Cérémonie d’assermentation : Marilou Alarie répond au Maire Murray

Partagez!
image_pdfimage_print

La controverse entourant la cérémonie d’assermentations des élus ne semble pas près de se terminer… Alors que de nombreux Montarvillois ont exprimé le souhait de voir un sain climat de collaboration s’installer au sein du nouveau conseil municipal. Marilou Alarie et le maire Murray s’affrontent par médias interposés…

Suite à la publication de ma chronique “Élection et brouhaha à Saint-Bruno”, Mme Alarie a tenu à préciser sa version des faits.

Tout d’abord, dans le Montarvillois elle écrivait : «Il s’agit encore une fois des élucubrations d’un homme qui ne sait pas reconnaître ses torts et qui à la manière d’un mauvais prestidigitateur tente maladroitement d’attirer l’attention des gens sur autre chose pour cacher ses propres bourdes. Il a gaffé. En mauvais gagnant, il a tenu une assermentation partisane dont il tente maintenant de porter le blâme sur les autres. Est-ce si difficile de reconnaître que de ne pas avoir réuni tous les conseillers municipaux pour prêter serment au cours d’une même cérémonie était une erreur?

Est-ce que M. Murray m’accusera d’être en campagne électorale à chaque fois que je questionnerai certaines de ses décisions? Le maire a l’air d’en savoir plus sur mon avenir que moi, mon mari, ma famille et tous mes amis réunis puisque pour moi et pour nous tous, 2021 représente en ce moment une abstraction dont j’ignore la teneur.»

L’assermentation des élus du Pari montarvillois

Mme Alarie m’a aussi transmis l’avis de convocation qui démontre que seuls les élus ne faisant pas partis du PM ont reçu la directive de prêter serment dans le bureau de la greffière. Ceux-ci ont été contactés le 7 novembre pour aller prêter serment dans son bureau le 10 novembre. C’est en voyant que la liste des destinataires ne comprenait que les trois élus non membre du Parti montarvillois qu’elle a compris qu’il y avait un traitement différent pour M. Boucher , Mme Dion et elle même. Sinon, précise Mme Alarie, les noms de tous les élus auraient été dans l’envoi de cette directive. C’est à ce moment qu’elle a donc entreprise des démarches pour que les conseillers exclus puissent prêter serment avec un minimum de décorum dans la salle du conseil, et ce en présence de leurs proches et d’invités. Suite à cette belle initiative, elle a reçu un courriel du maire :

 

«Je me dois de vous rappeler à l’ordre relativement à votre invitation pour l’assermentation des élus de l’opposition :

·Vous ne pouvez utiliser le logo de la Ville sans le consentement de la direction générale.

·Vous ne pouvez servir du vin sans avoir un permis d’alcool à cet effet, et ce, avec l’approbation de la Ville

·Vous ne pouvez demander à une employée, en l’occurrence Mme ________________, d’agir comme votre secrétaire.

En transmettant cette invitation, vous avez outrepassé vos droits. Je vous demande d’en prendre bonne note pour le futur et de vous en tenir à votre rôle de conseillère. »

 

Évidemment, le maire aurait eu la possibilité, et le contexte s’y prêtait, de laisser passer ces petites incartades aux règles en vigueur… L’intervention du maire n’a qu’attisé le mécontentement de la conseillère et des deux autres élus de «l’opposition».

 

Et la première séance du nouveau conseil n’a même pas eu lieu… Peut-être que nous devrons proposer au maire Murray et à la conseillère Marilou Alarie d’utiliser le service de médiation que la ville offre aux Montarvillois?

 

Comme je l’écrivais dans ma précédente chronique, Il serait souhaitable que le maire initie et mette sur pied un petit comité composé d’au moins un élu non membre de son parti pour définir comment se dérouleront les prochaines cérémonies d’assermentation. Une procédure claire qui a l’aval de tous les élus évitera qu’un pareil brouhaha perturbe de nouveau ce moment solennel.

Alain Dubois, chronique vie municipale, rubrique: Opinions

Be the first to comment on "Cérémonie d’assermentation : Marilou Alarie répond au Maire Murray"

Leave a comment