Le maire Martin Murray met au rancart le plan d’urbanisme…

Partagez!
image_pdfimage_print

Dans un point de presse, le maire de Saint-Bruno a annoncé que le vote sur le plan d’urbanisme (PU) qui devait être adopté lundi prochain était annulé. Le maire Murray a évoqué l’absence d’un consensus pour justifier son geste.

Pas de consensus?

La contestation d’éligibilité à siéger (1) de la conseillère Michèle Archambault étant frivole (non fondée), le Parti Montarvillois disposait toujours de la légitimité morale et de la majorité des votes lui permettant de faire adopter le PU.

Ce dernier est le résultat d’une démocratique consultation citoyenne dont les conclusions faisaient largement consensus au sein de la population, les voix discordantes provenant, pour la grande majorité, d’élus et de citoyens intéressés et liés à l’opposition. Il n’y avait que deux éléments du PU qui étaient contestés par une frange plus large de la population : l’ajout de bâtiments à 5 étages au sein de l’îlot Natrel (une proposition qui n’émanait pas des consultations citoyennes), et le maintien du zonage résidentiel pour la forêt des hirondelles.

Interrogé sur ces sujets par Le Montarvillois, le maire Murray a indiqué qu’il ne se sentait pas à l’aise, pour un enjeu aussi important, de sortir de son devoir de réserve et d’utiliser son droit de vote pour faire adopter le plan d’urbanisme. Le Montarvillois a souligné au maire qu’il est rare que le conseil municipal d’une ville où on retrouve plusieurs partis politiques votent à l’unanimité un PU. Le maire a alors précisé que le départ de Marilou Alarie de son parti et l’arrivée prochaine des élections ne créait pas un contexte favorable à l’adoption du plan d’urbanisme… Il préfère donc reporter, si lui et son parti étaient réélus, son adoption à un prochain mandat. Le Montarvillois a souligné au maire que si le PU avait été adopté plus tôt, c’est-à-dire avant le début de la période électorale, ce contexte aurait été meilleur. Le maire Martin Murray a répondu qu’il tenait à faire d’autres consultations, entre autres, afin de voir s’il était possible d’améliorer le PU en enlevant des éléments qui ne faisait pas consensus. À ce sujet, il a démontré une certaine ouverture à ramener à 4 le nombre d’étages permis (en retrait) pour les bâtiments de l’îlot Natrel. En conclusion, le maire a souligner que le plan d’urbanisme ne serait pas, pour lui et son parti, un enjeu électoral.

La forêt des hirondelles

Sur la forêt des hirondelles, le maire a tenu à préciser qu’il continuerait à défendre celle-ci, mais que c’est le contexte juridique (poursuites devant les tribunaux) dans lequel se retrouve la protection de cette forêt qui l’empêche, pour l’instant, d’aller de l’avant avec un changement de zonage.

Alain Dubois

(1) Suite à son départ de la vie politique, Mme Archambault a vendu, en mai dernier, sa maison de Saint-Bruno et depuis le mois de juin, elle habite chez son ami à Montréal. Les conseillers Hudon, Besner et O’Dowd considèrent que cela la rend inhabile à exercer un poste de conseiller. Pourtant Mme Archambault a fait les vérifications qui s’imposaient au ministère et elle répond aux critères d’éligibilité exigés du celui-ci.

Be the first to comment on "Le maire Martin Murray met au rancart le plan d’urbanisme…"

Leave a comment