Québec et Ottawa accordent plus de 1 M$ pour développer les exportations et l’innovation des entreprises de l’agglomération de Longueuil

Les gouvernements du Québec et du Canada renouvellent, à hauteur de 1 078 000 $, leurs contributions financières respectives pour les trois prochaines années à Développement économique de l’agglomération de Longueuil (DEL) afin qu’il continue, à titre d’organisme régional de promotion des exportations (ORPEX), à aider les entreprises montarvilloises et des autres villes  de l’agglomération de Longueuil à réaliser des démarches d’exportation et à mieux se préparer pour la commercialisation de leurs produits et services sur les marchés hors Québec. L’apport du gouvernement du Canada comporte également un volet de soutien à l’innovation.

La députée de Longueuil-Charles-LeMoyne , Mme Sherry Romanado, au nom du ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique et ministre responsable de Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC), l’honorable Navdeep Bains, et la députée de Laporte et whip en chef du gouvernement, Mme Nicole Ménard, au nom de la vice‑première ministre, ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique, Mme Dominique Anglade, en ont fait l’annonce aujourd’hui.

Pour réaliser ses activités d’accompagnement à l’exportation, évaluées à 1,3 M$, DEL reçoit du ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation (MESI) une contribution financière non remboursable de 360 000 $. Cette aide est accordée par l’entremise du Programme Exportation (PEX) dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie québécoise de l’exportation 2016-2020, qui est coordonnée par Export Québec. Pour sa part, DEC accorde une contribution financière non remboursable de 718 000 $, en vertu du Programme de développement économique du Québec.

Les ORPEX aident notamment les entreprises :

  • à élaborer un plan d’affaires international;
  • à obtenir de l’information sur l’exportation;
  • à organiser leurs actions pour percer les marchés extérieurs;
  • à recevoir un diagnostic sur leur capacité à exporter;
  • à connaître les possibilités de financement pour leurs projets d’exportation;
  • à acquérir une formation spécialisée.

«Développement économique de l’agglomération de Longueuil contribue, depuis 2002, à la vitalité économique de la région de Longueuil par sa vaste gamme de services de formation, d’accompagnement et de consultation offerts aux entreprises exportatrices et innovantes. Cet organisme est un précieux allié des entrepreneurs établis à BouchervilleBrossardLongueuilSaint-Bruno-de-Montarville et Saint-Lambert, et c’est pourquoi nous sommes heureux de soutenir son développement. » Sherry Romanado, députée de Longueuil-Charles-LeMoyne.

«DEL est un partenaire stratégique. D’une part, il travaille conjointement avec la Direction régionale de la Montérégie du MESI et Export Québec dans la sensibilisation, la formation et la préparation des entreprises de la région à l’exportation. D’autre part, il constitue une ressource de choix pour les entreprises de l’agglomération de Longueuil qui ont besoin d’un accompagnement de première ligne et d’une expertise professionnelle et technique pour exporter. » Lucie Charlebois, ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie et ministre responsable de la région de la Montérégie

Julie Ethier, directrice générale de Développement économique de l’agglomération de Longueuil

«Sachant que près de la moitié de nos quelque 800 entreprises manufacturières sont exportatrices, le soutien financier des ordres fédéral et provincial, conjugué à celui des villes de l’agglomération, est capital pour faciliter et accélérer les projets d’exportation des entreprises. DEL est fier de contribuer à la réussite des entreprises démarrant leurs activités à l’exportation ou en phase de diversification ou de consolidation de marchés. » Julie Ethier, directrice générale de Développement économique de l’agglomération de Longueuil

Faits saillants :

  • Issu d’une volonté concertée des milieux économique et politique, Développement économique de l’agglomération de Longueuil a été créé en 2002 afin de donner à l’agglomération de Longueuil la force économique pour se développer. DEL est un organisme sans but lucratif qui offre ses services à l’ensemble des entreprises manufacturières, technologiques et industrielles établies dans les cinq villes suivantes : BouchervilleBrossardLongueuilSaint-Bruno-de-Montarville et Saint‑Lambert.
  • Les ORPEX appuient les bureaux régionaux du MESI et Export Québec dans la sensibilisation, la formation et la préparation des entreprises de leur région à l’exportation. Chaque organisme a pour rôle de contribuer à l’atteinte des mesures 2 et 7 de la Stratégie québécoise de l’exportation 2016-2020, soit Mieux orienter la stratégie d’exportation des entreprises et Préparer et diffuser des formations en développement de marchés, en logistique et en marketing. Ils font également la promotion de l’exportation auprès des entreprises.
  • Le gouvernement du Québec a lancé la Stratégie québécoise de l’exportation 2016‑2020, laquelle est dotée d’une enveloppe de 536,8 millions de dollars, avec pour objectif d’accompagner 4 000 entreprises dans leurs démarches d’exportation.
  • Le PEX a notamment pour objectifs de sensibiliser les entreprises québécoises au potentiel de croissance que représentent les exportations et, par la suite, de les soutenir dans la conquête et la diversification des marchés extérieurs.
  • DEC est l’un des six organismes de développement régional sous la responsabilité du ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, l’honorable Navdeep Bains.
  • L’année 2018 marque le 50e anniversaire du développement économique régional fédéral au Québec : un demi-siècle d’actions concrètes consacrées à l’essor des régions et des entreprises d’ici.

