La 56e guignolée de Saint-Bruno aura lieu le 28 novembre

image_pdf

À Saint-Bruno-de-Montarville, se déroulera le 28 novembre prochain, la 56e guignolée de la paroisse. Par contre, cette année encore, il n’y aura pas de chœurs de guignoleux et guignoleuses qui frapperont à votre porte pour vous chanter des cantiques tout en sollicitant vos dons.

Les guignoleux recevront plutôt vos dons en argent, par chèque et vos denrées non périssables de midi à 17 devant l’église de Saint-Bruno qui est située au 1668 Rue de Montarville. Les organisateurs espèrent atteindre tout de même leur objectif qui de 95,000$. Un montant qu’ils jugent nécessaire pour aider les familles dans le besoin de la municipalité.

Vous avez aussi la possibilité faire un don en ligne ICI

La petite histoire de cette tradition

Originaire des campagnes, cette fête de partage avait originellement lieu la veille du Nouvel An, et comptait sur la participation des habitants d’un même rang, par opposition à certaines autres activités communautaires qui impliquaient une paroisse au complet.

La première guignolée québécoise aurait été organisée par la Société de Saint-Vincent-de-Paul, une organisation charitable catholique, en 1861 ou 1862. Les villageois passaient de porte en porte, chantant des cantiques de Noël, et amassant des denrées non périssables. Une chanson traditionnelle, spéciale pour l’occasion, était habituellement chantée par les volontaires1.

Terme dénué de toute connotation religieuse au départ, le mot «guignolée» puiserait son origine dans l’expression «Au gui, l’an neuf!» et donc dans le personnage folklorique de Guillaneu. En joual québécois, «Au gui, l’an neuf» devint au xixe siècle: «Au gui, l’an neu’», ce qui se rapproche plus du mot utilisé aujourd’hui.

Les personnes qui participent à la guignolée sont familièrement appelées les «guignoleux» ou «guignoleuses». Ils portent un foulard arc-en-ciel, une tuque rouge avec un pompon, des têtes de chats attachées à leur ceinture et ils tiennent une cloche qu’ils doivent sonner en arrivant chez les gens. Également, ils peuvent chanter ou réciter une certaine petite chanson en faisant du porte à porte : «La guignolée, la guignoloche, mettez des sous dans notre poche.» (WIKIPEDIA)

Alain Dubois & Wikipedia

Le Montarvillois, le journal hyperlocal de Saint-Bruno-de-Montarville


Saint-Bruno-de-Montarville d’hier à aujourd’hui, le plus important groupe Facebook exclusivement dédié aux Montarvillois