Partir du bon pied

Partagez!
image_pdfimage_print
Félicitations et remerciements ont été faits. Les pancartes électorales sont enlevées. La campagne électorale 2017 est maintenant terminée. Enfin, diront certains. D’autres, diront quelle campagne, devait-on voter ? C’est donc le 20 novembre que se tiendra la première rencontre de notre nouveau Conseil municipal.
Au démarrage des activités de ce nouveau Conseil municipal, l’une des préoccupations de l’APSB est de voir l’utilisation que le Maire fera de toutes les compétences disponibles et comment il réussira à en tirer le maximum des expertises à sa disposition pour en faire une équipe centrée sur les besoins des citoyens. Tout au long de la campagne autant les citoyens que les candidats ont dénoncé l’ambiance de scission entre le pouvoir et l’opposition qui régnait dans le conseil précédent. D’ailleurs, tous les partis nous ont assuré des jours meilleurs à ce chapitre en nous promettant l’abandon de la ligne de parti et une gouvernance dans laquelle tous les conseillers participeront.
Le 6 novembre dernier Monsieur Louis Émond publiait sur la présente page Facebook un texte d’ailleurs très éloquent pour exprimer ce besoin d’une réelle concertation et collaboration de tous nos élus.
L’APSB ne saurait trouver des mots plus justes pour faire part de la même préoccupation.
Au-delà de ce besoin de saine gestion, l’APSB considère que le maire doit prendre acte du message que lui et son parti ont reçu lors du scrutin du 5 novembre dernier. Vrai que le Parti Montarvillois a remporté les élections, mais vrai aussi que près de 60% des citoyens votants ont optés pour un autre choix. Issu des données du Directeur Général des Élections, le tableau ci-après présente les résultats du vote consolidés.
On le constate clairement, le programme proposé et le style de gouvernance ne font donc pas consensus, c’est même le contraire qui le fait. Le Maire n’a pas reçu carte blanche pour réaliser son programme et il doit mettre en place tous les moyens possibles pour écouter et entendre la population.
L’implication de tous les conseillers est l’un de ces moyens de même que l’abandon de la ligne de parti. Mais, il devra aussi s’assurer que les comités consultatifs de citoyens sont formés de personnes de tous les horizons politiques. Les dossiers structuraux devront être soumis à la consultation publique et tous les efforts de communication (appréciés) devront être maintenus et renforcés.
La responsabilité de rapprochement incombe au Maire et à ses collègues du parti Montarvillois et l’APSB espère que les premiers gestes iront dans ce sens.

1 Comment on "Partir du bon pied"

  1. Alain Dubois: Oui, tous doivent mettre des efforts. Mais ce que je retiens c’est qu’il y avait 2 indépendants et deux conseillers de l’Alliance avant le déclenchement des élections.. et maintenant il y a 1 conseillère de l’Alliance et 2 indépendants. Personnellement, je serais porté à attribué principalement la bonne performance des indépendants à la faiblesse de l’Alliance et à une crise interne en son sein et ce, d’autant que plusieurs indépendants, dont vous ont été des membres actifs et/ou des candidats/conseillers de ce parti. Ce schisme au sein de l’Alliance a donc été, selon moi, « l’événement charnière » de cette élection »… 😉
    Gérer

    Alain Dubois: Des éléments de réponse à ce billet de l’ASPSB dans ma dernière publication: https://www.facebook.com/notes/le-montarvillois/%C3%A9lection-victoire-et-brouhaha-%C3%A0-saint-bruno/192521641314098/

Leave a comment