Deux décisions préoccupantes à St-Bruno-de-Montarville:

Partagez!
image_pdfimage_print

Ce billet se veut un texte de réflexion suite à des événements récents. L’objectif n’est pas de critiquer pour critiquer mais de souligner l’importance de rester alerte face à la bonne conduite des opérations dans notre chère ville de St-Bruno-de-Montarville. Voici donc 2 exemples qui confirment qu’il faut rester vigilant.

1) Cérémonie d’assermentation des conseillers

Comment expliquer que seuls les 3 élus non membres du Parti Montarvillois (PM) ont reçu la directive de prêter serment dans le bureau de la greffière plutôt que dans la salle du conseil, et ce, avec un minimum de décorum comme ceux du PM? Pourquoi ce traitement injuste et différent pour des conseillers non membres du PM? N’est-ce pas un manque de respect pour tous les citoyens des districts représentés par ces 3 conseillers? Qu’en sera-t-il des dossiers touchant plus spécifiquement ces 3 districts?

2) Constitution des comités et sous-comités consultatifs de la ville

Comment expliquer que l’équipe du maire a exclu la conseillère Marilou Alarie des 18 comités et sous-comités consultatifs de la ville? En particulier, son expulsion de la table d’harmonisation de la SÉPAQ où elle était déjà très impliquée ne peut que surprendre!

Faut-il le rappeler, Mme Alarie a une grande expertise et crédibilité sur ce type de dossiers. Sa grande implication des dernières années sur les questions environnementale et son élection récente au conseil d’administration de Nature Québec, un organisme hautement réputé sur toutes les questions environnementales au Québec ne laissent aucun doute sur sa grande valeur. ‘’Quelle belle nouvelle! Bravo!’’ soulignait Laure Waridel, une figure de proue en Environnement au Québec à l’annonce de l’élection de Mme Alarie.

Faut-il le rappeler, les citoyens ont clairement signifié lors des élections qu’ils faisaient grandement confiance et appréciaient Mme Alarie. Elle a obtenu les meilleurs résultats des élections, et ce, même sous une bannière indépendante. Ce n’était donc pas pour un parti mais pour elle-même qu’ils ont fait leur choix.

Alors, comment expliquer qu’une conseillère de confiance de la population comme Mme Alarie, qui a une très grande expertise et crédibilité en matière d’environnement ne soit pas retenue pour participer sur les comités consultatifs de la ville sur ces questions? Quelle conclusion doivent tirer les citoyens de St-Bruno?

Il n’est pas trop tard pour changer cette décision!

 

Michel Lamarche Citoyen de St-Bruno-de-Montarville

 

Photo: Marilou Alarie

Rubrique: opinions

Be the first to comment on "Deux décisions préoccupantes à St-Bruno-de-Montarville:"

Leave a comment