Démocratie à Saint-Bruno-de-Montarville – Prise 2

Lors de la dernière séance du conseil, il était encore question de démocratie. On a passé une bonne partie de la séance à lancer des roches et des flèches à M. Murray suite à son appui à une résolution faite par la mairesse de Longueuil qui permettrait aux maires de ne pas être tenus de suivre les recommandations de leurs conseils municipaux pour voter les résolutions de l’agglomération. 

Pour les conseillers cette résolution est anti-démocratique et les commentaires (plus ou moins respectueux) sont allés dans ce sens. 

À la dernière séance de l’agglomération, on est revenu sur cette question. M.Murray affirme que ce n’est pas une question de démocratie;

 “…actuellement on s’en sert comme enjeu politique pour menotter les maires, pour leur faire dire à peu près n’importe quoi et bon sens ne prévaut pas…” 

Plus tard dans la même séance, on arrive à une résolution où le maire est tenu de voter contre des règlements qui ont été adoptés à l’unanimité par le conseil d’administration de la RTL sur lequel Mme Alarie siège. 

Pour M. Murray, le fait que cette même conseillère vote contre par la suite au conseil municipal est paradoxal.

J’ai posé la question à la conseillère municipale Mme Alarie pour connaître sa position. Voici sa réponse:

“J’ai répondu à Monsieur Murray à la période d’intervention des élus. Je suis en faveur de l’acte de gestion voilà pourquoi j’ai endossé cette décision au RTL. La décision de l’agglo, quant à elle, est financière et tant qu’une partie du financement sera établie selon le calcul des quotes-parts, le conseil de Saint-Bruno n’endossera pas ce genre de décisions. C’est une question de cohérence. Tous sont d’accord sauf le maire.“

Autrement dit, Mme Alarie est d’accord avec la décision mais pas avec son financement qui est basé sur un mauvais calcul des quotes-parts.

Ceci nous amène à nouveau aux positions systématiques du conseil municipal de Saint-Bruno qui suit un principe immuable : à chaque fois qu’il s’agit d’une dépense de l’agglomération impliquant un calcul de quotes-parts, on vote contre, tel que recommandé par le consultant. Autrement, on s’aligne sur la position du maire. Le principe est simple et compréhensible.

Une autre question se pose maintenant: 

Avons-nous besoin de payer  un consultant 160$/h1 pour qu’il nous dise ce qui contient une dépense ou non?

Chronique municipale: Khalil Essadik

 1 https://www.fm1033.ca/un-consultant-pour-les-dossiers-de-lagglomeration-a-saint-bruno-de-montarville/

Le Montarvillois, le journal hyperlocal de Saint-Bruno-de-Montarville


Saint-Bruno-de-Montarville d’hier à aujourd’hui, le plus important groupe Facebook exclusivement dédié aux Montarvillois