Complexe sportif de Saint-Bruno: qui dit vrai?

image_pdf

Il y a environ 2 ans, en descendant du train j’ai croisé une amie de Saint-Bruno qui est généralement au courant de ce qui se passe dans la ville. 

Je lui ai demandé: “Pis! Où en est-on avec le complexe sportif?” 

Elle a répondu : “ Oh! Mon Dieu! Depuis que le Parti Montarvillois est minoritaire, toutes leurs initiatives sont bloquées … on fait tout pour écœurer le maire. Il est sur le bord du burnout, il ne peut même plus assister aux pléniers…”. 

Puis elle a ajouté que le sujet sera abordé dans le prochain conseil dans quelques semaines.

C’était pour le 21 janvier 2020.

À ce moment-là mes connaissances en matière de politique municipale étaient rudimentaires. Je savais à peine ce que c’était un conseil. Je ne savais même pas qu’on pouvait s’y présenter et y poser des questions. 

On part de loin.

J’ai fait alors mes devoirs, je me suis un peu renseigné sur le sujet et je suis allé poser ma question.

Ce que j’avais en tête à ce moment là est:

“Le maire et les 2 conseillers restants du Parti Montarvillois veulent une consultation publique et Ludovic, fort de sa pétition de 2000 noms ainsi que les autres conseillers sont contre, car la décision est déjà prise: la place du future complexe est le parc Marie-Victorin”

Disons que c’est un résumé très simpliste, très réducteur et ne représente pas vraiment la vérité.

Qu’en est-il de la vérité alors?

Et bien elle est un peu plus complexe que ça. Je vais essayer de vous la résumer.

Les élections 2017

L’une des promesses phares du Parti Montarvillois était de construire le complexe sportif au centre ville sur une partie du Parc Rabastallière (l’actuel terrain de baseball).

Seulement, après les élections certains élus (Caroline Cossette et Jacque Bédard) ont quitté le parti et siègent désormais comme indépendants. Quelques mois plus tard, c’est Martin Guèvremont qui quitte le conseil pour des raisons personnelles.

Les élections partielles qui s’ensuivent font élire Ludovic Grisé-Farand, le porte parole du groupe de citoyens (Les amis du Parc Rabastallière) opposé à ce que le complexe sportif soit construit sur le terrain de baseball et farouche opposant au projet au centre-ville. Selon lui, le meilleur endroit serait le terrain du Marie-Victorin sur lequel il veut construire un pôle sportif.

La séance du conseil du 21 janvier 2020

En temps normal une séance dure entre 2 et 3 heures. Ce soir-là c’était 4h… seulement pour la première partie. Il fallait la reporter au lendemain par manque de temps. La cause du retard était le complexe sportif et les nombreuses questions des citoyens.

Personnellement, et sans le vouloir, j’ai contribué à ce dépassement. En effet, je suis arrivé avec une petite question très simple qui se résume en :”êtes-vous pour ou contre une consultation publique au sujet du centre sportif et de son emplacement?”

Je m’attendais, naïvement, pourrait-on dire, à de très brèves réponses du genre “oui” ou “non”.

Bien évidemment, ce n’est pas ce qui s’est produit. Chaque conseiller a pris plus ou moins de temps pour répondre à la question. Et voici leurs réponses:

Mme Dion (District 1): Se dit depuis le début pour un référendum. Elle aimerait aussi qu’on voit la possibilité de réaliser le projet sur le site de l’école Mont-Bruno. Mais pour l’instant, elle aimerait qu’on puisse voter rapidement pour le site Marie-Victorin question d’obtenir la subvention gouvernementale, quitte à changer l’emplacement par la suite.

M. Fortier (district 2): Dit que même quand ils étaient majoritaires ils étaient pour un référendum comparatif et non uniquement pour refuser un emplacement.

Mme Cossette (District 3): Est pour la consultation publique

M. Grisé-Farand (District 4 et candidat à la Mairie): Ne répond pas directement à la question sachant qu’il va en parler quand on sera rendu au point à l’ordre du jour.

Rendu là, il y va avec un argumentaire étoffé:

Il discrédite l’étude qui priorise le site de Rabastalière et fait une démonstration ne laissant qu’une possibilité à savoir le parc Marie-Victorin.

