Saint-Bruno-de-Montarville: l’opposition au maire Murray prend le contrôle du conseil municipal

Avec la perte de 3 de ses 5 conseillers ces derniers mois (Caroline Cossette, Jacques Bédard et Martin Guevremont), le maire Martin Murray et le Parti montarvillois perdent le contrôle du conseil municipal de Saint-Bruno-de-Montarville. C’est maintenant l’opposition qui tranchera les votes et qui nommera les conseillers aux différents postes de représentation. Ainsi, hier soir, lors d’un conseil extraordinaire convoqué par ceux-ci, ils ont écarté la conseillère Isabelle Bérubé de son poste de représentante de la ville au sein du Réseau de transport de Longueuil (RTL) au profit de Marilou Alarie, qui avec cette nomination verra son salaire bonifié de 15 000$. Les conseillers de l’opposition ont aussi «congédié» Vincent Fortier de la commission de la sécurité publique pour le remplacer par Louise Dion et le conseiller Jacques Bédard a été nommé à la commission des finances en remplacement du maire Martin Murray.

Interrogée par LeMontarvillois.com sur son «congédiement», Isabelle Bérubé a déclaré: « Il faut toujours voir à qui sert ce genre de mouvement: aux citoyens ? Aux usagers du transport en commun ? À la ville ? Au réseau de transport ? Poser la question est y répondre. Nos opposants sont maintenant forts du nouveau pouvoir de la majorité. Ils s’en targuent autant qu’ils peuvent ayant même imposé la tenue d’un conseil extraordinaire hier pour désavouer la volonté du maire qui souhaitait valider les impacts possibles de ces changements de chaises. »

Pour sa part, la conseillère indépendante. Marilou Alarie a déclaré: «Ces changements sont très positifs, car ils permettront de mettre à contribution des conseillers municipaux qui ont à cœur de faire avancer les dossiers qui préoccupent les montarvillois. Une meilleure répartition des responsabilités permettra un travail plus efficient de la part des membres du conseil en plus de faciliter une meilleure conciliation travail-famille, car c’est bien connu que certains d’entre nous sont parents et occupent un emploi à temps plein. »

La crise qui secoue le conseil municipal risque d’avoir de lourdes conséquences sur la gouvernance de la ville qui connaît actuellement un bel essor économique. Par ailleurs, à moins d’un surprenant revirement, le projet d’un centre sportif au centre-ville de Saint-Bruno ne semble pas encore menacé puisque les deux derniers conseillers démissionnaires du Parti montarvillois ont déjà exprimé qu’ils soutenaient ce projet.

Alain Dubois