J’en ai plein l’masque des violences faites aux femmes: Agissons ensemble !

La Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie (TCGFM) lance aujourd’hui sa campagne «J’en ai plein l’masque des violences faites aux femme: Agissons ensemble !», cherchant à sensibiliser la population et les instances municipales quant à la présence de la violence faites aux femmes. Dans les prochains jours, des groupes membres de la TCGFM iront à la rencontre des élu.es municipaux de Saint-Bruno-de-Montarville et des autres municipalités de la Montérégie afin d’échanger avec eux sur leur engagement pour lutter contre les violences faites aux femmes dans leurs communautés. Toutes et tous seront invité.es à enlever leurs masques qui les empêchent de «reconnaitre toutes les formes de violences faites aux femmes, les dénoncer, et contribuer à leur élimination» telle que revendiquée par la Coalition québécoise de la Marche mondiale des femmes

Par sa campagne, la TCGFM souhaite souligner les 12 jours d’action pour l’élimination des violences faites aux femmes et invite les instances municipales à faire pareil. Du 25 novembre au 6 décembre, la TCGFM dévoilera sur ses réseaux sociaux une nouvelle publication quotidienne dénonçant les différentes formes de violences vécues par les femmes. Les instances municipales sont invitées à partager ces publications, à émettre des communiqués de renfort pour dénoncer toutes formes de violences et à mener des actions concrètes pour contribuer à l’élimination de la violence faite aux femmes. 

Pourquoi «enlever vos masques» pour lutter contre les violences faites aux femmes ?

La perpétuation des violences envers les femmes représente, encore aujourd’hui, l’un des principaux enjeux et obstacles pour l’émancipation des femmes. Les témoignages de nos groupes membres et des autres organisations (CALACS, maisons d’hébergement, centres de femmes, groupes d’information juridique, CNESST, etc.) offrant des services de première ligne aux femmes laissent peu de place à l’interprétation. Qu’elles soient vécues dans la sphère privée (famille, couple, amis) ou dans la sphère publique (travail, études, rue), les violences sont banalisées par la culture dominante et les femmes qui les subissent sont souvent isolées. La pandémie n’a qu’exacerbé la situation.

La violence de genre en chiffres :

12 jours d’action «Agissons ensemble !»

Reconnu par l’ONU en 1999, le 25 novembre est la Journée internationale consacrée à l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Depuis 1989, la campagne de 12 jours d’action québécoise se déroule chaque année du 25 novembre au 6 décembre. Qui peut oublier la tuerie sexiste et antiféministe ayant eu lieu à l’École Polytechnique où des femmes ont été tuées parce qu’elles étaient des femmes?

Cette campagne doit être ancrée dans nos agendas, mais nous devons, tout au cours de l’année, nous informer et être à l’affut de toutes les formes violences dont les femmes sont victimes.

Avec sa campagne «J’en ai plein l’masque des violences faites aux femmes : Agissons ensemble !», la TCGFM vous invite à démontrer votre appui pour l’élimination les violences faites aux femmes!

La Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie est un regroupement d’organismes à but non lucratif. En misant sur l’expertise diversifiée de ses membres, la TCGFM oriente ses actions vers l’amélioration des conditions socioéconomiques, culturelles et politiques des femmes. Elle travaille dans une perspective de défense des droits et d’atteinte de l’égalité entre (toutes) les femmes et les hommes.

Le Montarvillois.com

Le journal hyperlocal de Saint-Bruno-de-Montarville

Source: communiqué TCGFM