Comment trouver des biens «non essentiels» en cette période de confinement…

Pour le prochain mois et peut-être plus, il sera plus difficiles de se procurer des biens non essentiels. Le gouvernement du Québec, à la demande de la santé publique, a jugé que pour diminuer la contamination communautaire du virus de la COVID-19, il était nécessaire d’interdire aux commerces de vendre en magasin des biens et produits jugés non essentiels.

Par contre, se procurer ce type de bien peut s’avérer nécessaire, un manteau ou un autre vêtement, des bottes, un petit électroménager, un livre, etc. Pour pallier ces besoins, le gouvernement n’a pas interdit la vente en ligne et il est aussi possible, chez les commerçants qui offrent ce service, de récupérer ses achats à la porte des magasins (mais il est interdit d’y entrer).

Or, il demeure important, lorsque cela est possible, d’encourager nos commerçants hyper locaux, ceux qui ont pignon sur rue dans le «village» de notre municipalité. Plusieurs offrent des services de ramassage et d’achat en ligne. Notre bottin d’achat local contient une belle liste d’entreprises montarvilloises que vous pouvez consulter. Si vous ne trouvez pas ce que vous souhaitez, il y a bien entendu Amazon et les grandes chaînes de magasins qui ont des plateformes d’achat sur le web. Par contre, pourquoi ne pas vous tourner vers des entreprises québécoises telles que Simons ou L’Aubainerie pour les vêtements, LesLibraires.ca pour les livres, Griffon pour les jouets, etc.

L’achat de deuxième main: pourquoi n’acheter que du neuf?

Il existe aussi une autre belle alternative; l’achat en deuxième main. Celui-ci s’est beaucoup développé ces dernières années. Il permet de faire de grosses économies ainsi que de donner une seconde vie aux objets que l’on n’utilise plus. Ce type d’achat correspond aussi à l’adoption d’une attitude écoresponsable que l’on retrouve chez un nombre grandissant de consommateurs. Des mouvements comme celui de la simplicité volontaire ont aussi grandement contribué à valoriser l’achat et la vente en deuxième main. Il  permet de réduire l’empreinte environnementale de notre consommation tout en augmentant la durée de vie utile des objets.

Le groupe Facebook des «Petites annonces de Saint-Bruno»

Réservé exclusivement aux Montarvillois, le groupe Facebook des «Petites annonces (troc et dons) de Saint-Bruno», avec ses 2700 membres, est sans contredit un des lieux privilégiés pour acheter, vendre, donner ou échanger un bien. Pour ceux qui souhaitent élargir le bassin d’acheteurs, Facebook offre  un marché public virtuel, «Marketplace», dans lequel vous pouvez également afficher vos annonces et acheter des biens. Les avantages du groupe: les transactions se déroulent entre Montarvillois, une supervision plutôt serrée du contenu y est exercée et vous avez un très faible risque de vous retrouver avec un objet volé ou défectueux. Pour y dénicher un bien à acheter, la recherche par mots clefs est la plus efficace. Kijiji et LesPac sont aussi des services de petites annonces en ligne qui ont pignon sur la toile depuis longtemps.

Il peut sembler difficile de changer nos habitudes de consommation, mais la crise sanitaire avec laquelle nous sommes aux prises vous en donne l’opportunité, saisissez-la… 

Alain Dubois

Note: Nous vous rappelons qu’il est important de respecter la distanciation sociale recommandée lors de vos achats de biens de deuxième main (port du masque + garder une distance de 2 mètres avec les autres). Il est  aussi toujours préférable d’utiliser le mode de paiement par virement bancaire (courriel ou texto) en utilisant le service Interac offert par votre institution financière.

Le Montarvillois. le journal hyperlocal de Saint-Bruno-de-Montarville