Il mentionne que les citoyens n’ont jamais été d’accord avec le projet sur Rabastalière. Il ajoute que 60% des montarvillois ont voté contre le Maire qui portait le projet, aux élections complémentaires, ils ont voté très majoritairement pour un candidat opposé au projet et surtout que lorsqu’ils sont allés faire signer les pétitions, 8 à 9.5 personnes sur 10 étaient clairement contre. Les restants étaient soit pas intéressés, soit n’habitaient pas à Saint-Bruno, soit ils étaient pour. Il ajoute encore qu’ils ont récolté 2000 signatures en 2 fins de semaines et que s’ils étaient restés un mois, ils auraient récolté le double et en 6 mois probablement tous les montarvillois.

Il déplore par la même occasion que des conseillers risquent de nous faire perdre la subvention et de faire encore attendre les montarvillois.

Je vais revenir sur ces deux derniers points: La subvention et la pétition supposée être représentative de tous les montarvillois.

Mme Bérubé (District 5 et candidate à la Mairie): Est pour la consultation publique

Mme Alarie (District 6) : Est pour la consultation publique

M. Bédard (District 7) : Comme Mme Dion, il veut qu’on avance le dossier pour la subvention et peut-être consulter après. J’apprends plus tard qu’il était aussi pour un référendum citoyen.

M. Boucher (District 8): Oui pour une consultation mais en excluant le parc Rabastalière. Pour lui, la pétition de 2000 noms contre ce site est sans équivoque.

Parlons donc de cette pétition!

Une demande d’accès à l’information nous permet de voir les vrais chiffres:

La pétition dont M.Grisé-Farand parle est une combinaison de pétition en ligne et d’une autre en papier.

La pétition en ligne comporte 595 signatures dont environ 530 entre le 11 juillet et le 20 septembre 2018 (un peu plus de 2 mois). Du nombre total, 58 ne vivent pas à Saint-Bruno.

Quant à la pétition papier qui a été déposée en hiver 2019, j’ai compté 1275 noms dont plusieurs ne sont pas de Saint-Bruno (5 à 10%). La pétition n’est pas datée. Donc impossible de savoir si c’est le fruit de 2 fins de semaines devant les épiceries de la ville ou si ça vient aussi d’un exercice porte-à-porte à un autre moment.

Bref, on peut dire qu’en plusieurs semaines, les amis du parc rabastalière ont pu récolter environ 1600 signatures de montarvillois contre le projet du centre sportif à cet endroit. Ce n’est donc pas 2000 signatures en 2 fins de semaines. 

Est-ce suffisant pour dire qu’il y a opposition au projet et qu’une consultation s’impose? Je pense que oui.

Mais pourquoi donc, M. Grisé-Farand ne cesse de répéter ”2000 signatures en 2 semaines” et que Les Montarvillois sont contre cet emplacement?

J’ai alors demandé une explication à M. Grisé-Farand.

Il a répondu: “Personnellement, j’ai aidé à la faire signer 2 fins de semaines devant le Provigo. Il devait y avoir au moins 20 bénévoles qui ont fait signer le tout, en quelques semaines au total. À un certain point, ils avaient besoin de quelqu’un pour déposer la pétition au conseil et j’ai accepté.

Il a ensuite ajouté: “Pour plus de détail il faudrait vraiment demander à Joel Boucher. Je n’ai pas organisé la logistique de ceci, j’ai plutôt été le messager, sauf pour mon aide durant 2 fds”

J’en conclu qu’il a peut-être été induit en erreur … ou pas. Je n’ai pas demandé à parler à M. Boucher.

D’un autre côté il y a eu d’autres études et sondages allant dans un sens différent. Je parle d’un récent sondage (fait par l’équipe d’ensemble Saint-Bruno) de d’environ 2000 signataire en faveur d’un centre sportif au centre ville (mais interrompu par la pandémie) et d’un autre sondage de la ville – où on voit que la majorité de citoyens sont en faveur du projet et de son emplacement.

Lisez l'Article La majorité des Montarvillois d’accord avec le projet de complexe sportif 

L’histoire de la subvention maintenant

Comme souvent, l’argent est le nerf de la guerre. 

Il y a plusieurs mois, Mme Bérubé s’est retrouvée dans l’eau chaude après avoir voté contre une résolution du conseil et pour avoir failli à son devoir de représentation auprès de la commission de l’environnement et de l’aménagement de l’agglomération de Longueuil. Ce vote était unanime contre l’emplacement du parc Marie-Victorin comme futur lieu du complexe sportif. 

Lise l'article L’affaire de l’été à Saint-Bruno”: Une tempête dans un verre d’eau!

Ceci lui a valu une plainte de l’ex-directeur général de la ville Sylvain Brouillette. Cette plainte a été rejetée.

