Infestation de chenilles de la spongieuse à Saint-Bruno

La Ville de Saint-Bruno-de-Montarville est aux prises avec une infestation de chenilles de la spongieuse. Présente en grand nombre dans le secteur avoisinant le parc national du Mont-Saint-Bruno et dans celui-ci. Cette chenille, reconnaissable grâce à ses paires de taches bleues suivies de paires de taches rouges, mange de grandes quantités de feuillage d’arbres et d’arbustes.

Les spongieuses sont des ravageurs qui se déplacent en s’agrippant à différents objets. Elles font leur entrée en scène à la fin juillet ou en août. Le mâle, aux teintes de brun et de gris, peut voler et survivre environ une semaine, le temps de s’accoupler avec plusieurs femelles.

Plus grosse que le mâle, la femelle est blanchâtre avec des marques plus foncées en forme de zigzag. Elle ne peut pas voler et meurt peu de temps après avoir pondu ses œufs.

La chenille de la spongieuse qui vit principalement en milieu forestier. change d’apparence tout au long de son stade larvaire. La chenille est d’abord noire ou brune et mesure environ 0,6 cm de longueur (0,24 pouce). En se développant, des bosses pourvues de poils noirs et drus se forment sur son dos. La chenille est facile à reconnaître à la fin de ce stade, car elle est devenue gris anthracite, et son dos est alors orné de deux rangs de cinq points bleus et de six points rouges. La période d’alimentation des chenilles des spongieuses se termine au début de juillet. À maturité, une chenille peut atteindre 6,35 cm de longueur (2,5 pouces).

Son cycle de vie

Son éclosion a lieu au printemps et elle passe la majorité de son temps à se nourrir, jusqu’au début juillet environ. Lorsqu’elle cesse de manger, la chenille devient chrysalide, pour se transformer deux semaines plus tard en papillon de nuit.

Quels dommages peuvent-elles causer?

La spongieuse est un insecte préoccupant parce que sa larve dévore le feuillage des arbres, en particulier celui des arbres à feuilles caduques (feuillus), mais aussi de certains conifères (arbres à feuillage persistant). Au cours du stade larvaire, une chenille de spongieuse peut manger à elle seule, en moyenne, un mètre carré de feuillage (environ 11 pieds carrés).

Dans un arbre, les feuilles jouent un rôle majeur dans la production d’énergie, en convertissant la lumière en aliments au moyen de la photosynthèse. Si la surface des feuilles disponible pour capturer la lumière du soleil diminue, il y a une baisse de la production de nutriments. Les arbres feuillus produisent parfois une seconde feuillaison, mais les arbres dont le feuillage est détruit à répétition risquent de mourir ou d’être affaiblis et plus vulnérables aux autres infestations. Les conifères sont plus susceptibles de mourir à la première chute de leurs aiguilles.

Pourquoi y en a-t-il autant cette année?

Les infestations de la chenille de la spongieuse sont cycliques, mais se produisent lorsque les conditions sont favorables à leur reproduction la saison précédente.

Contrôler la chenille

Masses d’œufs

Les populations de spongieuses s’étendent facilement puisque les larves peuvent être transportées par le vent jusqu’à une distance d’un kilomètre (0,6 mile). Le plus souvent, par contre, les masses d’œufs voyagent parce qu’elles se trouvent par exemple sur un véhicule, une tente, une remorque, une roulotte ou des chaises de jardin; c’est ainsi qu’elles infestent de nouveaux endroits. Les vacanciers, surtout les campeurs, devraient en être conscients et inspecter leur matériel avant de quitter un site.

Il est important d’effectuer une inspection rigoureuse afin de vérifier la présence de masses d’œufs, car elles peuvent être difficiles à repérer. La spongieuse se cache fréquemment:

  • sous les branches
  • sur les troncs d’arbres
  • sur les clôtures
  • sur le bois de chauffage
  • sur les meubles d’extérieur
  • sur les structures de jeux
  • sur les bateaux
  • sur les remorques et les roulottes
  • sous les corniches des bâtiments

Si vous trouvez une masse d’œufs, il suffit de la déloger avec un couteau et de la plonger dans un seau d’eau chaude et d’eau de Javel ou d’ammoniac. Éloignez la table à pique-nique, la structure de jeux et les meubles de jardin de la base des arbres, car c’est dans ces endroits que la spongieuse se cache afin de se protéger de la chaleur du soleil.

Chenilles

On peut ramasser les chenilles et les nymphes à la main, puis les écraser. Les longs poils de la chenille causent parfois une irritation cutanée ou des réactions allergiques chez certaines personnes. Par mesure de précaution, portez des gants lorsque vous manipulez des chenilles de spongieuses.

Il est également très facile de capturer les chenilles avec le piège fabriqué comme suit. Enroulez une bande de toile de jute d’une largeur de 45 cm (environ 17 pouces) autour du tronc de l’arbre infesté, à hauteur de poitrine. Attachez une ficelle autour du centre de la toile et pliez la partie supérieure de la toile vers le bas afin de former une jupe, en vous servant de la ficelle comme ceinture. Les chenilles ramperont sous la toile pour échapper au soleil et elles seront prises au piège. En fin de journée, il suffit de soulever la toile, de ramasser les chenilles, puis de les éliminer au moyen des méthodes susmentionnées.

Lutte biologique
  • La bactérie Bacillus thuringiensis kurstaki (Btk) est un insecticide biologique sélectif, c’est-à-dire qu’il agit sur quelques espèces d’insectes, mais épargne les autres. Les cristaux de Btk libèrent une protéine toxique lorsqu’elle se dissout dans le système digestif alcalin de l’insecte. La chenille cesse de s’alimenter peu de temps après et meurt dans les cinq jours qui suivent. Btkn’a pas d’effet sur les autres insectes, ni sur les mammifères, les oiseaux et les poissons.
  • Une petite guêpe de la famille des Encyrtidae introduite en 1909 dans l’est de l’Amérique du Nord pour parasiter les œufs de spongieuse est maintenant répandue dans tout le pays. Elle est devenue un moyen de lutte biologique important contre les infestations de spongieuses.

De plus amples informations sur la chenille de la spongieuse sont disponibles sur la page Espace pour la vie

Le Montarvillois, le journal hyperlocal de Saint-Bruno-de-Montarville

Photo: Appleby J E, USFWS

Source: communiqué de la ville de Saint-Bruno-de-Montarville & Gouvernement du Canada


Saint-Bruno-de-Montarville d’hier à aujourd’hui, le plus important groupe Facebook exclusivement dédié aux Montarvillois