La forêt de la discorde…

Partagez!
image_pdfimage_print

Une bonne partie de la dernière séance du conseil a été consacrée à la forêt des hirondelles. Le sujet a été d’abord amené par Mme Tanya Handa, professeure et biologiste de renom, qui au nom de la Fondation du Mont St-Bruno a lancé un appel à tous les élus, un cri du coeur pour qu’ils fassent fi de leurs divergences politiques et d’appréciation de la stratégie à adopter pour la préservation de cette forêt, et qu’ensemble et à l’unanimité ils votent l’avis de résolution présenté au conseil municipal par le maire de Saint-Bruno. Pour madame Handa, il était important d’envoyer un message clair au ministre Heurtel pour qu’il clarifie le flou juridique autour de la loi sur le patrimoine naturel. Un flou qui entraîne de nombreuses poursuites juridiques de la part des promoteurs immobiliers qui accusent les villes d’expropriation déguisée. La résolution demandait au ministre du développement durable de donner suite à la lettre du maire du 27 juin 2017 (lire pièce jointe en bas de page).

Se tirer une balle dans le pied…

Malheureusement, cet appel bien senti de Mme Tanya Handa n’a pas été entendu par l’ensemble des élus de l’opposition, y compris, à la stupéfaction générale, par Marilou Alarie… En résumé, la conseillère a expliqué son geste en mentionnant que cette timide stratégie avait déjà été essayée dans le passé, qu’elle n’avait pas donné de résultats et que, par conséquent, elle n’appuierait pas la résolution. Ses arguments n’ont visiblement pas convaincu et plusieurs de ses anciens alliés dans la lutte pour la préservation de la forêt des hirondelles avaient des faciès qui en disaient long sur leur déception, dont ses ex-collègues Guèvremont et Bérubé, ainsi que la représentante de la Fondation du Mont St-Bruno, Mme Tanya Handa.

Les hirondelles volaient bas lundi soir au-dessus de la salle du conseil

Même si plusieurs des critiques de la conseillère envers cette résolution étaient pertinentes et méritaient d’être exprimées, Mme Alarie se devait d’appuyer la résolution dont le contenu n’avait rien de très polémique et pouvait faire facilement consensus. Paradoxalement, nous avons appris lors de ce conseil que la conseillère et aspirante à la mairie Mme Thérèse Hudon défendait dorénavant la préservation de cette forêt… Cette dernière aurait pu marquer le coup en appuyant la résolution. Aucun des conseillers de l’opposition, qui selon toute vraisemblance s’étaient concertés sur une position commune, n’a voulu sortir de son script, et ce malgré l’appel à la solidarité de Mme Handa. Marilou Alarie, qui s’est fait connaître pour sa défense de la forêt des hirondelles, aurait dû se rallier sans hésiter à cet appel à la raison et la solidarité de Mme Handa.

Be the first to comment on "La forêt de la discorde…"

Leave a comment