamais assez souvent: il est de notre devoir de diminuer le plus possible la quantité de déchets que nous acheminons vers les sites d’enfouissement. C’est pourquoi j’encourage et j’applaudis les initiatives comme celle du Club informatique. En ce sens, ils ont été des précurseurs. Je ne peux que les féliciter!»

Récupération du matériel informatique

Rappelons que les citoyens peuvent apporter les appareils informatiques, tels qu’ordinateurs, portables et écrans de télévision, à l’écocentre, situé au 600, rue Sagard. Ce dernier est ouvert du lundi au vendredi, de 7 h 30 à 18 h, ainsi que les samedis, dimanches et jours fériés, de 12 h à 18 h.

Source: communiqué Ville de Saint-Bruno-de-Montarville




En Montérégie inquiétante hausse de 10% des signalements à la DPJ

Dans le cadre de leur 16e bilan annuel, les directrices et les directeurs de la protection de la jeunesse du Québec, aussi directeurs provinciaux (DPJ-DP), profitent de cette tribune pour souligner les quarante ans de la Loi sur la protection de la jeunesse en portant leur regard vers l’avenir.

Ces quarante dernières années ont été marquées par la conviction et
la persévérance de milliers de personnes de divers horizons, par de
riches et féconds partenariats sans cesse renouvelés et par une étroite
complicité entre les chercheurs et les gens de terrain. De nombreuses et
belles réussites ont ponctué ce parcours mais aussi, quelques tristes
revers qui, chaque fois, ont entraîné un examen attentif de nos
pratiques et une réflexion quant aux mesures d’amélioration possibles.

Malgré les pas de géant franchis au fil du temps et en dépit des
milliers d’enfants qui ont pu profiter des bienfaits de la Loi sur la
protection de la jeunesse, le nombre d’enfants qui ont fait l’objet d’un
signalement et qui ont besoin de protection ne cesse d’augmenter. Cette
situation préoccupe grandement les DPJ du Québec dont le défi pour
l’avenir est d’infléchir cette tendance et d’offrir un monde meilleur à
nos enfants.

Les tragiques événements du printemps 2019 nous rappellent qu’en
dépit du travail acharné des milliers d’intervenants dédiés à la
protection de tous les enfants du Québec, nous ne sommes pas à l’abri
d’une telle situation. La protection des enfants est un travail d’équipe
où la contribution de chacun est fondamentale. Quand une situation
glisse entre les mailles du filet, c’est toute la société qui doit se
questionner.

La commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse qui s’amorce constitue pour les DPJ une réelle occasion de faire le point de façon constructive avec l’ensemble des acteurs de la société sur la question de la protection des enfants, de leur droit et de leur bien-être. Il s’agit également d’une occasion de réaffirmer le consensus social sur la protection de la jeunesse et de redéfinir les mandats qui sont confiés tant aux DPJ qu’à l’ensemble des acteurs oeuvrant au mieux-être des enfants et des familles vulnérables.

Statistiques régionales 2018-2019

  • 14 979 signalements traités en Montérégie. Il s’agit d’une hausse de 9,9 % par rapport à l’an dernier.
  • 6117 signalements retenus.
  • 41 situations d’enfants signalés par jour, soit 4 situations de plus que l’an dernier par jour.
  • 63 % des enfants dont la situation est prise en charge par les DPJ
    sont demeurés dans leur milieu familial ou chez des tiers significatifs.
  • 1591 adolescents ont reçu des services dans le cadre de la Loi sur
    le système de justice pénale pour les adolescents (LSJPA), ce qui
    représente une diminution de 11,5 % par rapport à l’an dernier.

Statistiques provinciales 2018-2019

  • 105 644 signalements traités au Québec. Il s’agit d’une hausse de 10 % par rapport à l’an dernier.
  • 41 530 signalements retenus.
  • 289 situations d’enfants signalés par jour, soit 26 situations de plus que l’an dernier chaque jour.
  • 61,9 % des enfants dont la situation est prise en charge par les
    DPJ sont demeurés dans leur milieu familial ou chez des tiers
    significatifs.
  • 9879 adolescents ont reçu des services dans le cadre de la Loi sur
    le système de justice pénale pour les adolescents (LSJPA), ce qui
    représente une diminution de 6,5 % par rapport à l’an dernier.

Pour consulter le Bilan 2018-2019 : Bilan DPJ