Source: Communiqué,  Développement économique Canada pour les régions du Québec




Jacques Bédard conseiller municipal, district 7, Saint-Bruno-de-Montarville

Je suis père de deux enfants et avec la même conjointe depuis 35 ans. Du côté professionnel, je suis spécialisé en alimentation depuis près de 40 ans et chef d’entreprise depuis 27 ans.

Mes premiers mandats à la ville en 2013 ont été: le développement économique, l’implantation du Marché Public et de la Féerie de Noël. À voir la quantité d’entreprises qui frappent maintenant à la porte de la ville pour acheter un terrain dans nos parcs industriels ainsi que la popularité des deux marchés publics, je crois avoir livré la marchandise, et ce, sans faire beaucoup de bruit dans les médias.

Dans ce nouveau mandat, mes dossiers sont la mobilité, la circulation et les finances. En ce qui concerne la mobilité, les citoyens seront à même de constater que plusieurs nouvelles voies cyclables seront implantées dans les 3 prochaines années. Près de 3 Millions de dollars seront investis pour réaliser le plan ambitieux de sécuriser les cyclistes au centre-ville en plus de déployer un réseau de mobilité active qui deviendra, je le souhaite, la référence dans la région de Montréal. Il est évident que de passer de la théorie à l’implantation réelle de la mobilité active bousculera la primauté actuelle des automobilistes. La réduction à une voie dans les deux sens sur le boulevard Clairevue, de la rue Deslières jusqu’à Montarville en sera un bel exemple.

Au niveau du comité circulation, nous travaillons à trouver des solutions pour limiter la circulation de transit. Trois points «chauds» sont identifiés. La Montée Montarville avec le transit en PM vers St-Julie, Le Grand-Boulevard au Sud 116 avec son lot de trafic du matin et du soir et finalement le transit via le Sommet Trinité. Nous travaillons aussi à créer un document qui sera disponible sur le site web de la ville pour guider les citoyens qui considèrent avoir une problématique liée à la circulation dans leur rue. Ce document sera un «pas à pas» pour ouvrir et structurer leur demande d’intervention à la ville.

Les finances! Nous pouvons affirmer que depuis les fusions & défusions, les finances de Saint-Bruno sont à leur meilleur. Le comité des finances a le mandat de faire des recommandations au conseil sur les moyens de favoriser la taxation sur l’utilisateur-payeur. Exemple : étendre progressivement l’installation obligatoire de compteurs d’eau. Ceux-ci sont déjà obligatoires pour les industries et les commerces.

La vitalité et la densification du centre-ville devront se faire en harmonie avec la qualité de vie des résidents. Beaucoup de projets viendront modifier l’aspect du centre-ville (centre du district) dans les prochaines années. L’obligation de densification n’est pas une lubie des élus locaux, mais bien une obligation des paliers supérieurs. Saint-Bruno n’y échappera pas. J’invite donc les citoyens du district à consulter le document «Vision 2035» sur le site de la ville et à m’écrire pour me faire part de leurs suggestions dans le but de faciliter et d’harmoniser les impératifs et leur qualité de vie. 

 

Jacques Bédard, conseiller du district 7, Saint-Bruno-de-Montarille

Jacques.Bedard@stbruno.ca

 

Tous les mois, Le Montarvillois donne la parole  à une conseillère/ un conseiller municipal afin qu’il/elle partage avec ses concitoyen/nes  ses priorités comme élu-es et l’avancement des dossiers (comités) qui sont sous sa responsabilité…

 

Vincent Fortier, conseiller du district 2: La noblesse de la politique

Caroline Cossette (district 3): Saint-Bruno, une ville riche et pleine d’atouts économiques

Martin Guèvremont (district 4): Deuxième mandat… la concrétisation des projets

 

Photo: Ville de Saint-Bruno-de-Montarville

De gauche à droite, messieurs Jean-Luc Couture, président du CLD de l’agglomération de Longueuil, Daniel Tousignant, président de la Chambre de commerce Mont-Saint-Bruno et Jacques Bédard, conseiller de la Ville de Saint-Bruno, responsable du projet du marché public.




Caroline Cossette: Saint-Bruno, une ville riche et pleine d’atouts économiques

En tant qu’élue déléguée sur le comité consultatif en développement économique, il me fait plaisir de vous inviter à imaginer le Saint-Bruno de demain. La vie économique de la ville est liée à la communauté de diverses manières et les citoyens en ont nommé plusieurs lors de l’élaboration de la Vision 2035.