Lisez l'article Une tempête dans un verre d’eau: la CMQ rejette la plainte de l’ex DG envers la conseillère Isabelle Bérubé

M. Grisé-Farand maintient toujours que Mme Bérubé a empêché l’octroi de la subvention du complexe sportif.

Est-ce que ça aurait changé quelque chose. Je ne sais pas. Le vote était unanime. Au même temps, on peut dire que Mme Bérubé a influencé le vote. Mais je ne sais pas si on peut aller jusqu’à dire qu’elle a fait perdre la subvention à la ville.

Mais qu’en est-il de M. Grisé-Farand lui-même?

On est tombé sur un enregistrement où on entend M.Grisé-Farand discuter de la possibilité de bloquer la subvention du centre sportif. C’était en hiver 2019 juste avant que ce dernier se fasse élire au poste de conseiller. C’était une réunion du conseil d’administration de l’Association des propriétaires de Saint-Bruno (ASPSB).

Voici le Verbatim de la conversation.

LGF : Mais là où ça tue, sincèrement, c’est au niveau des subventions. 

Monsieur 1 : Ça, ca va être une autre job qu’on peut faire. 

LGF : Y’en aura pas en tout cas, moi j’pense pas. 

Monsieur 1: On peut travailler sur ça, ça ça on peut travailler sur ça. 

LGF : Mais, j’pense qu’y a du monde qui ont parlé à Michel Picard et Nathalie Roy, pis les échos qu’on a eu, c’est euh, ils ne veulent rien savoir de t’ça là. Y vont se faire lancer des tomates.

Monsieur 2:  Pourquoi ? 

LGF : Y’a une trop grosse majorité du monde qui ne sont pas d’accord à ce projet là. Faque d’aller faire ça, surtout Picard en élections, pis euh, non, r’garde. Pis Nathalie Roy avec son historique de réglage de dossier là, euh…d’après moi..écoute est occupée à….

Monsieur 1 : Alors donc c’est toi qui s’en occupe. 

LGF : Oui. 

Cette conversation m’intrigue beaucoup car M. Grisé-Farand, lors de la séance du conseil du 21 janvier 2020, a fait un bon discours sur l’absurdité de se passer d’une telle subvention pouvant aller jusqu’à 20M$. Alors que d’un autre côté, il discute de la possibilité de la saboter. Ceci ne veut absolument pas dire qu’il l’a fait. Mais c’est suffisant pour que je veuille en savoir plus.

J’ai alors parlé de cet enregistrement au principal intéressé. Ce dernier répond “Le programme PAFIR est au gouvernement du QC, alors vraiment aucun rapport avec Michel Picard et la demande de subvention a été faite en 2020, pas en 2019… Ça fait longtemps que je n’avais pas entendu quelque chose d’aussi ridicule”

Et à la question “êtes-vous allé parler au Bureau de N.Roy de ou de M.Picard?” , M. Grisé-Farand répond : “Et je te confirme que non je n’ai jamais rencontré Michel Picard ou Nathalie Roy à ce sujet”

Quant au Verbatim ci-dessus il dit: “ça me semble être du salissage pur et simple. De la diffamation”

À date, je n’ai pas la confirmation que le Bureau de Mme Roy (députée à l’assemblée nationale) ait été contacté.

Par contre, concernant celui de M. Picard (député à la chambre des communes) c’est un peu différent.

En effet, lors de la même séance du 21 janvier 2020 à 3h:08min, M. Fortier (conseiller du district 2) a dit : “… Faites attention [M. Grisé-Farand] car moi, le bureau de l’ancien député fédéral nous a informé que vous les aviez approchés pour leur demander de bloquer la subvention pensant que c’était le gouvernement fédéral qui donnait la subvention du temps que vous n’étiez pas élus…”

M. Grisé-Farand n’a pas réagit.

Je ne sais pas comment interpréter ce silence. Ni comment interpréter cet enregistrement. Je vais donc garder mes conclusions pour moi.

Je vous laisse en juger.

Et aujourd’hui on fait quoi?

Et bien! on va voter pour celui ou pour celle en qui on a le plus confiance pour mener à bien ce projet … et bien d’autres.

à suivre …

Khalil Essadik

Le Montarvillois, le journal hyperlocal de Saint-Bruno-de-Montarville


Article le plus populaire (30 jours) :


Saint-Bruno-de-Montarville d’hier à aujourd’hui, le plus important groupe Facebook exclusivement dédié aux Montarvillois

One thought on “Complexe sportif de Saint-Bruno: qui dit vrai?

Comments are closed.