LES VERSANTS DE PHILIPPE CLAIR BLÂMÉ PAR LE CONSEIL DE PRESSE

Partagez!

Le Conseil de presse a rendu décision concernant une série de trois articles publiés l’an dernier par le journal Les Versants et son rédacteur en chef M. Frédéric Khalkhal.

La plainte d’une Montarvilloise (la conseillère municipale, Marilou Alarie) concernait une série de trois articles intitulé «Les faits pour discerner le Vrai du Faux» et publié entre le 1er et le 15 juin 2016. La plaignante alléguait que ces articles n’étaient pas clairement identifiés comme des publireportages «En empruntant les formes de traitement et de présentation de l’information journalistique (police, accents colorés) semblables à des articles rédactionnels de l’information utilisés par Les Versants et en se présentant comme des reportages.» Même si en bas de page le commanditaire était identifié «Propriété Sommet Prestige inc.» (1) la plaignante estimait que ce n’était pas suffisant pour établir une distinction entre information et publicité.

Le Conseil de presse indique dans sa décision que plusieurs articles de son Guide déontologique n’ont pas été respectés et retient la plainte de la plaignante et blâme l’hebdomadaire pour omission de distinguer clairement publicité et information. Le Conseil rappelle aussi que le média visé par la décision a l’obligation morale de la publier ou de la diffuser dans les 30 jours suivants.

Autre dérive déontologique du Journal Les Versants: L’îlot Natrel

Philippe Clair, Éditeur Les Versants (photo, Fb)

La série d’articles sur le projet de COGIR de construire une résidence pour personnes âgées sur le terrain Natrel illustre bien les problèmes éthiques de cet hebdo. En février 2017, le journal publiait une série d’articles ou il était question de COGIR.

Dans «Une ville vieillissante», on met la table…. Le journal cite, des données démographiques de 2011 (2) et de COGIR pour justifier la pertinence de résidences pour les aînées qu’elle propose.

«La croissance de la population de 65 ans et plus est deux fois plus importante à Saint-Bruno qu’à Montréal.» – Mathieu Duguay (COGIR)

Dans un deuxième article «Un projet de 60 M$ pour remplacer Natrel» on présente, l’entreprise, le projet et ses éventuels retombé pour la ville.

Le journal conclut cette série par «Le point de vue des voisins» qui démontre que son projet est bien accepté par les commerçants qui se retrouveront à proximité. À noter que c’est le seul article où l’on peut lire de petites critiques; un commençant s’inquiète de la hauteur éventuelle des bâtiments et un autre souligne qu’il y a déjà une résidence pour personnes âgées à Saint-Bruno.

Et le 20 février dans «Les Montarvillois favorables au projet de la maison de retraite» on y présente un sondage qui démontre que 75% des Montarvillois sont d’accord avec le projet (3). Évidemment, on ne nous donne pas les questions posées… Et surtout on ne mentionne pas que ce sondage a été commandé par COGIR! Ce sondage est-il orienté en fonction d’un résultat attendu? Poser la question c’est y répondre…

Dans ces articles, on n’interroge aucun citoyen qui pourrait se montrer significativement critique face au projet, aucun expert indépendant et élu. Le journaliste reprend le message corporatif de COGIR presque tel quel…

Frédéric Khalkhal, Les Versants

Il est difficile de ne pas conclure que cette série d’articles signés par Frédéric Khalkhal est une commande (?) visant à augmenter l’acceptabilité sociale du projet et à convaincre les Montarvillois de sa pertinence… Là aussi, il s’agit d’un contenu journalistique qui s’apparente bien plus à un publireportage qu’à un traitement objectif de l’information…

La majorité des articles qui ont été publiés sur le projet immobilier «Quartier Rivera» ont aussi bénéficié de ce type de traitement de la part des Versants.

Je demande donc au propriétaire de cet hebdo, Philippe Clair, qui est proche du «monde» de l’immobilier, de la transparence en dévoilant l’identité de ses partenaires d’affaires (financement dans l’achat des journaux de son groupe + autre) et, s’il y a lieu, ses liens et intérêts avec des promoteurs immobiliers. Les Versants participent à la campagne pour la survie des journaux locaux «Mon journal local, j’y tiens». Pour avoir ce soutien, celui-ci doit être mérité et actuellement, toujours selon mon point de vue, ce n’est pas le cas. Un coup de barre s’impose… Philippe Clair devrait envisager la possibilité de se distancer des opérations courantes de son journal et mettre en place une nouvelle et indépendante équipe de rédaction.

Avec l’achat du Journal de Chambly, Philippe Clair est maintenant à la tête d’un véritable groupe de presse. Il est donc temps pour lui corriger le tir et devenir un crédible et respecté propriétaire de médias.

Alain Dubois, opinion, 25 juillet 2017

(1) il s’agit dune entreprise propriété du Sénateur Paul J. Massicotte «Boisé des hirondelles»

(2). Les données du recensement 2016 sur l’âge des résidents de Saint-Bruno seront publiées en mai et devraient donner des résultats sensiblement différents puisque depuis 5 ans il y a eu une augmentation significative du nombre d’enfants dans notre ville.

(3) Dans les sondages sérieux, on a toujours accès à la méthodologie du sondage, aux questions posées, aux résultats avant la pondération selon le sexe, l’âge, la langue maternelle (etc., etc.). La publication des résultats en fonction des groupes ci-haut mentionnés aurait été pertinente. Le nom de la firme qui l’a réalisé devrait être aussi identifié.

Aussi : Crise au Journal de Chambly: Les Versants et le directeur de l’information, Frédéric Khalkhal, muselleraient les journalistes

Affichez
Cachez