Le bannissement des sacs de plastique à Saint-Bruno: Un remède pire que le mal?

Partagez!
image_pdfimage_print

Dès le 22 avril il sera interdit à Saint-Bruno de distribuer de sacs de plastique à usage unique dans tous les commerces de son territoire. Hors une étude préliminaire de Recyc-Québec conclut qu’aucune option de remplacement des sacs de plastique à usage unique que ce soit les sacs réutilisables ou les sacs en plastique épais, serait plus avantageux pour l’environnement.

Cette étude avait pour but d’apporter un éclairage scientifique sur les impacts des sacs à usage unique et des sacs réutilisables devaient être publiés le printemps dernier. Elle avait comme objectif d’aider les élus dans leurs prises de décision concernant la pertinence ou pas de bannir les sacs de plastique à usage unique.. Hors sa publication maintes fois reportée par Recyc-Québec. Pourquoi? Probablement, car l’étude conclut que les sacs de plastique à usage unique (légers) n’étaient pas plus nocifs pour l’environnement que les sacs réutilisables.

Finalement, l’analyse du cycle de vie des sacs d’emplettes au Québec commandé au Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services (CIRAIG) a été publiée le mois dernier. On y apprend que les sacs réutilisables doivent être employés plus d’une centaine de fois, avant d’avoir un impact environnemental plus positif sur l’environnement que le sac de plastique à usage unique. Le sac de coton est, selon l’étude, le pire des choix, car il doit être utilisé 702 fois (sacs de plastique durable :73 X) pour avoir un impact environnemental positif et 2954 fois en ce qui concerne la santé humaine!

En ce qui concerne l’abandon dans l’environnement, les sacs à usage unique qui sont, en fait, souvent utilisés plusieurs fois font parfois mieux, que ceux de plastique réutilisable concluent le CIRAIG.

Le Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services (CIRAIG) a analysé l’impact de plusieurs types de sacs réutilisables sur quatre aspects de la biologie: la santé humaine, la qualité des écosystèmes, l’utilisation des ressources fossiles et l’abandon dans l’environnement.

En conclusion, il y a aucune preuve scientifique qui démontre que l’abandon des sacs de plastique à usage unique aura un impact positif et significatif sur l’environnement.

À la lumière des résultats de cette étude, Saint-Bruno-de-Montarville ne devrait-elle pas abandonner sa politique sur l’interdiction des sacs de plastique à usage unique dont les bienfaits sur l’environnement sont nuls et s’intéresser plutôt au suremballage en épicerie, un problème environnemental assurément plus important ?
Alain Dubois

Site du rapport:
https://www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/municipalites/mieux-gerer/informations-banissement-sacs-plastique
Rapport complet : https://www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/sites/default/files/documents/acv-sacs-emplettes-rapport-complet.pdf

Be the first to comment on "Le bannissement des sacs de plastique à Saint-Bruno: Un remède pire que le mal?"

Leave a comment