D’autres priorités se dessinent pour la ville, afin de créer un milieu propice aux jeunes entrepreneurs. Que devrions-nous faire pour eux? Comment, en tant que Ville, favorisons-nous le développement de jeunes entrepreneurs? Ils sont déjà là, sur Etsy par exemple, ou encore ailleurs, à vendre des limonades en bordure de route (pour les très jeunes!), à produire du pain ou d’autres biens. Certains de ces jeunes migreront rapidement vers les grands centres où les outils pour leur développement sont plus élaborés.

Nous avons tout intérêt à nourrir l’innovation et à canaliser l’esprit d’entreprise ici, qu’il soit artisanal ou à visée plus ambitieuse. Mais comment faire? Ce sont ce genre de réflexions que le Comité consultatif en développement économique pourra soutenir au cours des prochaines années.

De plus, en tant que Ville nourricière et avec l’objectif de développer une communauté viable, nous aurons à réfléchir aux manières de favoriser les projets d’économie sociale et le développement de l’économie circulaire.

Passons maintenant du rêve à la réalité, afin de pouvoir favoriser un esprit entrepreneurial fort au sein de toute la communauté d’affaires. Notre priorité pour l’année consistera à mieux comprendre les besoins, les opportunités, les menaces de nos différents pôles d’affaires. Ces pôles sont :

  • Centre-ville : avec sa multitude de commerces qui nous offrent non seulement de bons services mais aussi des lieux de rencontre. Le grand projet structurant de l’Ilot Natrel aura un impact majeur sur ce secteur, ainsi que plusieurs initiatives et événements.
  • Parc industriel : les entreprises du secteur créent de l’emploi local, ce qui favorise la qualité de vie. Nous aimerions les impliquer dans notre communauté. La vente de terrain va bon train dans le moment, alors il est temps d’envisager ce que nous ferons pour accueillir ces entreprises et les inviter à participer à notre projet collectif.
  • Agrobiologique : en tant que pionnière en matière de ville nourricière, Saint-Bruno peut attirer de nombreux autres projets comme ceux d’Agriculture urbaine St-Bruno. Bonne nouvelle! Il nous reste près de 200 hectares de terres agricoles à vendre, pourquoi ne pas favoriser les centres de recherche en matière de culture biologique? L’IRDA est un autre bon exemple de ce type d’organisations que nous souhaiterions attirer en plus grand nombre.
  • Touristique : nous sommes choyés d’avoir un pôle d’attraction comme le Mont St-Bruno qui représente plus d’un million de visites en cumulant les visites de Ski Mont Bruno et de la Sépaq. Mais nous avons aussi des circuits culturels, un marché public et plusieurs événements qui peuvent attirer les touristes. A cela s’ajoute le nouveau circuit cyclable Oka-St-Hilaire. Où mangeront ces cyclistes? Où iront-ils réparer leur vélo? Comment pouvons-nous aider nos entreprises à bénéficier de cette manne?
  • Promenades St-Bruno : ce secteur que nous connaissons vivra une grande métamorphose ces prochaines années, alors qu’un PPU prévoit la construction de centaines d’unités d’habitation. Saviez-vous que le service d’urbanisme a même identifié un espace dédié à la venue d’un hôtel? Les besoins de ce secteur évolueront et devront être bien compris.

ISSAAC INSTRUMENT,S’INSTALLE À SAINT-BRUNO

Le comité consultatif en développement économique recrutera de nouveaux membres ces prochains mois. Un siège jeunesse (15-25 ans) est réservé pour une candidate ou un candidat intéressé par le sujet ou aux études dans un domaine lié. Vous pouvez soumettre votre candidature dès maintenant si désiré. La Ville communiquera également sur le sujet sous peu.

District 3

En tant que conseillère représentant le district 3, de nombreux défis sont au cœur de mes priorités, ainsi que de celle du conseil. La sécurité des passages à la route 116, le trafic de transit et la mobilité active sont parmi celles-ci. De plus, l’été sera chargé en travaux dans les secteurs Gadelier (étalés sur été 2018 et 2019) et la Montée Sabourin (date à confirmer). Des séances d’information/consultation seront tenues dans les meilleurs délais.

De plus, des travaux afin d’aplanir le chemin d’accès du tunnel Les Cèdres, viendront s’ajouter au festival des cônes oranges dans le secteur. Si vous résidez dans le district et souhaitez une mise à jour de votre conseillère sur les différents dossiers, vous pouvez recevoir mon infolettre envoyée aux quelques mois. Pour ce faire, faites une demande d’ajout à la liste en m’écrivant : caroline.cossette@stbruno.ca

Caroline Cossette


Tous les mois, Le Montarvillois donne la parole  à une conseillère/ un conseiller municipal afin qu’il/elle partage avec ses concitoyen/nes  ses priorités comme élu-es et l’avancement des dossiers (comités) qui sont sous sa responsabilité…