Les opossums de Saint-Bruno-de-Montarville

Partagez!

Il y a quelques semaines, je publiais un article sur les coyotes du Mont-Saint-Bruno et voilà qu’il y a un peu plus d’une semaine je croisais la route d’un opossum à l’orée du boisé Des Tilleuls, un magnifique milieu humide situé à l’entrée de la municipalité de Saint-Bruno-de-Montarville. Il n’en fallait pas plus pour que je m’intéresse à cette étrange bête qui comme son cousin le kangourou porte ses petits dans une poche ventrale. Celui-ci, l’opossum de Virginie, est le seul marsupial que l’on retrouve au Canada. Il était autrefois rare de le retrouver à cette latitude, car il n’aime pas trop le froid et il est mal adapté à nos hivers rigoureux. Mais avec le réchauffement climatique, ce mammifère, comme d’autres, trouve en Montérégie un environnement qui de plus en plus lui convient. Or, comme je l’ai constaté en parcourant la toile, je n’étais pas le seul à avoir observé à Saint-Bruno ce sympathique animal qui se pend à une branche par la queue et fait le mort lorsqu’il se sent en danger.

Dans l’Ère de glace, les opossums Diego & Sid, flairant un danger, font les morts (image: courtoisie 20th Century Fox)

Mais aussi sympathique qu’il soit, l’opossum demeure un animal sauvage et il est important de ne pas tenter de l’approcher ni de le nourrir, car il peut être porteur de maladies comme la rage (mais jamais recensé au Québec) ou de parasites qui peuvent vous contaminer ainsi que vos animaux domestiques. Lorsqu’il se sent menacé, l’opossum peut attaquer, et ce, même s’il choisit souvent comme moyen de défense de feindre sa mort tout en dégageant, par la même occasion, une odeur nauséabonde provenant de son anus.

Son régime alimentaire…

Le régime alimentaire et l’habitat de l’opossum de Virginie sont très proches de ceux de notre célèbre voleur masqué, le raton laveur. Omnivores et opportunistes, les deux espèces se nourrissent de végétaux, d’insectes, d’œufs et de petits animaux. Tous deux raffolent également du contenu de nos poubelles. Par contre, l’opossum est aussi un grand charognard et il apprécie avoir à son menu des animaux morts et bien faisandés, comme ceux que l’on retrouve sur les abords des routes.

Les opossums et vos poules « urbaines »

Il est rare que les opossums chassent et tuent une poule, car ils considèrent que cela leur cause plus de tracas que de bénéfices. Par contre, ils peuvent tenter d’accéder à votre poulailler car ils aiment bien les œufs et qui sait peut-être s’intéresser à une de vos poulettes surtout si celle-ci se blesse suite à la panique engendrée par son arrivée inopinée dans sa demeure…

Non, les opossums ne permettent pas de contrôler les tiques

Cette croyance alimentée par certains médias sociaux et parfois des sites crédibles perdure depuis plusieurs années.

Dans une de ses publications, le Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs explique que cette croyance que l’opossum aide à contrôler la maladie de Lyme en mangeant des tiques proviendrait d’une mauvaise interprétation d’une étude de 2009, réalisée en laboratoire et dans laquelle les chercheurs ont noté que l’opossum effectuerait régulièrement et très méticuleusement le toilettage de sa fourrure en mangeant les tiques.

« Ces données ont été obtenues à partir de la consommation de tiques d’opossums gardés en captivité. À ce jour, ces résultats n’ont pas été vérifiés en milieu naturel ». En captivité, souligne le Ministère, « les opossums ont beaucoup de temps pour se toiletter tandis que, dans la nature, ils doivent s’activer pour rechercher leur nourriture et éviter la prédation, ce qui leur laisse peu de temps pour se toiletter et se débarrasser des tiques ». Par conséquent, il est inutile d’espérer que la présence d’un opossum dans votre cour vous aidera à éviter celle de ces nuisibles tiques.

Signalez tout opossum mort ou blessé à SOS Braconnage au 1 800 463-2191

Journaliste: Alain Dubois

Une entrevue sur la présence des opossums au Québec sous la forme questions , réponses avec Mila Roy, la coordonnatrice aux communications régionales au Ministère des Forêts, de la Faune et des Parc: Les opossums de Saint-Bruno (la suite): entrevue avec Mila Roy du MFFP

Le Montarvillois, le journal hyperlocal de Saint-Bruno-de-Montarville

Sources: Wikipedia, MFFP, Grand Québec, Diconimoz et autres.

Photo à la une: Pixabay (image libre de droits)

À lire: Les opossums de Saint-Bruno (la suite): entrevue avec Mila Roy du MFFPe & Les coyotes du Mont-Saint-Bruno & Des élans – orignaux à Saint-Bruno-de-Montarville & Réduction du cheptel de cerfs de Virginie au Parc National du Mont-Saint-Bruno


Saint-Bruno-de-Montarville  le plus important groupe Facebook exclusivement dédié aux Montarvillois

https://www.facebook.com/groups/Saint-Bruno-De-Montarville

Affichez
Cachez