Îlot Natrel : une rencontre d’information courue

Partagez!
image_pdfimage_print

Hier soir, lors du passage du Montarvillois,  une centaine de citoyens étaient présents à la rencontre d’information sur le projet de revitalisation de l’îlot Natrel organisée par la ville de Saint-Bruno. À la manière d’un salon corporatif, on retrouvait des kiosques, tableaux et présentations vidéo illustrant les différents aspects du projet, particulièrement  celui de la société COGIR qui souhaite y construire un immense complexe résidentiel pour les aînés.

Sur place des employés de la ville et de COGIR, des conseillers municipaux et le maire Murray,  qui expliquaient à des citoyens les besoins en matière de résidences pour personnes âgées à Saint-Bruno.

Sur un des tableaux, les citoyens pouvaient laisser leurs commentaires sur un post-it.  Et c’est sans surprise que plusieurs d’entre eux demandaient de limiter le nombre d’étages à 4 et que le centre-ville de Saint-Bruno n’avait pas besoin d’une 2e résidence pour aînés et /ou s’inquiétaient  des impacts sur le caractère villageois du centre-ville que fait courir le projet de COGIR. Dans le même esprit, certains commentaires exprimaient la nécessité pour la municipalité d’avoir des logements multi-générationnels. Enfin d’autres, plus positifs, soulignaient la qualité du projet de COGIR et le besoin de logements pour personnes âgées à Saint-Bruno.

À la lecture des commentaires, on pourrait, en résumé, conclure que les Montarvillois qui se sont présentés à cette rencontre d’information ne sont pas complètement fermés à l’idée d’une résidence pour  aînés sur l’îlot Natrel (même si ce n’est pas un projet désiré), et à condition que le projet existant (avec commerces au rez-de-chaussée) ne dépasse pas 4 étages et que l’on retrouve sur ce terrain  des logements multi-générationnels abordables (coop.?).

2 Comments on "Îlot Natrel : une rencontre d’information courue"

  1. C’est certain que c’est une situation délicate pour le gouvernement municipal… Le promoteur a acheté ce terrain pour y construire une résidence pour personnes âgées et pas d’autre chose. La ville craint peut-être que le promoteur paie pendant qq. années des taxes en fonction des bâtiments existants sans les démolir ou démolissent ceux-ci pour payer moins de taxe et laisser un terrain vague en plein cœur du centre-ville…

    La première option est trop dispendieuse puisque les taxes sont très élevées pour ce terrain avec bâtiments et la deuxième option n’est pas plus avantageuse puisqu’il devra à fort prix faire décontaminer le terrain après, et ce sans retours rapides sur investissement. De plus, la ville pourrait modifier ses règlements et imposer une surtaxe pour tout terrain et bâtiment inoccupé dans le centre-ville…

    Dans les 2 options, la filiale de Desjardins qui finance ce projet serait insatisfaite. Donc COGIR n’a pas selon moi le gros bout du bâton dans cette négociation. Perso, je pense qu’il aurait été judicieux d’attendre une entente avec COGIR avant de procéder au dézonage de ce terrain qui était zoné industriel.

  2. Quel gâchis si cela s’avère. Le centre-ville de St-Bruno, le « village » est ce qui fait en grande partie son cachet. C’est évident qu’un projet mastodonte comme celui-là changera complètement la nature du coeur de la ville et en fera définitivement une ville dortoir. Le « village » est à la croisée des chemins. Les gens ont plus que jamais soif de commerces de proximité, et ce terrain est l’idéal pour redynamiser une ville qui a tout ce qu’il faut pour se renouveler et offrir quelque chose qu’on ne trouve nul part ailleurs. Un bunker de retraités, c’est cadenasser pour de bon l’avenir du centre-ville de St-Bruno.

Leave a comment