Démolition du 91 Rabastalière: Lettre ouverte au nouveau conseil municipal de Saint-Bruno

image_pdf

Saint-Bruno-de-Montarville, le 18 novembre 2021

Aux membres du Conseil municipal, Mme Louise Dion, M. Vincent Fortier, M. Mathieu Marcil, Mme Nancy Cormier, M. Louis Mercier, Mme Hélène Ringuet, M. Jérémy Dion-Bernard, M. Marc-André Paquette et au maire, M. Ludovic Grisé Farand,

Par la présente, 1070 pétitionnaires, dont près de 800 citoyens de Saint-Bruno-de-Montarville (Statistiques de Pétition en ligne) s’opposent au projet de démolition des 91-93 du Chemin de la Rabastalière Est.

D’emblée, nous désirons mentionner avoir obtenu durant la campagne électorale l’appui du Maire, M. Ludovic Grisé Farand, qui est d’avis que la maison sise au 91 du Chemin de la Rabastalière et ses 30 arbres méritent amplement d’être préservés.

Nous vous demandons de vous prononcer contre le projet de démolition pour les raisons suivantes:

Raisons environnementales

  • C’est un véritable îlot de verdure du centre-ville qui est appelé à disparaître. Seulement 5 arbres parmi les 30 matures sur le terrain demeureront intacts.
  • La transplantation prévue de 6 arbres comprend des risques élevés, n’offre aucune garantie de survie pour des espèces possédant une hauteur approximative de 18 mètres et un âge d’environ 75 ans.
  • Plusieurs arbres matures situés aux abords du 91, sur le terrain du 79 du Chemin de la Rabastalière, propriété non concernée par le projet, risquent d’être condamnés à moyen terme en raison de travaux d’excavation. En somme, c’est bien davantage que 30 arbres matures qui sont appelés à disparaître.
  • La plantation de 12 arbres nouveaux arbres comme le prévoit le projet ne compense en rien l’abattage d’arbres matures. Ce sont quelques centaines d’arbres qu’il faudrait planter afin que cet îlot de verdure puisse rendre les mêmes services écologiques à notre communauté. Le projet immobilier, même redessiné, entraînera des conséquences néfastes pour notre environnement.
  • Le projet va à l’encontre de la politique de développement durable à laquelle Saint-Bruno s’est engagée, un des principaux enjeux de notre ville et de notre planète. Il contribuera notamment à l’augmentation d’indésirables îlots de chaleur durant la période estivale.
  • Laisser pousser de l’herbe dans la moitié des cases de stationnement comme le prévoit le projet ne remplacera pas un seul arbre.

Raisons sociales, historiques ou simplement pratiques

  • Le Chemin de la Rabastalière est beaucoup trop étroit pour absorber le surplus de circulation que provoquerait le projet. De plus, les 22 places de stationnement réservées aux 19 unités de logement risquent de susciter un débordement de voitures manquant de place de stationnement sur cette artère, devant ce bâtiment intrusif.
  • Les citoyens du voisinage se prononcent contre le projet qui ne cadre pas avec le quartier et les maisons anciennes de l’artère historique de Saint-Bruno.
  • La tendance actuelle dans les municipalités nord-américaines n’est pas de démolir mais d’investir pour préserver ou restaurer le cachet historique des centres villes. Saint-Bruno-de-Montarville ne doit pas faire exception mais bien montrer l’exemple.
  • La résidence située au 91 du Chemin de la Rabastalière date de 1947 et demeure en bon état (à l’exception de la toiture). Son intérieur a été récemment restauré et est même en très bon état contrairement à ce que le promoteur a prétendu lors de la séance du 22 septembre dernier. À cet égard, tous les représentants de notre démocratie sont cordialement invités à visiter les lieux afin de constater par eux-mêmes.
  • La maison a été érigée en l’honneur d’un citoyen ayant contribué à l’effort du pays durant la Seconde Guerre mondiale. St-Bruno ne doit pas renoncer à son Histoire en saccageant son patrimoine bâti.
  • Incompatibilité d’un vaste stationnement (relié à l’éventuel immeuble) situé tout juste à côté d’un terrain de baseball.

Pistes et solutions

Compte tenu, d’une part, de l’avis du maire de Saint-Bruno ainsi que celui de l’opinion publique s’opposant au projet et, d’autre part, du fait que notre municipalité manque de logements, pourquoi ne pas relocaliser celui-ci?

Nous disposons par exemple de vastes terrains de stationnement au centre-ville qui sont loin d’être utilisés à pleine capacité où pourrait voir naître un chantier. Ou encore pourquoi ne pas attribuer une nouvelle vocation à la maison du 91? Le projet de conversion en un Centre de la Petite Enfance évoqué par M. Grisé Farand lors d’une rencontre en août dernier nous semble une issue intéressante. N’y-a-t-il pas le Parc de la Rabastalière tout juste à côté ainsi que plusieurs services qui pourraient rendre ce projet viable et souhaitable pour l’ensemble de la communauté?

Si l’ambition du promoteur devait malheureusement se concrétiser, nous demandons à la ville d’exiger de sa part des garanties écrites que son projet de logement s’avère à vocation abordable, de façon permanente. Nous savons que cet individu est un spécialiste de l’optimisation immobilière et la prudence doit être certainement de mise par nos dirigeants. Nous sommes d’avis que les orientations du développement urbain n’appartiennent pas aux promoteurs mais aux citoyens et à leurs représentants élus. De plus, nous tenons à aviser nos Conseillers que l’investisseur impliqué a déjà fait l’objet de demandes de dérogations dans d’autres projets réalisés auprès de différentes municipalités de la Montérégie (référence: groupe Facebook, Résidents de Longueuil pour un urbanisme cohérent). Des garanties devraient ainsi être exigées afin de contraindre le promoteur à protéger les arbres et des sanctions devraient être imposées dans le cas où les travaux d’excavation et les opérations cyclopéennes de transplantations végétales qu’il propose se révélaient néfastes pour la survie des espèces. Vigilance est donc le mot d’ordre.

En espérant de tout cœur que vous vous montrerez sensibles à nos arguments et que l’opinion de la population locale, ainsi que celle de M. Ludovic Grisé Farand, vous guidera dans votre décision, nous vous présentons l’expression de nos salutations distinguées,

Antoine Morin


Le Montarvillois, le journal hyperlocal de Saint-Bruno-de-Montarville

Revue de presse sur le 91 Rabastalière ICI


Saint-Bruno-de-Montarville d’hier à aujourd’hui, le plus important groupe Facebook exclusivement dédié aux Montarvillois