Repartir à neuf, tous les neuf

Partagez!
image_pdfimage_print
Bravo à vous, les Martin Murray, Louise Dion, Vincent Fortier, Caroline Cossette, Martin Guevremont, Isabelle Bérubé, Marilou Alarie, Jacques Bédard et Joël Boucher.Vous avez été élus, ou réélus, à l’issue d’une belle campagne.

À cet égard, un message publié sur la page Facebook de la ville de St-Bruno m’a particulièrement mis en joie. Dans cette publication, on nous présente notre «ÉQUIPE d’élus municipaux».On dit textuellement : Notre. Équipe.Puis on nomme les neuf élus. Pas six. Neuf.

Cela laisserait-il présager que cette fois, notre maire travaillera de concert avec la TOTALITÉ de ses élus en utilisant les forces et les compétences de tous? Que notre maire transmettra en même temps la même information à ses huit conseillers afin de leur permettre de discuter des mêmes choses et prendre la meilleure décision possible? Que notre maire accueillera les bonnes idées, peu importe leur provenance? Qu’il agira comme un rassembleur, un leader, et qu’il invitera les quatre hommes et quatre femmes de son conseil à oublier les divisions partisanes et à travailler ensemble?

C’est à espérer. Huit ans de ce régime d’exclusion et de gaspillage de forces vives, c’était déjà trop.

Et puis les quelque 2000 citoyens des districts 1, 6 et 8 qui ont élu une personne qui n’est pas de la formation du maire n’ont-ils pas le droit de voir eux aussi leur conseiller ou conseillère servir St-Bruno-de-Montarville avec la même ardeur, la même diligence et le même dévouement que les autres conseillers et conseillères?Je formule donc le souhait, à l’instar de milliers de Montarvilloises et Montarvillois, d’avoir pour les quatre prochaines années un conseil municipal où tout le monde pourra s’exprimer librement, affranchi (pour vrai, cette fois-ci!) de la ligne de parti; un conseil où l’opinion de chacune et chacun sera écoutée d’abord puis prise en compte au cours de débats respectueux et productifs, puisque du choc des idées, on nous l’a assez répété, nait la lumière.Je formule enfin un dernier souhait : que ce message sera lu attentivement, qu’il sera entendu, considéré à sa juste valeur, plutôt que balayé du revers de la main comme un «discours naïf» ou encore comme des «remontrances de belle-mère».

Bon premier conseil municipal à TOUTES et TOUS… dans quinze jours!

Louis Émond

Be the first to comment on "Repartir à neuf, tous les neuf"

Leave a comment