Le conseiller Vincent Fortier dénonce le retrait d’une 2e patinoire dans son district.

Si le conseil municipal va de l’avant en adoptant une recommandation de la Direction générale, le district du conseiller Vincent Fortier subira la ponction d’une 2e patinoire en un peu plus d’un an.

Ce district est un de ceux où on y retrouve la plus grande proportion de jeunes, 22% des ménages ont de jeunes enfants et 39% ont des ados et/ou des enfants. L’an dernier les résidents du district ont été touchés par la fermeture de la patinoire du parc Pontbriand, que fréquentaient les 300 élèves de l’école Courtland Park.

Pour le conseiller, Vincent Fortier  «fermer en à peine un an dans le quartier que je représente, c’est de l’acharnement et ce n’est pas respectueux pour les résidents. Tout ça pour des économies de quelques milliers de dollars sur un budget de plus de 70 millions! C’est absurde. On affirme que la patinoire est peu fréquentée. C’est faux! Suffit d’y aller pour le constater et il suffit de parler aux résidents pour le savoir. Même les statistiques de fréquentation, très approximatives selon la Ville, montrent qu’à certaines années elle est parmi les plus fréquentées. On justifie la fermeture aussi en disant que le ratio population/patinoire est plus élevé que dans les autres villes avoisinantes. Justement, nous sommes à Saint-Bruno-de-Montarville, pas à Beloeil, à Bourcherville ou à Saint-Basile. Pourquoi niveler par le bas. Nous ne sommes pas la Ville #1 des familles au Canada pour rien et les parcs dans les quartiers avec leurs services de proximité c’est aussi ça qui fait le charme de Saint-Bruno. Tout ça pour des économies de bouts de chandelle.» (*)

Dans la page du plus important média social de Saint-Bruno, Saint-Bruno-de-Montarville d’hier à aujourd’hui, de nombreux résidents du district 2 y ont exprimé leurs frustration et colère, et accuse la la coalition de conseillers qui gouverne la ville (Joël Boucher, Caroline Cossette, Louise Dion et Ludovic Grisé Farand, Marilou Alarie et Jacques Bédard), de les pénaliser parce qu’ils n’ont pas voté du bon bord. La Montarvilloise, Céline McDuff y «invite les conseillers à faire un examen de conscience et à présenter publiquement les statistiques de leurs districts respectifs lors de la prochaine réunion, avant de prendre une décision. Faire de la politique sur le dos des enfants c’est «dégouttant»». L’auteur de ces lignes y souligne: «C’est certain que ce n’est pas la bonne année pour couper dans les patinoires… Avec les mesures sanitaires prises pour contrer cette pandémie, il n’y a plus beaucoup d’activités sportives possibles.»

Les résidents du district 2 ont bien l’intention de faire entendre leur voix auprès des la coalition des élus qui s’apprêtent à prendre cette décision…

Alain Dubois

Photos: page Facebook du conseiller du district 2, M. Vincent Fortier